Premiers pas avec XFCE

Une fois votre mot de passe entré, vous êtes accueillis par une première fenêtre récapitulative. Rien de bien folichon, certes, mais une série de liens qui pourront toujours se révéler utiles, en plus de vous fournir une bonne lecture du soir.

 

Un bureau somme toute assez classique [cliquer pour agrandir]

 

Une bas à gauche, le menu démarrer (pardon, le menu Whisker) vous permettra de parcourir la liste des applications préinstallées contenant principalement des utilitaires web tels que Firefox, Thunderbird, HexChat, mais aussi des outils pour les power users comme htop ou encore un utilitaire calculant les hashs de vos fichiers. Surprise, Steam est fourni par défaut !

 

Attention, pour les premières installations, une petite différence est présente par rapport à Windows/Mint: pour éteindre votre machine, l’icône (verte) se situe soit en haut à droite du menu démarrer, soit en bas à droite de votre écran, dans la barre des tâches. Notez également le raccourci vers « Paramètres », l’analogue du « Panneau de Configuration » windowsien, situé sur l’icône « Clef à molette » à proximité du bouton d’extinction, sur le menu démarrer, ou dans le sous-menu « Paramètres », puis « Gestionnaire de paramètres ».

 

Un panneau de configuration assez complet [cliquer pour agrandir]

En rouge, le raccourci vers les Paramètres

 

Si vous êtes connectés à internet, Manjaro vous proposera des mises à jour, soit par le biais de notifications apparaissant en haut à droite de votre écran...

 

manjaro notification paquets

 

... soit via l’icône du gestionnaire de paquets graphique en forme de bouclier :

 

Des notifications, vous dites ? [cliquer pour agrandir]

 

Vous pouvez également cliquer droit sur ce bouclier pour lancer le système graphique de mise à jour et d’installation de logiciels. Lancez-le, puis naviguez jusqu’à l’onglet « Mises à jour ».

 

manjaro update tab

 

Appuyez sur « Appliquer » afin d’appliquer les mises à jour sélectionnées, puis entrer votre mot de passe utilisateur. Enfin, un « Résumé de la transaction » s’affiche — dans le cas où de nouveaux paquets seraient à installer — : validez en sélectionnant une nouvelle fois « Appliquer ». Laissez mijoter et hop, votre système est à jour après un petit redémarrage (mise à jour noyau obligeant) !

 

manjaro up to date

 

Les rustines mineures du noyau Linux en tant que tel, clef de voute du système, s’effectuent également via cet utilitaire graphique. Rien ne diffère des autres logiciels, mis à part la nécessité de redémarrer pour en profiter : pratique !


Les 23 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !