• Verdict

boxNous voici parvenus au terme de ce dossier, et nul doute que certains seront surpris par un tel retour d'Intel, après une série 11 décevante et ce malgré une nouvelle architecture remplaçant Skylake, usé jusqu'à la corde. Pourtant, à peine 7 mois séparent ces deux générations. La conjonction de deux facteurs a conduit à cette situation. Le premier est la mise au point d'un process 10 nm enfin capable de répondre au besoin du fondeur en matière de performances, en particulier de fréquences. Ce fut longtemps attendu, mais le fait est qu'Intel a enfin réussi à franchir la barre des 5 GHz avec son 10 nm. Le second facteur est l'avènement de la nouvelle architecture hétérogène, permettant de mixer des cœurs à très hautes performances, mais énergivores, avec d'autres moins performants mais plus efficients. Pourquoi une telle approche ? En fait, Intel s'est rendu compte qu'avec l'élargissement des processeurs, le principal frein à la performance est la consommation de l'ensemble, entraînant une réduction drastiques des fréquences et donc des performances. À quoi bon proposer de nombreux coeurs très performants et capables d'aller chercher des fréquences très élevées si, en définitive, ces dernières doivent être réduites pour se conformer à une limite de puissance qui n'est pas extensible à l'infini ? Ainsi, le design adopté permet de multiplier le nombre de coeurs au sein d'un même CPU, mais en spécialisant ces derniers. Lorsqu'un traitement massivement parallèle est requis, 8P + 8E c'est souvent mieux que 12 coeurs performants, voire parfois 16... Et lorsqu'un traitement moins parallèle survient, les 8P peuvent donner leur maximum et devancer les coeurs concurrents moins rapides. En théorie c'est une très bonne idée, mais il faut que les P-Cores parviennent à devancer intrinsèquement ceux de la concurrence. C'est là la difficulté, et Intel a opté pour des fréquences très élevées afin d'y parvenir. S'en suit une consommation importante du fait d'un process sûrement un peu juste pour ce qui a été visé, conduisant à la fournaise qu'est le Core i9-12900K. 

 

Il nous semble donc qu'Intel a eu les yeux plus gros que le ventre dans cette affaire, probablement vexé de se voir devancé depuis deux générations dans les applications productives. Il eut été possible à notre avis d'opter pour une enveloppe de puissance moindre et ainsi de s'assurer une quasi égalité avec le Ryzen 9 5950X sans excès, comme en atteste notre test à 125 W, où en définitive le 5950X ne dispose que de 9 points d'avance en applicatif et se retrouve derrière en jeu. En optant pour 170 W par exemple, il est presque certain que le Core i9-12900K eut été à niveau côté production. Mais non, il fallait être devant pour le flagship adverse, quitte à accepter un processeur pratiquement inutilisable sans un système de refroidissement très (très) haut de gamme. C'est d'autant plus dommageable à nos yeux, que son tarif le positionne frontalement face au 5900X plus qu'au Ryzen 9 5950X. Les autres références de la gamme s'avèrent bien plus raisonnables à ce niveau, sans pour autant pâlir de la comparaison avec la concurrence. Reste maintenant à voir ce qu'AMD va proposer en termes de performances avec son Zen 3 + 3D V- cache, l'avenir nous dira si les excès d'Intel avec son Core i9-12900K, suffiront à lui garantir la première place ou non.

 

artistiqueVous l'aurez compris au travers de ce dossier, ces processeurs Alder Lake s'avèrent pour la plupart une mise à jour salvatrice de l'offre d'Intel face à la concurrence d'AMD. Ainsi, le Core i5-12600K est proposé à un prix officiel de 289 $ pour 1 000 unités, de quoi le placer en face d'un R5 5600X (299 $), qu'il devance de plus de 40 % en production et entre 6 et 10 % en jeu. Le Core i7-12700K  est facturé 409 $, soit 40 $ de moins que le prix officiel du Ryzen 7 5800X, devancé de 31 % en production et de 6 à 10 % également en jeu. Enfin, le Core i9-12900K et ses 589 $, est quant à lui 40 $ plus cher que le 5900X, tout en le devançant de 19 % en production et de 8 à 13 % en jeu. Il se permet aussi de prendre l'ascendant sur le Ryzen 9 5950X dans ces deux domaines, tout en étant bien moins onéreux, mais au prix d'une consommation gargantuesque. Quelle surprise tout de même de retrouver Intel en leader du rapport performances/prix, alors qu'il est pourtant en position de force du côté des performances ! Il n'y a pas à dire, la concurrence a du bon même s'il ne faut pas omettre le prix de la carte mère et de la DDR5 le cas échéant, qui peuvent renverser l'avantage financier selon ce qui sera pratiqué. On peut néanmoins ajouter qu'une comparaison plus légitime, devrait opposer les versions KF des puces Intel, encore moins chères officiellement, puisque les Ryzen concurrents sont eux aussi dépourvus d'IGP. Par contre ces modèles ne sont pas toujours évidents à trouver, et du coup pas forcément moins coûteux en boutique. Car c'est bien là que va se jouer la pertinence de ces nouveaux processeurs, leur prix réel en boutique, même si on peut espérer qu'Intel étant maître de ses unités de production, la pénurie soit moins importante que pour d'autres semi-conducteurs produits à Taïwan. L'avenir nous le dira, mais au vu de leurs prix officiels, ces processeurs semblent donc d'excellentes propositions, le Core i5-12400F semblant d'ailleurs promis à un bel avenir, même s'il faudra attendre de connaitre sa tarification officielle avant de statuer définitivement. Notre avis est par contre bien plus mitigé concernant le Core i9-12900K et ce malgré ses performances, du fait de ses consommation et température totalement déraisonnables. Pour ceux qui veulent absolument s'en procurer un, nous ne pouvons que leur conseiller d'ajuster la limite de puissance dans l'UEFI, afin de trouver un meilleur compromis que celui proposé par défaut et ainsi améliorer le mix entre consommation, chauffe et performances. 

 


noctua 40 asus 40 bequiet 40 amd 40 intel 40 Logo G.Skill

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition des éléments de test.

 




Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les 172 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !