• Verdict

ryzenNous voici au bout de ce dossier et ces nouveaux processeurs changent considérablement le rapport de force qui existait depuis 10 ans entre Intel et AMD. Enfin, on peut considérer l'achat d'un processeur de ce dernier sans devoir faire des compromis notables sur l’exécution de certaines tâches ou la consommation de la plateforme. Certes, on partait de (très) loin avec une architecture CMT datant de fin 2011 pour les premiers FX. Le haut du pavé côté processeur AMD était encore tenu par un FX-9590 lancé mi-2013 et gravé en 32 nmn (sic). Nul doute qu'une version rafraîchie avec une finesse de gravure plus contemporaine aurait fait mieux. Il fallait toutefois refonder en profondeur l'architecture pour espérer jouer à nouveau le trublion des CPU face à Intel. Qui mieux que Jim Keller pouvait être l'architecte de ce retour aux affaires, lui qui était à la tête des équipes ayant produit le plus grand succès passé d'AMD, l'Athlon 64 ? Sans déifier le personnage ou minimiser le rôle des autres ingénieurs, il faut reconnaître que le bonhomme collectionne les succès lors de ses différents passages d'une société à une autre. Sous sa houlette, l'architecture Zen est bien née et si elle ne permet pas à AMD de revenir au niveau d'Intel dans le domaine ludique, elle l'en approche suffisamment pour que cela ne soit plus un repoussoir pour ceux visant le domaine applicatif (dans lequel elle se montre redoutable), mâtinée de sessions de jeu. De quoi espérer de belles années face à la concurrence lorsque Zen aura été débarrassé de ses quelques imperfections, inhérentes à toute nouvelle architecture. À ce titre, le lancement début mars semble avoir été quelque peu précipité : 1 à 2 mois de stabilisation supplémentaires, en particulier au niveau du profil d'alimentation Windows 10 ou de la gestion mémoire via des bios plus "robustes", auraient évité cette impression de flottement qui a légèrement terni les premiers tests.

 

Le second point qui pousse à l'optimisme est finalement que ce qui fut la plus grande force d'Intel au cours de la dernière décennie, à savoir un process de fabrication très largement en avance sur la concurrence, est en train de s'estomper totalement ! En effet, AMD peut profiter via des fondeurs tiers, de procédés de gravure compétitifs face à Intel, une quasi-équité qui n'était plus de mise depuis fort longtemps et qui joue aussi beaucoup sur le succès de Ryzen ! Rien ne dit d'ailleurs qu'Intel puisse reprendre un avantage significatif à ce niveau prochainement. Parallèlement à cela, Zen laisse la porte ouverte à de futurs gains notables, en particulier dans le domaine ludique, si AMD parvient à améliorer l'efficience de son sous-système mémoire au niveau des latences induites par ses Data Fabric et L3. Atteindre un tel niveau de performance avec des axes de perfectionnement déjà clairement identifiés, est finalement plutôt une bonne nouvelle, si bien sûr des corrections sont apportées à l'avenir ! Car Intel va réagir prochainement en déclinant Skylake sur des versions supérieures à 4 cœurs, de quoi reprendre un petit peu d'avance via l'augmentation de l'IPC de sa propre architecture. Mais à chaque jour suffit sa peine, et l'avenir d'AMD parait bien plus rose avec Zen qu'avant son lancement, c'est une certitude.

 

boxUn mot sur le chipset X370 qui fait le job en proposant tout ce que l'on peut attendre à l'heure actuelle ou presque. Qui plus est, Ryzen intègre en son sein de quoi satisfaire le besoin de certains et imaginer des configurations minimalistes. La plateforme AM4 devrait d'ailleurs, à l'instar de ses devancières, disposer d'une durée de vie conséquente, ce qui est un plus appréciable et un atout de plus dans la manche d'AMD, surtout connaissant la propension au changement de socket d'Intel ! Tout dépendra par contre de la pertinence des futurs CPU lancés à ce format. Pour revenir à la plateforme, le changement était d'autant plus nécessaire que la longévité et un certain abandon de l'AM3+, avaient conduit à des carences en termes d'interface qui sont à présent comblées. Côté CPU, AMD propose du quad à l'octocœur, tous doté du SMT par défaut, à quand une telle décision côté concurrence ? Ajoutons qu'AMD propose avec ses Wraith Spire des refroidisseurs très convenables pour ceux qui ne désirent pas forcément overclocker leur processeur, les autres préféreront se tourner vers un modèle dépourvu de bundle et donc moins cher. L'overclocking reste une force de cette nouvelle gamme avec des coefficients systématiquement débloqués. Cela peut par contre être un souci pour AMD car, nous l'avons expérimenté lors de notre session d'overclocking, les écarts restent relativement marginaux entre processeurs après surcadençage, de quoi retirer pratiquement tout intérêt aux Ryzen 7 1800X et 1700X, plus chers et donc plus rémunérateurs pour le constructeur qu'un R7 1700 vendu à prix d'appel pour un octocœur ! Mais laissons là ces problèmes internes à AMD et ne boudons pas notre plaisir de voir un CPU 8 coeurs 16 threads, à un prix le rendant accessible au plus grand nombre, ce que la concurrence n'a pu/voulu faire ces dernières années.

 

fuck yeah

Alors, ils assurent ces Ryzen ?

 

En résumé, Ryzen signe effectivement le grand retour d'AMD au niveau des processeurs performants et efficients. Des progrès sont notables dans le domaine ludique, même s'il faut bien reconnaître qu'Intel garde encore largement l'avantage à ce niveau. Une meilleure prise en charge de cette architecture par les développeurs devrait améliorer quelque peu la situation, pas de quoi renverser la table, mais rapprocher davantage les 2 concurrents. Qui plus est, nos tests sont calibrés pour mettre en avant les situations de limitation CPU et ainsi différencier au mieux les différentes offres, il est toutefois plus que probable que l'utilisateur courant se retrouvera davantage limité par sa carte graphique que son processeur central dans le cas d'un Ryzen. Notons également que certains moteurs de jeux tirent dès aujourd'hui efficacement parti de la parallélisation, si cette tendance s'accentue, cela pourrait à l'avenir profiter davantage aux processeurs largement multicœurs et changer quelque peu le rapport de force actuel dans ce domaine.

L'usage applicatif est de son côté très positif pour Zen qui arrive dans les logiciels les plus lourds, à proposer une alternative très crédible, voire parfois meilleure que la concurrence au niveau des performances. C'est inédit depuis 10 ans, même s'il ne faut pas oublier qu'Intel a un retard d'une génération au niveau de l'architecture sur sa plateforme LGA 2011 par rapport aux CPU LGA 1151. L'arrivée prochaine des Skylake-X (sur un nouveau socket LGA 2066 !) devrait lui redonner un peu d'espace, ou pas, si AMD sort de sa manche un processeur plus rapide. Mieux, ces performances ne s'accompagnent pas d'une consommation démesurée telle celle des centurions (FX-9xxx), bien au contraire puisque les Ryzen n'ont rien à envier à leurs concurrents dans ce domaine ! On pourra pointer du doigt une montée en fréquence un peu plus limitée que la concurrence, toutefois l'écart n'est vraiment sensible que pour les quadricœurs et AMD a positionné sa gamme pour éviter le choc frontal.

En effet, le Ryzen 7 1800X à 8 cœurs est 23% moins cher qu'un Core i7-6850K à 6 cœurs qu'il devance légèrement au global et largement en applicatif, il en est de même pour le 1700X face au 6800K. Mais le vrai nerf de la guerre se situe plus bas entre un Core i7-7700K très véloce en jeu, mais qui rend 20% en application au Ryzen 7 1700 pourtant 10% moins cher ! Le doute pourra subsister pour celui qui n'utilise son PC que dans un cadre ludique, les autres se tourneront logiquement vers l'offre d'AMD. Le duel entre R5 1600X et Core i5-7600K à tarif similaire est lui à sens unique, le second cité ne parvenant même pas à créer un écart significatif en jeux, alors qu'il est totalement dominé en applicatif. On pourra ajouter le R5 1600 une trentaine d'euros moins cher que sont grand-frère et qui permettra à ceux qui n'ont pas peur de mettre les mains dans le cambouis d'économiser cette somme sans perte de performance après overclocking. Ces derniers processeurs AMD constituent donc des mets de choix pour qui veut investir dans une configuration performante à tarifs mesurés, d'autant que la pérennité annoncée de l'AM4 laisse place à des mises à jour CPU moins onéreuses qu'un changement complet de plateforme.

 


noctua 40 bequiet 40 topachat amd 40 Logo G.Skill 

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition des éléments de test.




Sommaire

Page n°1 : Préambule
Page n°2 : Zen, une nouvelle architecture
Page n°3 : Ryzen
Page n°4 : AM4 & X370
Page n°5 : Asus Crosshair VI Hero
Page n°6 : MSI X370 XPower Gaming Titanium
Page n°7 : Configurations et protocole de test
Page n°8 : Impact SMT et DDR4
Page n°9 : Performances synthétiques
Page n°10 : Compression et encryptage
Page n°11 : Création 3D et vidéo
Page n°12 : Traitement photos
Page n°13 : Encodage vidéo
Page n°14 : Rendu scènes 3D
Page n°15 : Compilation
Page n°16 : Performances ludiques
Page n°17 : Indices de performance
Page n°18 : Consommation & efficacité
Page n°19 : Overclocking & températures
Page n°20 : Verdict

Les 110 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !