• Verdict

boxNous voici parvenus au terme de ce dossier, et nul doute que beaucoup seront déçus de voir Intel proposer un Core i9-11900K moins performant en production, que ce dont est capable le 10900K. Pour autant, les gains d'IPC sont bien réels, mais ces derniers ne compensent pas l'ablation de 2 cœurs par rapport à la génération précédente. Pourquoi du coup Intel n'a-t-il pas utilisé les transistors dévolus à l'IGP, pour inclure ces derniers se demanderont probablement certains ? Ce n'est pas si simple, et le budget puissance électrique aurait probablement du être revu à la hausse, pour permettre cela en 14 nm. Car la situation n'est toujours pas au beau fixe sur le front de son 10 nm, le maintenant dans le carcan d'un procédé de fabrication âgé de plus de 6 ans, malgré des progrès indéniables de ce dernier au fil des ans, mais la physique a ses limites. Il faudra donc pour le fondeur, trouver rapidement la recette magique lui permettant de basculer ses processeurs de bureau vers des finesses de gravure plus fines, sous peine de voir l'écart le séparant des puces AMD les plus rapides, croître encore davantage. Car il n'y a pas de secret, si Rocket Lake permet à Intel de devancer les octocores Zen 2, ce n'est pas le cas avec Zen 3. Petite consolation, puisqu'Intel parvient toutefois à revenir à niveau de la dernière génération des rouges en jeu, là où les processeurs plus larges ne permettent pas de tirer un réel avantage, à contrario des fréquences élevées. En pratique cela ne change de toute façon pas grand chose, la plupart des écarts mesurés seront de toute façon masqués par la limitation liée à la carte graphique. 

 

C'est donc avec un constat mi-figue mi-raisin, que l'on ressort de ces différents tests. On peut d'un côté tirer notre chapeau à Intel, d'avoir été capable de porter sur un procédé de gravure moins performant une architecture conçue (au niveau de sa complexité en transistors) pour le 10 nm. Pas de miracles toutefois, cela se fait au détriment de la consommation et Intel est obligé de le tenir en laisse, pour ne pas voir les Watts défiler et la température exploser. Reste que les bleus sont toujours aussi permissifs quant à la gestion de ces points, la plupart des constructeurs de cartes mères, ouvrant toutes grandes les brides pour se retrouver en tête des graphiques comparatifs. Certains trouveront cela positif puisque les performances sont accrues, ce n'est toutefois vrai que lorsque le système de refroidissement est dimensionné pour, sinon le CPU passera en throttling rapidement, pour cause de température excessive. Il est malgré tout possible pour les amateurs éclairés, de tirer davantage de leur processeur, en acceptant une dégradation notable de l'efficacité et en soignant le refroidissement. Notons pour conclure que l'adjonction d'un nouveau Turbo (ABT), similaire au PB2 d'AMD, permet à Intel de tirer davantage de performance de son Core i9, mais amputant alors encore davantage la marge disponible pour les amateurs d'overclocking, à l'instar de ce qui se passe du côté rouge. Intel a fait la moitié du chemin nécessaire à son retour au premier plan pour les CPU de bureau, à savoir une mise à jour de son architecture, reste maintenant à franchir la seconde moitié liée au process en espérant pour lui, qu'AMD ne progresse pas autant qu'il a su le faire ces dernières années.

 

miniVous l'aurez compris au travers de ce dossier, ces processeurs Rocket Lake ne vont pas redéfinir le rapport de force existant entre AMD et Intel. On note d'ailleurs qu'Intel en profite pour augmenter ses tarifs, de respectivement 51$ et 25$ pour ses 11900K et 11700K. Le prix du 11600K reste lui inchangé, c'est d'autant plus incompréhensible, que c'est en définitive celui qui propose le gain le plus important d'un point de vue production, par rapport à la génération précédente. Bref difficile d'y voir une logique arithmétique, l'évolution du tarif est probablement davantage lié à la difficulté de production. Quoi qu'il en soit, les 5600X et 11600K sont proposés au même tarif, ce qui donne un petite avantage à la solution d'AMD, légèrement plus performante. Plus haut dans la gamme, le Core i7-11700K dispose d'un tarif 10% plus faible que celui du Ryzen 5800X, ce qui en fait une alternative intéressante si l'utilisation est plutôt orientée pour un usage ludique, sinon le 10700K sera probablement plus pertinent pour un tarif moindre. Enfin, le cas du Core i9 est compliqué : plus cher de 90$ que le R9 5800X qui pourtant le devance en production, les puces sont très proches d'un point de vue ludique. Surtout, son tarif officiel est seulement 10$ moins élevé que le R9 5900X, autrement plus performant en production, et n'ayant rien à lui envier d'un point de vue ludique. Reste maintenant un élément à prendre en considération, à savoir la capacité à alimenter le marché et donc le prix public réellement appliqué en contexte de pénurie mondiale. Même si les CPU sont moins touchés que les GPU, un effet existe et pourrait ainsi rebattre les cartes par rapport aux conclusions s'appuyant sur les prix officiels.

 


noctua 40 asus 40 bequiet 40 amd 40 intel 40 Logo G.Skill

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition des éléments de test.

 




Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les 77 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !