• Verdict

Nous voici parvenus au terme de ce dossier et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on ressort de ce test avec une impression mi-figue, mi-raisin. La carte a de bons côtés, mais l'argument principal sur lequel misait Nvidia, à savoir la tarification, ne se retrouvera pas en boutique, si ce n'est pour quelques exemplaires qu'il sera difficile d'acquérir à partir de 18:00 (ceux en souhaitant une devront être fin prêts). La pénurie actuelle semble malheureusement bien partie pour durer. Au-delà de cette problématique, difficile d'être dithyrambique vu les gains limités par rapport à la génération précédente, assortis d'une baisse de prix (virtuelle) somme toute limitée. Il sera d'ailleurs intéressant de voir ce que le concurrent sera capable de proposer en termes d'alternative, même si, ne nous leurrons pas, la problématique de disponibilité devrait être la même. Détaillons tout cela en commençant pas le GPU.

gigabyte 3060 eagle

 

• GA106-300

ga106 300

Cette troisième puce Ampere destinée aux cartes grand public, était probablement la plus attendue par la majorité des acquéreurs potentiels. En effet, c'est sur ses épaules que repose l'espoir d'une démocratisation de la nouvelle génération des verts. Pour ce faire, Nvidia a conçu une puce de moins de 300 mm² (278 exactement), tranchant nettement avec la génération précédente, dont le pendant nécessitait pas moins de 445 mm². Le changement de procédé de fabrication y est pour beaucoup, mais pas que, puisque le caméléon a décidé de pratiquer une coupe franche au niveau du bus mémoire, qui revient à 192-bit à l'instar de la génération Pascal, et donc en repli par rapport à TU106. Et ce n'est pas sans conséquence, puisqu'en parallèle la puissance de calcul a été gonflée, déséquilibrant le GPU. Le résultat ne se fait pas attendre, puisque lors de l'exécution de jeux en rastérisation, GA106 peine à faire mieux que son devancier pour une consommation électrique du même ordre. Si on s'en tient à ce simple résumé, le constat implacable est l'absence de progrès entre les 2 puces, tant en performance ludique qu'en efficience. Seule une taille de die réduite devrait permettre de baisser les coûts de production (il faudrait pour s'en assurer connaitre le prix des Wafer de chaque process et les rendements associés). Heureusement, GA106 a quelques atouts dans sa manche, telle qu'une performance en Ray Tracing en net progrès, permettant donc de rendre l'expérience plus convaincante à ce niveau de gamme, par rapport à l'offre précédente. On peut également ajouter le décodeur vidéo de dernière génération supportant l'AV1, ainsi que des Tensor Cores bien plus performants du fait de la prise en charge de la sparsite. De quoi envisager une accélération IA plus performante, théoriquement bénéfique pour les évolutions futures de sa mise en œuvre ludique (DLSS). Tout ceci n'est toutefois pas gratuit et a donc consommé un budget transistors sensible, conduisant Nvidia aux arbitrages réalisés pour le bus mémoire. On ne peut également s'empêcher de comparer avec la génération Pascal : en sus de l'augmentation de la densité, Nvidia avait profité du nouveau process pour monter en fréquence, conduisant à la réussite que l'on a connue. Ici ce n'est pas le cas, l'architecture n'ayant pas été forcément pensée pour cela contrairement au concurrent, et le 8 nm SAMSUNG est probablement moins performant à ce niveau que le 7 nm TSMC. Nvidia a donc compensé cela par un glissement de la gamme vers les puces plus performantes (3080 basée sur un GA102 et non GA104 comme c'était le cas précédemment, 3070 sur un GA104 quasi complet au lieu d'une version bridée et 3060 Ti elle aussi sur ce GA104 et non GA106). Mais la RTX 3060 n'a pas cette chance, elle se retrouve donc avec les seuls apports d'Ampere et une puce 106 moins ambitieuse que la précédente. Comme nous l'indiquions précédemment et contrairement aux assertions de Nvidia, non Ampere n'est pas le plus grand saut générationnel (contemporain) de la marque, Pascal a été autrement plus marquant.

 

 

• GeFORCE RTX 3060

Alors que penser de la petite dernière du caméléon ? Vous l'aurez compris, ce n'est pas une révolution du côté des performances ludiques en rastérisation, puisque nous avons ici ni plus ni moins qu'une RTX 2070 ou RX 5700 XT. On pouvait légitimement espérer mieux qu'une grosse vingtaine de pourcents gagnés par rapport à la RTX 2060 FE, surtout en prenant en considération le changement de procédé de fabrication. Il n'en est rien, il faudra donc se tourner vers le Ray Tracing pour mesurer des écarts réellement significatifs (+62% / 2060) ou trouver un intérêt à l'écosystème logiciel récent du caméléon (Broadcast, Reflex). Il est également appréciable de pouvoir profiter des 12 Go de mémoire embarquée, gage de pérennité par rapport aux précédents 6 Go utilisés sur cette gamme et commençant à être limites dans certains jeux (en particulier avec RT actif). Mais c'est surtout le prix qui fera pencher la balance ou non du côté d'un achat. Annoncée à un tarif de 335 € pour les premiers prix, la RTX 3060 sera malheureusement extrêmement difficile à dénicher à ce tarif, tant que perdurera la pénurie touchant la plupart des semiconducteurs. Il reste du domaine du possible de mettre la main sur une RTX 30 à son MSRP, il faut pour cela se tourner vers les FE. Malheureusement ce modèle n'existe pas pour la RTX 3060. Les constructeurs l'ont bien compris et les tarifs les plus fous commencent à se dessiner pour cette référence. A titre d'exemple, il ne sera pas rare de trouver des cartes somme toute correctes mais sans rien d'exceptionnel, proposées à 500 € et plus.

 

Et cela monte plus haut avec certaines références dépassant le tarif d'une RTX 3070 FE, qui en sus de profiter d'une finition exemplaire, dispose de prestations d'un tout autre niveau. Une telle tarification est totalement injustifiée, à ce niveau de prix, on est en droit d'attendre des performances en rapport, ce qui n'est pas le cas. Que l'on soit clair, la RTX 3060 n'est pas une si mauvaise carte en soi, elle propose les performances qu'il faut en FHD, et pour ceux visant cette définition, elle permet même de jouer avec le Ray Tracing actif. Ce placement est adapté au besoin de certains, pourvu que le tarif le soit. Or, dans la situation actuelle, le jeu de l'offre et la demande conduit à des aberrations totales. Il est impossible pour nous de cautionner de telles choses, et vous invitons à vous montrer patients et assidus sur l'outil neeed mis à votre disposition, pour vous aider à dénicher la perle rare, à savoir une carte graphique à prix "normal". Alors bien-sûr, nous ne sommes pas dans la situation de certains, où le besoin se fait impérieux (panne, nouvelle configuration, etc.) ou tout simplement une lassitude d'attendre une disponibilité sans cesse repoussée. Ceux qui ont la chance de posséder une connexion internet rapide, peuvent également se tourner vers les solutions de Cloud Gaming pour patienter. Cela ne remplace pas tous les usages d'une véritable carte graphique, mais cela permet de jouer dans de bonnes conditions y compris avec ses bibliothèques dématérialisées pour certaines. De quoi "dépanner" certains gamers au bord de la crise de nerfs, d'ici à ce que la situation se normalise enfin.

 

amd 40 bequiet 40 Logo G Skill intel 40 asus 40 nvidia 40

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition du matériel de test

 


• Les tarifs dans la vraie vie ?

 



Les 61 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !