• Consommation & efficacité

Intéressons-nous à présent au besoin énergétique des différents processeurs. Nous mesurons ici la consommation totale à la prise, mais aussi sur les lignes 12 V de la carte mère. Les parties iGPU des CPU en disposant sont "désactivées" dans le bios avant les relevés.

 

Centrale nucléaire

 

Au repos, les nouveaux venus ne se différencient pas notablement des précédentes génération d'AMD. On notera que l'utilisation de la carte mère d'Asus a permis de réduire de manière significative la consommation au repos à la prise par rapport à notre précédente référence. 

 

 

En charge cette fois (H.264), les 5600X, 5900X et 5950X s'avèrent un peu moins énergivores que les versions 3000 correspondantes que nous avons évaluées. C'est donc un excellent résultat. Le Ryzen 7 5800X se différencie par contre à ce niveau en se montrant une dizaine de pourcents plus énergivore que son devancier, le plaçant juste derrière les versions à 2 CCD Zen 3, avec qui il partage le même TDP.

 

 

Tentons d'établir un indice d'efficacité énergétique en croisant puissance absorbée et performances sous H.264. Logiquement, vu les mesures précédentes, l'efficacité énergétique des nouveaux venus est en progrès, à l'exclusion notable du 5800X. C'est d'autant plus remarquable à process de fabrication constant. Quoi qu'il en soit, l'avantage d'AMD sur Intel est à présent considérable (+42% au mieux par rapport au 10900K), il est plus que temps que le géant bleu se sorte de ses soucis concernant son procédé de fabrication 10 nm.

 

 

Finissons notre évaluation par les températures et une petite séance d'overclocking.



Plus d'infos avec le comptoir de l'info


Les 185 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !