• Call of Duty : Blak Ops - Cold War

Call of Duty est la licence phare de l'éditeur Activision, qui propose un opus tous les ans développé en alternance entre plusieurs studios de développement. En 2020, c'est au tour du duo Raven Software / Treyarch de s'y coller, avec un épisode Cold War sentant bon le napalm et l'Union soviétique. Il s'appuie naturellement sur l'IW Engine, mais pas dans sa version 8.0, introduite pourtant l'année dernière par le reboot de Modern Warfare. Il s'agit ici plutôt un pot-pourri de diverses versions, si bien qu'il est nommé en interne Black Ops Cold War Engine. Comme l'an passé, le Ray Tracing fait partie de l'attirail technique utilisé, avec un gain qualitatif un peu plus flagrant que pour Modern Warfare, mais aussi plus gourmand. Tout n'est pas parfait visuellement pour autant, nous avons dédié un dossier à ce sujet, que vous pouvez consulter ici. Nous poussons les détails au maximum, couplés au SMAA 2TX Filmique, avant de procéder aux mesures via Frameview, d'une séquence reproductible. 

 

Call of Duty : Balck Ops - Cold War [cliquer pour agrandir]

Apocalypse Now powwwaaaa

 

En QHD, bien difficile de séparer RX 6900 XT et RTX 3090, la 3080 Ti suivant de près. En montant la définition, le duo vert prend l'ascendant sur le flagship rouge, qui reste malgré tout très compétitif. En activant le Ray Tracing par contre, elle dégringole dans la hiérarchie, au contraire de ses concurrentes.  On notera  qu'en UHD + RT, les cartes avec 8 Go de VRAM souffrent d'un manque de mémoire, il faudra alors baisser d'un niveau les textures pour corriger ce point ou activer le DLSS.

 

 

 

• Control

Control est le dernier jeu développé par Remedy Entertainment, studio finlandais à qui l'on doit des séries à succès comme Max Payne (et son fameux bullet time) et Alan Wake. Leur précédent titre était Quantum Break, exclusivité Xbox qui est arrivée par la suite sur Windows. Premier jeu à utiliser le moteur Northlight Engine, il s'est avéré d'une gourmandise extrême dès que l'on désactivait l'upscaling inclus au moteur. Souci, ce dernier rendait l'image terriblement floue. C'est beaucoup mieux avec Control, la puissance des cartes a également bien progressé depuis, évitant d'avoir à recourir à cet upscaling, hormis en DLSS. Dans la peau de Jessie, qui va développer pas à pas ses pouvoirs paranormaux, il faudra affronter la corruption issue d'une entité hostile aka le Hiss. Nous utilisons un déplacement reproductible pour mesurer les performances à l'aide de Frameview, preset élevé sélectionné, mais avec le MSAA ramené à 2x en UHD.

 

control t [cliquer pour agrandir]

Pourquoi ça fume là ?

 

Avantage aux verts cette fois, la RX 6900 XT parvient à devancer d'un cheveu la RTX 3080 en QHD, les 3080 Ti et 3090 restant hors de portée. En montant en définition, c'est la 3080 qui prend aussi l'ascendant, le modèle Ti étant 10 % plus rapide. L'activation du Ray Tracing accentue comme toujours l'ascendant des cartes du caméléon.

 

 

En route pour Night City page suivante.



Les 44 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !