Comptotuto • Jouer sur Linux comme des hackerz avec Manjaro
Pas assez de logiciels ? Déloquez les sources tierces d'applications !

Lorsque vous utilisez l'outil d'ajout/suppression de programmes, vous téléchargez la liste des logiciels disponibles depuis trois localisations : les repositories core, extra et community. Comme leur nom l’indique, core contient les paquets système nécessaires au bon fonctionnement des machines, là ou extra apportera d’autres softs moins critiques, mais toujours bien utiles. Enfin, community n’est pas directement mis à jour par les développeurs de Manjaro, mais par des utilisateurs de confiance. Vous y retrouverez ainsi tous les logiciels pratiques, mais absolument pas liés à Linuxdiscord, par exemple. Or, si vous voulez quelque chose d’encore plus exotique... vous semblez dans la mouise. En effet, dans une distribution Linux, il est considéré comme extrêmement sale d’installer à la main des logiciels, c’est-à-dire sans passer par le gestionnaire de paquets. Les fichiers installés ainsi que les bibliothèques sur lesquelles dépend votre application ne seront en effet pas tracées, ce qui signifie qu’une mise à jour pourrait rendre votre système inopérant, sans compter l’enfer que représentera la désinstallation dudit logiciel.

 

Cependant, d'autres sources de logiciels existent pour vous faciliter la vie : Snap (poussé par Ubuntu) et Flatpak (dont le principal avantage est de cloisonner les applications en les virtualisant) - et l'Arch User Repository, en principe réservé aux utilisateurs avancés, qui est abordée plus en détail quelques pages plus loin. Notez que les applications Snap et Flatpack sont directement maintenues par leurs éditeurs : il est donc sûr de se servir de ces sources si les logiciels recherchés ne figurent pas dans les repos de Manjaro. Typiquement, vous y trouverez un bon nombre d'applications non-open source dans ces sources telles Teams, Skype, OneNote ou encore Google Drive.

 

Or, par défaut, leur intégration est désactivée dans Pamac, mais la procédure pour remettre la machine en route n'est pas bien complexe : ouvrez le logiciel d'ajout / suppression de programme, puis allez dans le menu de configuration (icone à trois points verticaux), puis sélectionnez "préférences".

 

manjaro pamac aur search

 

Dand la fenêtre qui s'ouvre, sélectionnez l'onglet "tierce partie" : normalement, vous obtenez une configuration similaire à celle-ci :

 

manjaro pamac aur search

 

Activez les interrupteurs correspondants à Flatpak, Snap ainsi que leur option de mise à jour automatique, et vous voilà parés ! Pour l'AUR, la chose est plus complexe : en effet, il n'y est plus question non seulement de télécharger, mais aussi de compiler et compresser vous-même les fichiers nécessaires à la construction des paquets : cela demande souvent des dépendances non préinstallées de base et une certaine dose de connaissance afin de parvenir à vos fins. Dans le doute, mieux vaut ne pas trop vous y frotter !

 

manjaro pamac aur search

 

Un fois la manipulation effectuée, les paquets Snap, Flatpak et AUR apparaissent directement dans les champs de recherche : à vous de choisir quoi installer et depuis quelle source !

 

manjaro pamac aur search



Un poil avant ?

AMD et GlobalFoundries ne sont plus exclusifs !

Un peu plus tard ...

SK Hynix voudrait aussi aider le marché des semiconducteurs à sortir de sa pénurie

Les 23 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !