• Immortals Fenyx Rising

Immortals Fenyx Rising est un jeu qui sans l'avouer, se veut être le Breath of the Wild d'Ubisoft. Même s'il n'atteint pas le niveau de son modèle, on pourra trouver un certain charme à ces aventures prenant place dans les temps mythologiques et avec ses dieux grotesques jouant les pitres. C'est le moteur dédié au monde ouvert de l'éditeur qui anime cela, à savoir l'Anvil, qui officie sur les licences Assassin's Creed ou Ghost Recon. Nous utilisons la séquence du benchmark intégré que nous mesurons à l'aide de Frameview, et ce avec le profil ultra incluant un TAA pour faire bonne mesure.

 

immortals fenyx rising [cliquer pour agrandir]

Vite, activons la fonction anti yeux rouges pour la photo !

 

Clairement, RDNA 2 raffole de ce moteur, la nouvelle venue devançant à peine la RX 6800 en QHD. En montant en définition, la situation revient à une plus grande "normalité", même si la RX 6900 XT conserve le dernier mot.

 

 

 

• Metro Exodus Enhanced Edition

Dernier acte de la trilogie Metro (s'appuyant sur le roman Metro 2035), Exodus conduit à explorer de nouveau le métro malsain de Moscou, suite à une apocalypse nucléaire. Toutefois, des escapades dans la Taïga permettront d'égayer les décors au cours de l'avancement du jeu. Ce dernier repose à nouveau sur le moteur 4A Engine, qui propose cette fois une version DX12 et des effets DXR, de quoi permettre un rendu bien plus précis des éclairages, autorisant les designers à jouer avec la pénombre, apportant une dose de réalisme bienvenue. Ces points sont encore plus poussés dans l'Enhanced Edition, avec un travail remarquable des développeurs, accessibles uniquement aux configuration capable de prendre en charge DX12 Ultimate (RTX et RX 6000). Nous utilisons le benchmark intégré avec le profil Extreme couplé aux effets Ray Tracing Ultra ainsi qu'au VRS 2x.

 

Metro Exodus [cliquer pour agrandir]

Ca, c'est du rat de compet', pas du ragondin bas de gamme !

 

Le fait d'imposer le Ray Tracing sur ce jeu, conduit à une franche domination des verts. Pour autant, les développeurs ont apparemment bien bossé leur rejetons, puisque les Radeon ne s'effondrent pas comme c'est parfois le cas avec le RT actif. Le QHD est donc tout à fait envisageable avec ce niveau de détails, il faudra pas contre attendre un équivalent au DLSS pour espérer conserver ces réglages en UHD. Et la RTX 3080 Ti dans tout ça ? Eh bien toujours collée aux basques de la RTX 3090.

 

 

Prêts pour des courses de caisses à savon en plein Far West page suivante ?



Les 44 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !