• Bilantation

diaboliqueIl n'y a pas de grandes tirades à faire sur ce jeu. C'est un Souls-like, avec ses forces et ses faiblesses. Ce que l'on en retient techniquement, ce sont deux sentiments très opposés. Le DLSS est une réussite sur ce jeu, mais on avoue que ça ne nous surprend pas spécialement, l'Unreal Engine 4 étant souple au point de le tolérer. C'est tellement bien foutu qu'un simple plug-in le permet à tout développeur qui souhaiterait le faire, il y en aurait pour une journée de boulot selon ces derniers. C'est une confirmation que ça marche, et ça apporte dans ce titre une belle bouffée d'oxygène et de confort dès lors qu'on veut jouer surclassé.

 

L'autre sentiment, c'est un très mauvais rapport qualité/prix du ray tracing dans ce titre. Par prix, nous ne voulons pas parler d'argent, mais de prix à payer pour jouer convenablement, de sacrifice. En effet, nous avons rarement vu cette méthode aussi peu contributive dans un jeu que Mortal Shell. Elle n'apporte quasiment rien visuellement, et pourtant elle castre les performances par un facteur supérieur à deux, ce qui est simplement impossible et inacceptable. On sent que la rustine est arrivée après le lancement, et telle une roue qui se dégonfle, elle ne parvient pas à éviter la fuite. C'est un échec, à contrario du DLSS. Epicétou !

 

 


Logo Asus Logo G Skill bequiet 40 msi 40

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition du matériel de test



Les 5 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !