• Protocole de test

Afin de reproduire une mise en situation de nos cartes nous permettant de les départager au mieux en réduisant les autres points de limitation des moteurs 3D, nous avons opté pour une configuration musclée. Exit la plateforme X99 / LGA 2011, puisque nous utilisons à présent le couple Z390 / LGA 1151. Ce CPU est plus performant en jeu, tout en étant plus accessible, ce qui correspond davantage aux choix d'un joueur pour une plateforme dédiée gaming. Nous désactivons l'hyper-threading afin de privilégier la répétabilité des mesures et utilisons une grande quantité de mémoire vive pour éviter toute limitation à ce niveau.

 

• Hardware
Intel Core i9-9900K@5 GHz (HT Off)
ASUS MAXIMUS XI Hero (Wi-Fi)
G.Skill Ripjaws V [2 x 16 Go 3200@14-14-14-1T]
Crucial MX100 - 256 Go (OS) / Samsung 850 Evo - 2 To (Jeux)
BeQuiet! Dark Power Pro 10 1200 W
Acer Predator X27

 

 

x79 sabertooth DDR4 G.Skill Trident Z dark power pro 10

 

Nous avons réuni pour ce test le panel de cartes suivantes, avec entre parenthèses les fréquences GPU et mémoire maximales en MHz. Pour rappel, la fréquence GPU variera plus ou moins largement à la baisse, pour les cartes dotées d'un "boost" par rapport à cette valeur indiquée, selon la charge, température et/ou consommation. Cette indication max. n'est donc là qu'à titre purement informatif et ne correspond pas forcément à la valeur des fréquences appliquées durant les tests (plus de détails un peu plus bas).

 

XFX RX 460 Double Dissipation (1220/1750)

Asus ROG Strix RX 560 (1326/1750)

Sapphire RADEON RX 470 OC @ RX 570 4 Go (1244/1750)

MSI RX 570 ARMOR OC 8 Go (1268/1750)

SAPPHIRE RX 590 Nitro+ SE @ RX 580 8 Go (1257/2000)

SAPPHIRE RX 590 Nitro+ SE (1560/2100)

MSI GTX 950 Gaming @ GTX 950 2 Go 75w (1316/1651)

Asus Phoenix GTX 1050 (1683/1752)

Zotac GTX 1050 Ti (1771/1752)

KFA² GTX 1060 3 Go OC (1923/2002)

NVIDIA GeForce GTX 1060 Founders Edition (1911/2002)

Asus ROG Strix GTX 1650 OC @ GTX 1650 (1845/2001)

Asus ROG Strix GTX 1650 OC (2010/2001)

Gainward GTX 1660 Pegasus OC (2010/2001)

Pour ce test, nous avons utilisé une carte fournie par Asus, puisque NVIDIA ne décline pas de Founders Edition dans cette gamme. Nous avons toutefois rétabli ses fréquences GPU (offset -165 MHz) et le TDP au niveau des spécifications de référence, pour représenter un modèle respectant ces dernières, la limite de l’exercice s'arrêtant à l'efficacité du refroidisseur, dépendant de chaque marque.

 

Egalement incluse, la GTX 1660 Pegasus OC de Gainward, un modèle premier prix, pour situer les performances de la gamme Turing supérieure. La génération Pascal (série 10) est également présente, avec les GTX 1060 6 et 3 Go, mais aussi les GTX 1050 et 1050 Ti. Enfin, la GTX 950 est présente via le modèle Gaming de MSI, nous avons toutefois flashé le bios de cette dernière pour simuler une version disposant d'un TDP limité à 75 W. Du côté de la concurrence, sont présentes les cartes d'AMD à base de Polaris (10/11/20/21/30) via la RX 470 de Sapphire, 460 XFX, 570 MSI et 590 Sapphire. Nous avons également inclus une RX 570 simulée à partir de la Sapphire RX 470 OC en adaptant sa fréquence GPU et son TDP. Nous avons procédé de même pour la RX 580 via la RX 590.

 

gpu_boost.jpg

Petit aparté concernant GPU Boost et Powertune : nous avons indiqué pour information les fréquences maximales atteignables par les cartes à notre disposition, notons qu'en pratique lors d'une séance de jeu soutenue, l'augmentation de la température GPU et/ou la consommation atteignant les limites fixées par les constructeurs, vont conduire à une baisse plus ou moins sensible des fréquences de fonctionnement. C'est pourquoi nous veillons à "bien faire chauffer" les cartes entre chaque session de benchs et nous ne commençons les mesures de performances des cartes disposant de ces mécanismes de contrôle, que lorsque la température de fonctionnement se stabilise, impliquant une baisse des fréquences pour celles ne disposant pas d'un refroidisseur capable de maintenir (avec les réglages par défaut) une température inférieure à ces seuils sous forte charge. Lorsque ce n'est pas possible (comme dans le cas de benchs "automatisés"), nous répétons ces derniers jusqu'à atteindre ces températures lors des passes suivantes et ne comptabilisons les résultats qu'à partir de ce moment.

 

• Software

Windows 10 Pro (1809) 64-bit

AMD Crimson Adrenalin 2019 19.4.3

NVIDIA GeForce 430.39

 

Nous utilisons Windows 10 (October 2018 Update) dans sa version 64-bit afin d'exploiter une quantité conséquente de mémoire vive et ne pas limiter les jeux qui en auraient besoin à ce niveau. Cela nous permet également d'inclure les jeux DX12 et DXR, qui ne sont supportés que par ce dernier. Les dernières mises à jour de l'OS et de DirectX sont bien sûr installées.

 

Côté pilotes, nous utilisons les derniers disponibles au moment des mesures. Les réglages par défaut sont utilisés pour les deux constructeurs : ils impliquent une optimisation du filtrage trilinéaire et de la Tesselation (uniquement les RADEON pour cette dernière), qui conduit à limiter le facteur maximal de cette dernière, afin d'éviter une amplification géométrique risquant d'engorger le GPU. Voici ce que cela donne pour les cartes du caméléon :

 

Réglages pilotes GeFORCE [cliquer pour agrandir]

Réglages par défaut des pilotes GeFORCE

 

Notez que le panneau de contrôle d'AMD introduit avec les pilotes Crimson et toujours d'actualité avec les Adrenalin, version 2019 y compris, est une franche réussite en termes d'ergonomie et de réactivité. L'avantage à ce niveau qui était plutôt du côté du caméléon en 2015 a, là, changé de camp. Voici les réglages par défaut des RADEON :

 

Réglages pilotes AMD [cliquer pour agrandir]

Réglages par défaut des pilotes RADEON

 

• Protocole

La configuration est installée dans un boîtier Cooler Master Cosmos II disposant d'un ventilateur 200 mm en façade, un 140 mm à l'arrière et trois 120 mm au sommet, tous étant raccordés au rhéobus intégré positionné sur la vitesse intermédiaire et couplés à des adaptateurs LNA de Noctua. Pour les tests à proprement parler, les résultats ont été obtenus via FRAPS 3.5.99, Afterburner 4.6.1 ou PresentMon sur un déplacement reproductible, et correspondent à la moyenne de 3 "passes" minimum. La température de la pièce est maintenue à 21°C durant tous les tests. Lorsque le jeu inclut un outil de bench représentatif et fiable (répétabilité des résultats du test), nous pouvons également l'utiliser (toujours 3 "passes" minimum).

 

Le panel de test comprend 14 jeux afin de mesurer l'efficacité de nos cartes dans diverses situations. La philosophie retenue est de n'utiliser qu'un seul jeu par moteur 3D, afin de limiter le "poids" de chacun au niveau de l'indice global. Nous essayons de suivre l'actualité vidéo-ludique en remplaçant régulièrement des références par de nouvelles, en respectant toutefois le point précédent et en s'assurant que le titre retenu convient à cet exercice (répétabilité, absence de limitation, etc.). Nous avons choisi la définition 1920 x 1080 (FHD) qui sied à ces cartes. Enfin, les mesures sont réalisées avec des niveaux de qualité précisés lors de la description de chaque jeu testé, sachant que nous avons visé un taux proche des 60 i/s pour les RX 570, concurrentes désignées de la GTX 1650 du fait de leur tarification similaire, voire légèrement moindre.




Les 15 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !