• Protocole de test des mobales

prot cdh pico technology

Après cet aspect descriptif, il est temps de passer aux choses sérieuses : que vaut cette petite mobale en situation réelle ? De nos jours, analyser les performances en utilisation standard ou tester les débits sur les transferts de données n'aura pas d'autre effet que de fournir des graphes bourrés de chiffres trop souvent creux. Le Comptoir s'est donc focalisé sur ce qui vous impacte vraiment dans la vie de tous les jours : la stabilité et la température.

 

Le but de ce protocole de test est ainsi de mesurer jusqu'où peut aller la carte mère en matière de stabilité, sans se transformer en grille-pain de silicium. Nous avons donc axé notre protocole sur des stress tests, délaissant ainsi les performances pures qui sont déjà amplement détaillées dans les dossiers CPU. Selon le placement en gamme des cartes mères, nous retrouverons différents couples de TDP : 

  • Haut de gamme : 125 / 220 W à 1,35 V (Ryzen 9 avec OC)
  • Milieu de gamme : 95 / 150 W à 1,25 / 1,30 V (Ryzen 7/9)
  • Entrée de gamme : 65 / 125 W à 1,15 / 1,25 V (Ryzen 3/5, basse consommation)

 

CPU - Ryzen 9 3900X (TDP 95 W / 150 W)

Cooling CPU - AIO Corsair H115i Pro

RAM - Corsair Vengeance RGB - 2x8 Go @ 3000 MHz CAS16 / G.Skill Sniper - 2x8 Go @ 3400 MHz CAS16

Stockage - LDLC SSD F6 Plus 480 Go

Alimentation - Corsair M850X

Boitier - Obsidian 500D (de chez Corsair, toujours ; une vraie config' de pirate !)

 

Enfin, pour nos mesures physiques, le comptoir vous présente son nouvel oscilloscope numérique Robert - un Picoscope de la série 3000 couplé à une sonde du même fabricant et une pince ampèremétrique pour vous fournir des valeurs toujours plus justes et toujours plus précises. Robert permettra surtout de faire des analyses de comportement et de voir l'évolution des tensions/courants selon les situations ou le temps. Pour les tests de la partie audio, nous retrouvons notre chère Xonar Essence STX qui permettra de mesurer les paramètres physiques (distorsions, diaphonie...) des signaux sonores. Pour ce qui est de l'overclocking, l'opération sera faite à la main afin de conserver à coup sûr les TDP recherchés et ainsi garder une base de comparaison commune.

 

xonar essence stx gskill ddr4 sniper x prot rm850x ldlc f6 plus AIO corsair h115i pro

 

• BIOS UEFI et suite logicielle

Au niveau de l'interface de BIOS, ASUS reste dans ses classiques avec son ez-mode qui permet de tout gérer d'un coup, au point de suffire aux experts avec une pléthore d'options disponibles. Nous noterons la possibilité d'utiliser le mode d'amélioration des fréquences par ASUS, mais son intérêt est ici très limité avec le PBO. Le mode advanced, quant à lui, permet de retrouver toutes les options d'OC et les réglages fins de la carte mère de manière visuelle. Bien que l'ergonomie demeure similaire à la plupart des BIOS, l'aide indiquée sur la droite est souvent bien détaillée, un avantage quel que soit l'utilisateur.

 

asus rog strix b550-f - bios en ez-mode [cliquer pour agrandir]asus rog strix b550-f - bios en mode avancé [cliquer pour agrandir]

Une interface visuelle simplifiée, qui dispose de tous les paramètres utiles en mode avancé.

 

Pour ses cartes B550, ASUS ne propose pas son système d'IA depuis le BIOS, mais un simple boost à l'ancienne optimisant les réglages de la carte, du CPU et de la RAM. Dans l'ensemble c'est un choix qui manque d'intérêt face au PBO d'AMD qui règle déjà beaucoup d'éléments pour réaliser un OC automatique de bonne qualité. De même, AMD réduit le nombre de paramètres accessibles pour le réglage fin des CPU, ce qui permet aussi de moins s'y perdre dans la navigation du BIOS.

 

Pour les applications, ASUS reste toujours sur sa suite logicielle AI Tweaker III, qui commence à accuser sérieusement son âge. Sur certains points, celle-ci reste efficace, citons par exemple la gestion avancée des VRM ou de la ventilation, mais sur d'autres, l'ombre d'une refonte se fait sentir. En effet, il serait temps de regrouper les fonctionnalités dans un outil tout-en-un qui permettrait d'avoir côte à côte l'overclocking et le monitoring, mais aussi le RGB et sa personnalisation via le Aura Creator, surtout qu'il existe déjà l'Armoury Crate qui rassemble une partie des applications... Mais non : du coup, pour profiter de l'ensemble des fonctionnalités, il faudra multiplier les installations sur le PC. Petit point positif sur le Aura Creator cependant, qui permet d'avoir un vrai studio de personnalisation du RGB, avec la création de séquences lumineuses maisons.

 

asus rog strix b550-f - applications : ai tweaker [cliquer pour agrandir]asus rog strix b550-f - applications : fan xpert [cliquer pour agrandir]asus rog strix b550-f - applications : aura sync [cliquer pour agrandir]asus rog strix b550-f - applications : noise cancelling [cliquer pour agrandir]

La suite logicielle de chez ASUS n'est pas la plus récente, mais elle fait très largement le travail demandé et dispose de beaucoup de fonctionnalités utiles pour régler l'OC.

 

La suppression de bruit par IA, ou quand les cartes mères se diversifient

 

À l'occasion de la sortie de B550, ASUS rajoute quelques outils logiciels dans la mallette de sa suite Armoury Crate, notamment un système de suppression de bruit "par IA", qui est la réutilisation d'un système déjà présent dans les derniers casques numériques du fabricant. La fonctionnalité permet de traiter n'importe quelle entrée audio afin d'éliminer tous les bruits de fond : claviers, clics, aspirateur, le chat qui réclame son déjeuner, les voisins qui improvisent un apéro surprise… Dans notre cas, nous avons essayé de jouer calmement - autrement dit, en insultant sa team - tout en profitant des perturbations environnantes liées l'urbanisme au gaming :

 

échantillon de la vraie vie de g4m0r sans traitement

Le rageg@m0r avec une suppression faible du bruit

Et la mauvaise foi ultime avec une suppression forte du bruit

 

Nous pouvons entendre que dès le réglage "faible", le bruits de clavier et de souris sont fortement atténués, et il est quasi impossible d'entendre le son du jeu, le tout sans vraiment dégrader la voix. Par contre, si nous appliquons un réglage élevé, nous n'entendons plus du tout la musique ou les bruits de voitures dans le fond, au prix par contre d'artéfacts audio et d'une altération pronconcée de la voix. Sur l'ensemble des réglages, une compression dynamique - diminution de l'écart entre les volumes faibles et les volumes forts, comme les voix à la radio FM - de la voix se fait entendre plus ou moins fortement, les rendant parfois très robotiques surtout lors des hurlements de rage. Enfin, l'option totalement logicielle sur les cartes mères utilise ~1 % du CPU (sur un hexacores) et 5 Mo de RAM au réglage le plus élevé, ce qui ne devrait pas impacter vos sessions de jeu.

D'après le constructeur, le niveau de clarté de la voix est un compromis choisi pour obtenir le meilleur ratio traitement / bouffage de CPU, qui effectivement reste faible et serait voué à s'améliorer avec le temps. AI mic s'avère au final une solution plutôt efficace qui apporte un plus aux cartes mères gaming de la marque.



Les 43 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !