• Metro Exodus

Dernier acte de la trilogie Metro (s'appuyant sur le roman Metro 2035), Exodus conduit à explorer de nouveau le métro malsain de Moscou, suite à une apocalypse nucléaire. Toutefois, des escapades dans la Taïga permettront d'égayer les décors au cours de l'avancement du jeu. Ce dernier repose à nouveau sur le moteur 4A Engine, qui propose cette fois une version DX12. Il intègre également des effets DXR, de quoi permettre un rendu bien plus précis des éclairages, autorisant les designers à jouer avec la pénombre, apportant une dose de réalisme bienvenue. Le jeu est agréable visuellement, mais aussi très gourmand, comme pratiquement tous les Metro à leur sortie. Nous utilisons le benchmark intégré avec le profil Ultra en UHD.

 

Metro Exodus [cliquer pour agrandir]

T'as pas une gueule de porte-bonheur !

 

Cette licence et son moteur ont toujours bien aimé les rouges, souvent devant en puissance de calcul brute. Le lancement de Turing puis d'Ampere a toutefois changé quelque peu la donne. La nouvelle venue parvient à devancer de 9% la RX 6800 XT, encore une fois c'est suffisant pour passer devant la RTX 3080 FE en UHD, mais s'avère trop juste en comparaison du flagship d'Ampere.

 

 

Quid des performances après activation du Ray Tracing ? Compte tenu de la gourmandise du moteur sans même activation de cette technique, le taux d'images par seconde résultant n'est pas mirobolant. Les RX 6000 sont à nouveau devancées largement par les GeForce, mais s'en sortent mieux que dans d'autres titres et la RX 6900 XT parvient à prendre l'ascendant sur la RTX 2080 Ti FE. À nouveau nous laissons de côté le DLSS, vu la qualité insuffisante du résultat obtenu avec cette version.

 

 

 

• Project CARS 3

Le premier opus avait soufflé un vent frais sur les simulations de courses automobiles PC, avec des modélisations ultras réalistes des véhicules/circuits et des jeux de lumière très réussis. Les sensations de conduite étaient également très correctes, bien qu'en deçà de certains concurrents tels Assetto Corsa au niveau des transferts de masses. Le second opus a progressé à ce niveau, tout en conservant une réalisation visuelle de haut vol, animée par le Madness Engine, moteur 3D DX11 de Slighty Mad Studio, apportant également une gestion dynamique de la spite très intéressante. La honteuse version 3 renverse la table avec un gameplay s'orientant cette fois carrément vers l'arcade. Visuellement cela reste de bon niveau, même si certaines textures auraient gagné à être davantage travaillées, et le rendu en conditions humides pas très glorieux. Le rachat par Codemasters explique probablement ce changement d'approche, pas forcément bienvenue. Nous mesurons les performances à l'aide de Frameview, sur un replay de 30 véhicules avec un départ en fin de grille, l'unique AA disponible via Super Sampling étant réglé sur faible, pour obtenir un résultat satisfaisant visuellement avec cette définition.

 

Project Cars 3 [cliquer pour agrandir]

Ready ? Drive !

 

Les cartes d'AMD n'appréciaient vraiment pas le premier opus, c'est beaucoup mieux avec le troisième. Les RTX 3080 FE et 6800 XT sont au coude à coude, les 9% apportés par la 6900 XT lui donnent l'ascendant sur ce duo, mais s'avère encore insuffisant pour égaler la RTX 3090 FE.

 

 

Prêts pour les dernières années du Far West en compagnie de Lara Croft page suivante ?



Plus d'infos avec le comptoir de l'info


Les 43 ragots
Les ragots sont actuellement
Prévention fanboysouverts aux ragoteurs logués