• Cyberpunk 2077

Dire qu'il a été attendu est un doux euphémisme, mais l'espoir s'est mué en désespoir pour certains à la sortie en décembre, le jeu étant clairement sorti trop tôt malgré ses multiples reports. Heureusement, les Polonais de CD Projekt Red qui sont aux commandes, n'ont pas lâché l'affaire et le le jeu s'améliore, patch après patch. A noter qu'au lancement, le Ray Tracing n'était pas activable avec les cartes RDNA 2, mais à présent tout est rentré dans l'ordre, d'autant que son incorporation au sein du jeu apporte un gros plus à l'immersion dans la ville futuriste de Night City, mais s'avère très gourmand sur le Red Engine 4 qui anime tout cela.  Nous avions publié un article traitant du sujet pour ceux intéressés. Nous utilisons un déplacement reproductibles que nous mesurons avec Frameview, avec le profil Ultra (y compris pour le RT lors des tests dédiés) afin de mettre à mal les transistors de nos cartes haut de gamme.

 

cyberpunk 2077 [cliquer pour agrandir]

La passion du Christ en 2077 ?

 

Le jeu a beau être poussé par Nvidia, ce sont les cartes rouges qui fond le spectacle en QHD, bien aidées par leur Infinity Cache, ce moteur étant friand de bande passante mémoire. En montant la définition d'un cran, la doublette 3080 Ti / 3090 repasse devant et la RTX 3080 parvient à égaler la 6800 XT. Après activation du Ray Tracing, le jeu devient réellement magnifique, mais les performances plongent ! Seules les cartes à base de GA102 parviennent à conserver une framerate décent en QHD, mais ce n'est plus le cas en UHD, d'autant que la RTX 3080 (ainsi que les 3060 Ti / 3070) se retrouve handicapée par manque de mémoire. Inutile d'évoquer la situation des Radeon. Il faudra donc attendre la prochaine génération pour profiter de ce jeu dignement ou activer  le DLSS qu'il faudra coupler à un filtre de netteté pour éviter un léger floutage de l'image. Il sera intéressant de voir ce que va proposer AMD le 22/06, et si sa solution répondra aux attentes. 

 

 

• Days Gone

C'est bon de voir Sony et ses exclusivités s'ouvrir au monde PC, surtout avec des portages de plutôt bonne qualité (Detroit: Become Human, Death Stranding, Horizon Zero Dawn). Days Gone est le dernier de la série (Ceci est un message personnel: M. Sony si tu nous lis, on veut surtout Bloodborne sur PC) qui vous met dans la peau d'un ancien militaire, Deacon, qui doit survivre dans un monde zombifié ou plutôt mutantifié, la faute à un virus retors. Vous l'aurez compris, on a affaire ici à un Open World, riche visuellement, et qui possède une très bonne critiques. Il doit sa présence dans ce dossier au qu'il soit le dernier jeu majeur à carburer sous Unreal Engine 4, dans sa version DX11 (4.11), ce qui a toutefois le mérite de le rendre accessible à ceux qui sont resté sous Windows 7. Nous mesurons une séquence reproductible via Frameview après avoir activé le preset Très Elevé, et choisi le TAA, filtre antialiasing de référence sur l'UE4.

 

days gone t [cliquer pour agrandir]

Le dîner est servi !

 

Comme avec la plupart des jeux DX11, les verts prennent un avantage significatif, et ce dès le QHD. La nouvelle venue colle à sa grande soeur et ce quelque soit la définition, comme à chaque fois depuis le début de ce dossier.

 

 

Après Night City, on reste dans le Cyberpunk mais version Détroit sur terre Néo Zélandaise cette fois.



Les 44 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !