• Performances applicatives

Les gains obtenus sont variables selon les applications, ainsi, lorsque l'on a affaire à du calcul pur fortement parallélisable tel un rendu 3D, alors Zen 3 n'apporte finalement que peu de chose face à son devancier. Mais ce n'est pas le cas de toutes les applications, puisque le 5900X arrive à devancer le 3950X malgré son déficit de 4 coeurs, et ce dans plusieurs situations. Les versions à 1 seul CCD (8 & 6 coeurs) parviennent à créer des écarts plus importants, ces derniers étant moins limités par l'enveloppe de puissance allouée au socket que ne peuvent l'être les versions disposant de davantage de coeurs.

 

 

C'est donc sans surprise, au vu des résultats précédents, que le Ryzen 9 5900X ne lâchent qu'un peu moins de 3 % au précédent flagship AM4. De son côté, le Ryzen 9 5950X reprend la couronne sur cette plateforme, avec 10% d'avance sur le 3950X. Il accroit d'ailleurs son avantage sur la puce Intel la plus performante, le 10980XE, pourtant significativement plus chère. Les versions à un seul CCD creusent davantage l'écart avec leurs devanciers, puisqu'on atteint la quinzaine de pourcents. D'un côté comme de l'autre, nous ne sommes donc pas dans des gains du même ordre que ceux qui avait présidé au passage à Zen 2 (+ 25%). Ce dernier cumulait toutefois amélioration de l'architecture et du procédé de fabrication, ce qui n'est pas le cas ici. A noter que le 5800X à 8 coeurs, parvient à devancer le 10900K et ses dix coeurs pour des tâches productives.

 

 

Voilà pour les tâches que l'on qualifiera de sérieuses, mais comment diable se comportent nos nouveaux venus quand il s'agit de s'adonner à des activités plus fun ? Voyons cela page suivante.



Plus d'infos avec le comptoir de l'info


Les 185 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !