Au point où l'on en est, on s'accroche au moindre espoir qui nous passe sous le nez, même petit et vague. Pourtant, ce n'est pas la première fois qu'on entend dire qu'il y pourrait y avoir un adoucissement de la pénurie de GPU d'ici mi-2022 ou un peu plus tard, suivant une augmentation de la production chez les fabricants. 

C'est bien beau, mais ça ne nous dit pas vraiment comment ils s'y seraient pris, puisque ce qui leur manque, ce n'est pas tant la grosse puce située au coeur de la carte graphique (puce « avancée » dont la production ne présente en fin de compte réellement qu'une infime portion de la production mondiale de semiconducteur) qui est le plus difficile à sourcer, mais bien tous les milliers de petits semiconducteurs plantés tout autour et d'autres composants cruciaux un peu plus obscurs, tels que le substrat Ajinomoto Build-up Film. Un film diélectrique permettant de connecter la puce au PCB, il fut découvert en 1970 et Intel fut le premier à en faire usage dans les années 90, avant que celui-ci ne s'impose comme la solution de choix pour l'ensemble de l'industrie.

 

La pénurie de celui-ci n'est pas souvent mise en avant, mais elle est pourtant bien réelle depuis 2020 et est souvent considérée comme l'une des (nombreuses) raisons du manque actuel de semiconducteurs auquel sont confrontés tant de secteurs d'activité. Japonais (comme Ibiden et Sinko) et taiwanais (comme Unimicron, NanYa et Kinsus) se sont déjà activés pour en augmenter sa production à partir de fin 2021, notamment avec l'ouverture de nouvelles lignes de fabrication et les premiers résultats de cette action pourraient être visible dès cette année.

Ainsi, Digitimes a publié hier un rapport citant des « insiders » de chez ASRock et TUL (maison mère de PowerColor et VTX3D), deux partenaires exclusifs d'AMD), affirmant que la pénurie de substrat ABF pourrait déjà s'améliorer vers la mi-2022 grâce à un regain de capacité de production, ce qui en retour contribuerait à booster la production et la livraison de cartes graphiques (entre autres) durant la seconde moitié de l'année !

 

homme heureux pluie carte graphique

Alors, "yay or nay" ?

 

Lu comme ça, ça parait chouette et encourageant, mais ne nous emballons pas. D'une part, cela pourrait ne concerner que les deux constructeurs susmentionnés (et donc uniquement les cartes Radeon), lesquels auraient potentiellement réussi à sécuriser un approvisionnement plus conséquent auprès de leurs fournisseurs, mais en payant le prix fort. D'autre part, cela ne nous dit pas non plus quelle serait la génération de cartes graphiques concernée, RDNA2,  RDNA3, ou autre.

En sus, tout le monde n'est pas de l'avis qu'un adoucissement de la pénurie de substrat ABF puisse être imminent. Certains estiment que les travaux engagés en 2020 et 2021 ne pourront porter leur fruit qu'à partir de 2023, d'autres qu'il est fort probable à ce que l'approvisionnement reste limité au moins jusqu'en 2025... Enfin, il va de soi que d'autres facteurs entreront inévitablement en jeu, un bon nombre de planètes devra effectivement être aligné avant qu'un retour à la normale puisse réellement être envisagé sur le marché du GPU. Attendons de voir ce que nous racontent les mois suivants... (Source)


Un poil avant ?

L'overclocking d'Alder Lake : Intel ne digère pas et met en garde

Un peu plus tard ...

Les Arc Alchemist en fuite : cinq références au total ?

Les 7 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !