Premiers pas

Une fois que votre clef USB est débranchée, que vous avez redémarré sur votre disque Linux et éventuellement dit à Grub, le bootloader, de bien démarrer sur Linux, vous arrivez sur un écran similaire à celui de la session live.

 

Attention, si vous avez une RTX, il est possible que les pilotes graphiques par défaut ne parviennent pas à se charger correctement lors du démarrage. Pour démarrer et pouvoir installer les paquets corrects, il faut sélectionner dans le bootloader le menu « Options de démarrage avancées » puis l’entrée « Linux Mint 20 (linux 5.XX-XX) (Mode Récupération) », et sélectionner l’option « Resume » lorsqu’un écran bleu vous demandera l’opération à exécuter : le système devrait démarrer alors normalement. Rassurez-vous, une fois arrivé à la fin de ce tutoriel, l’opération ne sera plus à refaire !

 

De par la parenté entre Ubuntu et Linux Mint, il est possible que votre BIOS détecte Linux Mint en tant que « ubuntu: XXXX ». Pas de panique, il s’agit bien du Mint que vous venez d’installer !

 

Une fenêtre vous souhaite la bienvenue et vous informe des principaux composants d’administration de Mint. Nous vous invitons à la parcourir en détail !

 

Un petit écran d'accueil symapthique [cliquer pour agrandir]

 

Petit tour d’horizon

Nous ne vous avions pas menti : Linux Mint reste, dans sa conception, très proche de Windows. Une barre des tâches avec menu démarrer et zone de notification, un panneau de configuration nommé Centre de Contrôle recensant la plupart des paramètres, et même une logithèque d’applications, le Gestionnaire de logiciels, accessible directement depuis le menu démarrer.

 

Le bureau, sous Mint 20 [cliquer pour agrandir]

 

Vous retrouvez également bon nombre de vos applications favorites : Libre Office pour de la bureautique, mais aussi Firefox pour le web, ou encore Thunderbird pour agréger vos boites mail. La logithèque vous permettra de compléter ce panel avec d’autres projets compatibles comme GIMP, VLC, Steam (nous verrons cela ensemble !), Skype, Audacity, Blender, Discord... Si la suite Adobe n’est pas compatible Linux, cela ne veut en aucun cas signifier que Linux est pauvre en applications ! Notez que vous pouvez désinstaller les applications inutiles directement depuis le menu Démarrer, sur un simple clic droit -> « Désinstaller ».

 

Désinstaller ? Un clic ! [cliquer pour agrandir]

Aussi simple que ça !

 

Comme dans Windows, il est assez difficile de casser son Linux en parcourant simplement les outils préinstallés. Nous vous proposons ici un bref tour d’horizon des réglables proposés sous Linux Mint à l’installation, mais sentez-vous totalement libres de farfouiller par vous-même ! De toute manière, vous avez un tutoriel de réinstallation...
 

Tout comme Windows, un gestionnaire de tâches est fourni, sous le nom de Moniteur système, présent dans le sous-menu « Administration ». Bien que d’une ergonomie à la traine, il permet de finir efficacement les tâches problématiques et observer les consommations de CPU/RAM/réseau/disque. Attention, pensez bien à tenter d’abord d’« Arrêter le processus » la tâche avant d'opter pour le clic droit -> tuer : cela envoi un signal moins fort permettant de fermer les processus fils et exécuter des séquences de terminaison. Cependant, si le processus s’entête, il faudra opter pour un meurtre avec l’option « Tuer ».

 

Le gestionnaire de tâches [cliquer pour agrandir]

Pas du plus clair, mais totalement fonctionnel



Les 114 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !