• DiRT Rally 2.0

DiRT Rally avait été une vraie bénédiction pour les amateurs de rallye et conduite réaliste, alors que la série s'orientait de plus en plus sur le drift et une conduite très arcade devenant (très) indigeste pour certains. Sa suite a été commercialisée en février 2019 et persévère dans la même veine, pour le plus grand bonheur des amateurs de réalisme. Il s'appuie toujours sur l'Ego Engine, moteur DX11 maison, conservant dans cette version, un blending avancé qui améliore sensiblement le visuel, très agréable au demeurant. Pour les options graphiques, nous utilisons le niveau maximum couplé au MSAA 8x en QHD et MSSA 4x en UHD (sans TAA dans les 2 cas), ce titre souffrant d'un aliasing élevé sans ce dernier. Le jeu est maintenu à jour via Steam et nous utilisons le bench intégré lors d'une spéciale sur terre en Nouvelle-Zélande par temps clair, en mesurant les performances durant cette séquence avec Frameview.

 

visuel DiRT Rally 2.0 [cliquer pour agrandir]

Rien ne tel qu'une petite ballade champêtre en BX ou presque !

 

Turing semble apprécier ce moteur, avec une RTX 2080 Ti FE qui ne finit qu'à 14% de la nouvelle venue en QHD, encore limitée par le CPU. L'écart grandit en UHD pour atteindre 21% de mieux en faveur de la RTX 3080 FE.

 

 

DiRT Rally 2.0 en QHD [cliquer pour agrandir]DiRT Rally 2.0 en UHD [cliquer pour agrandir]

Evolution du taux d'images par seconde durant la séquence de test

 

 

• Doom Eternal

Est-il bien utile de présenter la licence Doom ? Cet opus Eternal suit directement les événements survenus lors du reboot de 2016. Toujours développé par Id Software et son moteur maison, l'Id Tech ici dans sa dernière version 7. Le gameplay est toujours aussi nerveux et le scénario, bien que plus développé que le précédent épisode, n'est que prétexte au massacre méthodique de légions de démons. Il utilise lui aussi l'API Vulkan, un choix logique pour un studio qui a toujours été le promoteur d'OpenGL. Nous utilisons le profil Ultra cauchemar, le jeu intégrant par défaut un antialiasing type TSSAA, et nous mesurons les performances durant un déplacement reproductible.

 

Doom Eternal [cliquer pour agrandir]

Le Slayer, c'est un grand sentimental en vérité... 

 

Toutes les cartes proposent un niveau de performance satisfaisant, preuve de l'excellente optimisation du jeu. Turing et les Radeon s'en sortent plutôt bien, la RTX 3080 FE fait encore mieux, puisqu'elle prend plus de 30% d'avance sur la RTX 2080 Ti FE en UHD. En QHD, le CPU l'empêche de s'exprimer librement. 

 

 

Doom Eternal en QHD [cliquer pour agrandir]Doom Eternal en UHD [cliquer pour agrandir]

Evolution du taux d'images par seconde durant la séquence de test

 

Page suivante, le retour de la légendaire série de simulateur de vol made in Microsoft



Plus d'infos avec le comptoir de l'info


Les 351 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !