COMPTOIR

×
×
×
×
×
×
×
×
×
×

Test • 21 cartes graphiques modifiées
HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : face avant
HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : face arrière
HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : connecteurs
HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : alimentation
HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : refroidisseur
HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : carte nue
HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : étage dalimentation
HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : puces mémoire
Imagerie Thermique HIS HD 7950 IceQ Boost Clock au repos
Imagerie Thermique HIS HD 7950 IceQ Turbo en charge

• HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock

Après la HD 7870 IceQ Turbo made in HIS, voici la gamme supérieure en l'occurrence une HD 7950 with Boost. À l’instar du modèle précédemment testé, cette HIS HD 7950 IceQ Boost Clock, emploie un refroidisseur relativement imposant basé sur une turbine de 65mm située à 'arrière. Le PCB arborant toujours le traditionnel bleu cher à HIS mesure 26cm, toutefois la carte dépasse quant à elle les 28cm, la faute à l'IceQ... La carte accuse 920 g à la pesée, cela commence à devenir conséquent, notons d'ailleurs la présence d'une équerre pour rigidifier le PCB qui comporte cette fois deux connecteurs CrossFireX du fait de son appartenance à la série 7900 :

 

HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : face avant [cliquer pour agrandir]HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : face arrière [cliquer pour agrandir]

L'HIS HD 7950 IceQ Boost Clock faces avant et arrière - Cliquer pour agrandir

 

Côté panel, on retrouve celui caractéristique des HD 7000 à savoir un connecteur DVI Dual Link, un HDMI 1.4a high speed et enfin deux mini Display Port 1.2. L'évacuation de l'air chaud est réalisée via les découpes sur l'intégralité du slot supérieur du bracket. Pour l'alimentation, cette HIS utilise 2 connecteurs à 6 pins à l'instar des HD 7870 de référence. Ils sont placés à 90° sur le PCB, juste sous le refroidisseur astucieusement bombé à cet effet afin de permettre un déverrouillage relativement aisé.

 

HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : connecteurs [cliquer pour agrandir]HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : alimentation [cliquer pour agrandir]

Connecteurs et alimentation - Cliquer pour agrandir

 

Puisque l'on parle de ce dernier, hormis le ventilateur radial de 65 mm déjà évoqué, il est constitué d'une base en cuivre encastrée dans un bloc d'aluminium sur lequel sont rattachées de nombreuses ailettes composées du même matériau. 4 caloducs permettent la transmission de la chaleur à dissiper de manière uniforme sur le radiateur. Les puces mémoire sont en contact direct avec le refroidisseur par le biais d'épais pads thermiques, ce n'est pas le cas de l'étage d'alimentation qui doit se contenter du flux d'air en provenance de la turbine.

 

HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : refroidisseur [cliquer pour agrandir]HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : carte nue [cliquer pour agrandir]

Le refroidisseur et la carte dénudée - Cliquer pour agrandir

 

Ce denier traditionnellement placé à l'arrière de la carte, utilise 7 phases pour alimenter le Tahiti Pro auxquelles il faut en adjoindre 2 pour la mémoire. Petite originalité pour cette dernière puisque HIS ne fait pas appel aux traditionnels Samsung/Hynix, mais à Elpida au travers de 12 puces certifiées à 1,25 GHz pour un total de 3 Go.

 

HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : étage dalimentation [cliquer pour agrandir]HIS RADEON HD 7950 IceQ Boost Clock : puces mémoire [cliquer pour agrandir]

L'étage d'alimentation et les puces mémoire - Cliquer pour agrandir

 

Poursuivons la description de notre carte avec un petit tour dans ses entrailles via GPU-Z : le GPU est fort logiquement cadencé pour une HD 7950 with boost à 925 MHz, mais qui peut chuter à 850 MHz en cas de dépassement du TDP. La mémoire reste quant à elle inchangée à 1,25 GHz. S'agissant ici d'une HD 7950, c'est un Tahiti amputé respectivement de 256 et 16 unités de calcul et texturing.

 

GPU-Z HIS HD 7870 IceQ Boost Clock

La carte vue par GPU-Z

 

Comment se comporte le refroidisseur spécifique du constructeur sur ce modèle ? Pour cela nous utilisons notre Fluke TI110 afin de réaliser des clichés de thermographie infrarouge. Au repos, on notera toujours et encore 2 points légèrement plus chaud au niveau de l'étage d'alimentation du GPU. En charge, le PCB s'échauffe et on mesure une température de l'ordre de 62°C au dos du GPU, la valeur extrême se situant au niveau de l'étage l'alimentation avec 75°C soit dans les 2 cas des valeurs parfaitement acceptables pour ces éléments.

 

Imagerie Thermique HIS HD 7950 IceQ Boost Clock au repos [cliquer pour agrandir]Imagerie Thermique HIS HD 7950 IceQ Turbo en charge  [cliquer pour agrandir]

Thermographie infrarouge au repos et en charge - Cliquer pour agrandir

 

Petite séance d'overclocking maison. La carte d'HIS ne proposant rien de plus qu'une modèle générique par défaut, peut-on aller plus loin avec son design maison ? Eh bien oui nettement, avec 210 MHz côté GPU (encore 10%) et presque 200 MHz aussi pour la mémoire qui n'était pas overclockée non plus. En jeu, on se retrouve avec un gain net de pratiquement 17% avec en contrepartie une température en nette hausse et une consommation qui croit de 46 W (les HD 7950 with Boost sont particulièrement limitées par leur TDP dans les jeux gourmands, lors de nos tests d'overclocking, nous poussons le slide de Powertune à fond ce qui accroit d'autant l'enveloppe énergétique disponible et donc la consommation, ce qui explique de telles variations après overclocking !)  .

 

GPU-Z HIS HD 7950 IceQ Boost Clock overclockée

GPU-Z : overclocking

 

L'ASIC Quality de notre GPU toujours selon GPU-Z est de 66,8 % soit un score très respectable pour une carte basée sur Tahiti.

 

GPU-Z HIS HD 7950 IceQ Boost Clock : ASIC

GPU-Z : ASIC Quality

 

3 étoilesQue peut-on conclure sur cette carte ? Commençons par les bons points : des températures parfaitement contenues tout comme la consommation au repos et les nuisances sonores en charge. Par contre la carte est nettement audible au repos, pas du fait d'une pression acoustique très importante, mais d'un bruit de roulement très désagréable. Difficile de dire si c'est un problème spécifique à notre exemplaire, toutefois la HD 7870 utilisant le même refroidisseur s'est avérée elle aussi décevante au repos. En charge la consommation est légèrement supérieure au modèle de référence (presse) sans que cela soit dramatique pour autant. Côté performance, c'est ni plus ni moins celui des HD 7950 with Boost, c'est là une petite déception, car avec son design spécifique, HIS aurait au moins pu relever le TDP autorisé sans mettre en danger la pérennité de la carte à l'instar de ce qui a été fait sur la HD 7970 GHz testée dans ce dossier. Heureusement, il est possible d'en tirer la quintessence via les pilotes... Du côté tarif, la carte d'HIS fait partie des HD 7950 les moins onéreuses ce qui est un excellent point, toutefois, on trouve à présent des GTX 760 "améliorées" qui sont de redoutables compétitrices, souvent bien moins bruyantes pour un tarif équivalent. En conséquence nous accordons 3 étoiles à cette HIS HD 7950 IceQ Boost Clock qui dispose toutefois à l'instar des autres RADEON 7900 d'un atout dans sa manche à savoir le bundle Never Settle Forever (Gold pour une 7900), de quoi faire basculer le choix en sa faveur si les jeux proposés intéressent l'acquéreur potentiel.

 

C'est tout pour cette HD 7950 d'HIS, voyons à présent sa grande soeur page suivante.



Un poil avant ?

MSI GX70 3BE : un 17.3" gaming avec AMD Richland A10-5750M et HD 8970M

Un peu plus tard ...

NZXT H630 : l'heure du verdict pour la grande tour sobre de NZXT


Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les 48 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !