Sonomètre

• Nuisances sonores

Nous laissons le boîtier ouvert et positionnons le sonomètre à 15 cm de la carte graphique, à la même hauteur. Afin de limiter au maximum les nuisances externes aux cartes, nous coupons temporairement pendant la mesure, les ventilateurs du boîtier, du CPU et de l'alimentation (via l'intégration d'un interrupteur sur cette dernière). Nous utilisons un sonomètre Casella Tech CEL-620A1, certifié et calibré pour une plage de mesures comprises entre 20 et 140 dBA.

 

Au repos, la RTX 3090 FE coupe sa ventilation à l'instar de sa petite soeur. En charge, le profil de ventilation change. Alors que la RTX 3080 FE avait pour cible une température de 76°C et ventilait en conséquence pour s'y maintenir, Nvidia a fixé une température cible bien moindre à 67°C. Malgré l'embonpoint du dissipateur, la ventilation est forcément plus audible compte tenu de l'objectif visé. Rien  de dramatique pour autant, puisque dans les mêmes eaux que la RTX 2080 Ti FE, qui n'est pas insupportable. Cela reste malgré tout audible, et surtout n'est valable qu'avec un boitier disposant d'une excellente ventilation, capable d'évacuer la chaleur dégagée par un tel monstre.

 

 

• Températures

Nous utilisons les sondes internes monitorées via GPU-Z en tâche de fond, durant 20 min de charge GPU sévère, pour mesurer la température des processeurs graphiques. Nous laissons ensuite les cartes au repos durant 20 min, avant de relever à nouveau la température des GPU. Les cartes sont installées dans notre boîtier Cooler Master Cosmos II, spacieux et disposant d'une ventilation efficace. Nous reportons systématiquement la température du GPU le plus chaud, s'il y en a plusieurs. Au repos, les cartes coupant leur ventilation atteignent logiquement des valeurs plus élevées, c'est le cas des RTX 3080 FE et 3090 FE, même si cette dernière fait notablement mieux, vu la taille de son refroidisseur. En charge, la température GPU de la nouvelle venue fluctue entre 66 et 68°C, laissant penser que Nvidia a fixé une consigne à ce niveau en gérant la ventilation pour s'y conformer (hors overclocking, comme vu précédemment). Notons également que nous avons mesuré une augmentation de 2°C de la température de notre CPU (refroidi par un Noctua NH-D15 SE) par rapport à celle mesurée en utilisant une 2080 Ti FE. Quid du reste de la carte par contre ?

 

 

Caméra thermique

• Imagerie thermique

Pour préciser notre avis quant à l'efficacité thermique du refroidisseur de la RTX 3090 SUPER FE, rien de mieux qu'une petite séance d'imagerie infrarouge à l'aide de notre caméra thermique Fluke Ti110.

 

Au repos, la carte conserve une température très contenue, et ce en toute logique. En charge à présent, le carénage oscille selon les endroits entre 60 et 66 °C. Le PCB qui affleure atteint de son côté 71°C. Notons que comme à chaque fois, nous réalisons ces clichés en utilisant un AIO pour le CPU afin de dégager la vue de la carte. Il n'est pas possible non plus de démonter la plaque arrière pour voir le dos du PCB directement sans impacter le fonctionnement du refroidisseur. En définitive, les températures de la carte sont du même ordre que celles de la RTX 3080 FE, voire légèrement meilleures, malgré l'augmentation de puissance. L'embonpoint du dissipateur et le diamètre des ventilateurs joue à plein ici.

 

Image thermique de la RTX 3090 Founders Edition [cliquer pour agrandir]Image thermique de la RTX 3090 Founders Edition [cliquer pour agrandir]

Images thermiques de la GeForce RTX 3090 FE (au repos et en charge)

 

Finissons nos mesures par la consommation des cartes testées.



Plus d'infos avec le comptoir de l'info


Les 128 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !