• Verdict

Alors que penser de cette première carte employant VEGA 10, à savoir la RX VEGA64 ? Après avoir "joué" avec un modèle du commerce durant une bonne semaine, c'est un sentiment de déception qui prédomine, inutile de se le cacher ! Bien-sûr, tout n'est pas à jeter comme nous allons le détailler, il n'empêche que toute cette attente régulièrement entretenue par AMD, pour arriver à un tel résultat, laisse songeur quant à la pertinence de la communication déployée par le concepteur de GPU. Il est bien légitime de générer l'envie pour vendre, c'est toutefois une arme à double tranchant quand les espoirs ainsi créés ne sont pas comblés, car il faut bien avouer que l'envie de retrouver enfin une saine concurrence, pousse à espérer toujours plus du challenger. C'est en tout cas bon pour le choix des consommateurs de le voir en capacité de proposer plus que Polaris, même si on en attendait davantage !

 

Gamme VEGA

Alors, une équipe gagnante ?

 

• VEGA 10

VEGA 10

Que ce fut long pour voir enfin arriver un successeur à Fiji qui assurait le haut de gamme d'AMD depuis près de 22 mois, autant dire une éternité dans le microcosme informatique. VEGA 10, gravé à l'instar des 2 Polaris par GlobalFoundries en 14 nm LPP, inaugure la HBM 2 sur une carte grand public (déjà usitée par NVIDIA sur ses cartes pro). Alors que les précédentes réalisations d'AMD accusaient un sérieux retard sur la concurrence en terme de fréquence, le nouveau venu s'avère beaucoup plus coopératif à ce niveau, comblant une grande partie du gap. C'est un bon point, malheureusement la consommation explose elle-aussi, et par effet de bord la température de la puce, qu'il faut maintenir sous contrôle. Ce n'est pas une mince affaire, et cela induit une baisse drastique de la fréquence la plupart du temps, avec un refroidisseur tel celui du modèle de référence. Le plus gros souci de VEGA 10 provient de ses performances ludiques (et nous insistons sur ce point puisque nous testons une carte gaming, le GPU ayant par contre de jolis atouts dans un contexte pro) qui ne progressent pas assez depuis Fiji, pour concurrencer efficacement Pascal.

Avec une telle taille de die et HBM 2 (et donc les coûts de production associés), on s'attendait à une confrontation serrée avec GP102, mais il n'en est rien. Le niveau de performance atteint péniblement celui d'un GP104 bien plus petit, et cela dans les jeux utilisant une API bas niveau (davantage en capacité d'exploiter les ressources d'une telle puce), loin d'être une majorité. Ce n'est pas sans poser de réels soucis, GCN qui reste le fondement de l'architecture (même si commercialement renommée en NCU), commence à accuser sérieusement le poids des ans. Une refonte prend du temps, surtout si les moyens financiers ne sont pas énormes, comme c'est le cas d'AMD. Il reste juste à espérer, une fois de plus, que le successeur sera plus brillant. Terminons par les points positifs du nouveau venu : si son efficacité ludique et énergétique est plus que discutable, sa flexibilité ne l'est pas ce qui en fait une puce capable de se comporter très efficacement avec d'autres types de tâches, ce qui ne manquera pas d'en intéresser certains. Ajoutons que l'apport du FP16 à double vitesse et la prise en charge complète du niveau de spécifications DX12_1, tendent à lui donner un avantage en termes de pérennité supputée. Tout cela dépendant bien entendu de l'adoption qui en sera faite par les développeurs (idem pour les Primitive Shader), l'histoire montrant qu'il est malheureusement rare qu'une technologie s'impose, si elle n'est pas partagée par les 2 grands acteurs du GPU.

 

 

• RADEON RX VEGA64

Quid de la carte en elle-même ? Traitons tout d'abord le point le plus complexe, à savoir la tarification : officiellement, elle est positionnée à 499 $ HT pour la version nue et 599 $ HT pour la version incluant Prey + Wolfenstein 2 ainsi qu'une réduction si achat simultané d'une carte X370 haut de gamme et d'un Ryzen 7 1700X/1800X. Ce lot pourra en intéresser certains, même si les cartes mères éligibles sont en nombre restreint et toutes onéreuses. La version nue se positionne de son côté théoriquement en face des GTX 1080 premiers prix, aux alentours des 500 € en boutique. C'est effectivement le cas pour certains modèles, parfois... En fait, pour atteindre ce tarif, AMD applique pour ce lancement une "promotion" baissant le tarif d'une centaine d'euros sur certaines cartes et chez certains revendeurs.

 

Toute la question est de savoir si cette tarification restera en l'état comme l'annonce AMD, ou si le tarif appliqué dans quelques semaines sera celui des cartes les plus onéreuses actuellement, soit aux alentours de 600 €, ce qui la rendrait de facto plus onéreuse que la GTX 1080, pourtant préférable sur plus d'un point... Car il ne faut pas se leurrer, ce n'est pas de gaieté de cœur qu'AMD aligne le tarif de la RX VEGA64 sur celui de la GTX 1080, mais bien par pertinence vis-à-vis des prestations ludiques proposées. Si le coût de revient de chaque carte est difficile à connaitre précisément, jalousement gardé par les constructeurs, il est inutile d'être dans le secret des dieux pour comprendre qu'une RX VEGA64 coûte bien plus cher à produire qu'une GTX 1080, du fait d'un GPU 55% plus grand, du surcoût lié à l'interposer, l'étage d'alimentation plus complexe et d'une HBM 2 probablement (bien) plus chère que la GDDR5X.

 

Si on s'attache plus précisément aux prestations cette fois, les cartes sont relativement proches avec une API de bas niveau (DX12 ou Vulkan), ce n'est pas le cas avec DX11 où la GTX 1080 prend un ascendant notable. Ce n'est pas une généralité, mais une tendance, en partie due à l'inconstance des résultats de la RX VEGA64. Est-ce du fait de pilotes nécessitant de mûrir quelque peu ? Probablement pour certains titres, il est toutefois peu probable de voir la situation se retourner complètement à l'avenir du fait des seuls pilotes (sauf énorme surprise). Si par contre de nombreux titres adoptent les spécificités de VEGA 10, cela pourrait lui donner l'avantage, mais là-aussi, en se basant sur l'histoire passée, cette éventualité semble à nouveau peu probable (mais pas totalement impossible, AMD ayant réussi le tour de force de faire adopter des API de bas niveau suivant les contours de sa propre architecture).

 

Finissons par les désagréments liés à cette carte de référence : on peut faire l'impasse sur une consommation élevée si elle est bien traitée, difficile de dire que c'est le cas ici : la turbine devient réellement bruyante au bout de quelques minutes de jeu et la température atteinte va également impliquer une baisse de fréquence et donc des performances. C'est au moins un motif d'espoir pour les cartes customs qui seront mieux loties à ce niveau, mais consommeront probablement plus aussi, en toute logique ! Reste qu'il est difficile de trouver de réels arguments permettant de préférer cette RX VEGA64 de référence à une GTX 1080 dans un contexte purement gaming, qui est l'objet de ce dossier. La possession d'un écran Freesync en est un, car cela induirait un surcoût par trop important, pour basculer dans l'autre camp. Un usage mixte travail (avec des applications tirant parti de VEGA 10) / jeu, peut éventuellement en être un autre. Nous réservons notre avis sur les modèles customs qui pourraient s'avérer plus pertinents et nous mettrons à jour ce dossier dès que nous aurons mis la main sur une VEGA56, bien plus pertinente à priori !


Logo Asus Logo G Skill logo Intel gigabyte 40 bequiet 40

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition du matériel de test


 




Les 44 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ragots réservés aux QI élevésouverts aux ragoteurs logués