• Metro Exodus

Dernier acte de la trilogie Metro (s'appuyant sur le roman Metro 2035), Exodus conduira à explorer de nouveau le métro malsain de Moscou suite à une apocalypse nucléaire. Toutefois, des escapades dans la Taïga permettront d'égayer un peu les décors au cours de l'avancement du jeu. Ce dernier repose à nouveau sur le moteur 4A Engine, qui propose cette fois une version DX12, offrant les mêmes performances que DX11, un point à saluer sachant que c'est loin d'être une généralité. Il intègre également des effets DXR, de quoi permettre un rendu bien plus précis des éclairages, permettant aux designers de jouer sur la pénombre de manière bien plus efficace qu'en "simple" rastérisation. Le jeu est agréable visuellement, mais aussi très gourmand, comme pratiquement tous les Metro à leur sortie. Nous utilisons le benchmark intégré avec le profil Ultra, le jeu étant bien entendu maintenu à jour via l'Epic Games Store.

 

Metro Exodus [cliquer pour agrandir]

T'as pas une gueule de porte-bonheur !

 

Cette licence et son moteur ont toujours bien aimé les rouges, ce dernier opus ne changeait pas la donne, toutefois NVIDIA a largement amélioré les performances de ses cartes avec ses derniers pilotes. De quoi creuser l'écart entre 2080 FE et Radeon VII, la nouvelle venue n'étant au final que marginalement plus rapide (entre 2 et 4%) que la première citée.

 

 

Qu'en est-il des performances après activation du Ray Tracing ? Compte-tenu de la gourmandise du moteur sans même activation de cette technique, il ne faisait pas de doute que c'est un véritable défi pour les cartes actuelles. Petite remarque, le DLSS ne s'applique pas sur le bench intégré avec les deux RTX 2060 en UHD malgré sa sélection dans les options, et ce sans raison apparente. La 2080 SUPER ne change finalement pas grand-chose à ce que proposait déjà sa devancière. Il faut jouer à nouveau du DLSS pour obtenir des taux d'images par seconde compatibles avec une session de jeu confortable en QHD, pour l'UHD, il faudra oublier le réglage Ultra.

 

 

 

• Shadow of the Tomb Raider

Le jeu surfe sur le succès du précédent reboot et de sa suite, ce qui n'est pas du goût de tous et pourra décevoir certains ne voyant qu'une énième resucée du même jeu. Les fans apprécieront par contre de pouvoir prolonger les aventures d'une Lara plus jeune, avec un résultat visuel au niveau des précédents, même si un effet de flou prononcé avec les options graphiques élevées, pourra là aussi diviser. Il s'appuie toujours sur le Foundation Engine. Nous testons le jeu (maintenu à jour via Steam) dans sa version DX12, la plus performante quelle que soit la marque, à l'aide du benchmark intégré et toutes les options au maximum, couplées au TAA.

 

Deux comptoiroscopes : à gauche, nous comparons les presets graphiques, à droite DX11 vs DX 12

shadow of the tomb raider [cliquer pour agrandir]

Tu as bien raison de porter un masque Matthieu !

 

Jeu TWIMTBP, il n'est pour autant pas favorable aux verts puisque la GTX 1080 est légèrement devancée par la RX Vega64. Turing a toutefois changé la donne, la 2080 SUPER apporte son traditionnel gain, insuffisant pour jouer vraiment confortablement avec ces réglages en UHD toutefois, cela restera la prérogative de la Ti. 

 

 

En activant les ombres gérées par le Ray Tracing, quel impact pratique ? Le réglage Moyen est relativement léger en QHD, il sera donc parfaitement exploitable y compris sans faire appel au DLSS apportant un surplus de flou, indispensable toutefois pour la nouvelle venue en UHD. Le mode Ultra est accessible en QHD si couplé au DLSS, en UHD il faudra "taper" plus haut.

 

 

Petit passage en Egypte page suivante.




Les 32 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !