• Consommation & efficacité

Intéressons-nous à présent au besoin énergétique des différents processeurs. Nous mesurons ici la consommation totale à la prise, mais aussi sur les lignes 12 V de la carte mère. Les parties iGPU des CPU en disposant sont "désactivées" dans le bios.

 

Centrale nucléaire

 

Au repos, les nouveaux venus se différencient de leur prédécesseurs, mais dans le mauvais sens avec une inflation notable. Cela peut-être consécutif à un bios plutôt jeune, tout comme la conséquence de l'inflation du nombre de transistors.

 

 

En charge cette fois (H.264), la série 11, à l'exception du 11600K, se retrouve à un niveau comparable à la génération précédente. C'est plutôt logique, du fait d'une limite de consommation similaire appliquée. Il est important de garder en mémoire que lorsque PL2 est actif, alors la bride de ces CPU est beaucoup moins restrictive (250 W max au lieu de 125 W), et la consommation explose avec entre 60 et 70 W de plus absorbés pour permettre de maintenir des fréquences plus élevées. Attention donc aux cartes mères qui par défaut n'activeraient pas ces limites, car en l'absence d'action de l'utilisateur, il faudra utiliser un refroidisseur très efficace pour dissiper la chaleur produite et éviter le throttling du fait de la température.

 

 

Tentons d'établir un indice d'efficacité énergétique en croisant puissance absorbée et performances sous H.264. On constate que la série 11 régresse plus qu'elle ne progresse dans ce domaine... Précision à ce sujet : cette efficacité correspond à celle calculée lors de l'exécution de la seconde passe de notre test d'encodage H.264, les CPU Intel sont donc en régime PL1, cet indice serait bien moins bon si PL2 était actif.

 

 

Finissons notre évaluation par les températures et une petite séance d'overclocking.




Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les 81 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !