• A l'usage

La mise en oeuvre à l'instar des modèles précédents reste d'une simplicité enfantine : on est bien accompagné comme toujours avec Netgear et toute la configuration initiale pourra se passer de toute connexion à une interface tierce. Après environ 50 secondes de boot, le M5 est prêt. Ce n'est ni lent ni rapide, mais par contre si le M5 trouve une update de firmware à se mettre sous la dent, il fera cette dernière sans vous demander votre avis : voilà qui nous rappelle un certain Windows, et la procédure peut prendre quelques minutes.

 

m5 écran d'accueil [cliquer pour agrandir]m5 menu parametres [cliquer pour agrandir]m5 menu stats apn [cliquer pour agrandir]m5 menu wps [cliquer pour agrandir]

 

Le routeur cellulaire ?

Voici venuuuuu ♪ le teeeeemps ♫ des pin... des performances cellulaires. Jeunesse d'implantation oblige et politiques des opérateurs changeantes selon les saisons, prenez-les à titre indicatif. D'autant que les variables pouvant jouer en faveur ou plutôt en défaveur des débits sont nombreuses : antenne opérateur capricieuse, sur population d'un point d'accès, obstacles divers... En matière de 5G, le simple fait de sortir d'un bâtiment peut influer à hauteur de 50 % sur les débits. On constate cependant que le M5 fait ce pour quoi il est fait, en fonction des éléments environnementaux. Les antennes externes TS9 pourront aider à maximiser le signal, mais alourdiront encore la facture déjà élevée !

 

 

Nous remercierons d'ailleurs les opérateurs mobiles, tous ayant répondu "nous n'avons pas de SIM 5G de prêt" face à nos demandes initiales. Ce qui nous a permis comme nous le faisons de plus en plus d'aller nous servir au final comme Mr tout le monde, avec deux forfaits mobiles de chez Orange et Bouygues Telecom, au détriment d'un panel plus large. Vous remarquerez que depuis quelques mois, l'antenne Bouygues la plus proche du lieu de vie de votre serviteur est méchamment bridée et propose à peine mieux que de la 4G... Un problème remonté à l'opérateur, bien évidemment qui n'a donné lieu à aucune suite de leur part. Certaines choses changent, d'autres pas...

 

Et le routeur portable ?

Le M5 dispose d'un port RJ-45, ce qui permet donc de s'en servir comme routeur classique, mais aussi comme pont Wi-Fi pour venir supporter un réseau existant à l'aide de la connexion cellulaire. Il peut aussi servir un autre routeur qu'il soit plus performant ou qu'il soit distant avec un contrôle des connexions – au hasard dans un hôtel ou une press room –, ou servir d'extender Wi-Fi (ce qui fera cher l'extender, on vous l'accorde). Le M5 sait donc gérer des connexions multiples via le réseau cellulaire, via le Wi-Fi ou via le port Ethernet. Il offre ainsi de flexlibilité avec de la variété dans les liaisons possibles, d'autant que la fonction failover permet en cas de liaison (filaire) défaillante de basculer sur le cellulaire, et ce, quasi sans perte de service.

À noter que le port Gigabit sera donc limitant si vous mettez un lien fibré aux fesses, comme nous l'avons fait dans nos tests mesurés plus haut pour le Wi-Fi en conditions optimales, avec une ligne à 2 Gbps. Bon après avoir un lien internet limité à 125 Mo/s, est-ce vraiment une limite ... ?

 

En revanche, en testant un peu tout et n'importe quoi, nous avons noté que lorsque plusieurs connexions Wi-Fi étaient actives, clairement le M5 avait du mal avec à la clé des débits entre périphériques connectés divisés par deux... ou plus. Ce n'est pas nécessairement ce que l'on va demander en premier à cette machine, mais il faut le savoir.

 

Si vous cherchez les performances optimales, il faudra bien sûr privilégier la connexion Ethernet ou USB. Si vous devez utiliser le M5 dans ce type de configuration, pensez à enlever la batterie : cela la préservera pour les usages nomades futurs.

 

Portée & autonomie

Format compact oblige, on ne s'attend pas à ce que la portée du routeur dépasse 30 à 40m², fonction des obstacles rencontrés et des éventuels perturbateurs de signal. Le M5 propose deux modes d'émission, standard et étendu, où le deuxième consomme naturellement plus d'énergie, de l'ordre de 30 à 40% : l'autonomie en prend un sacré coup. Par contre le signal gagne nettement en couverture en particulier si la zone devant être couverte se révèle peu Wi-Fi friendly. À noter que si le 5 GHz offre de bien meilleures performances en plus d'être moins sensible aux interférences, le 2,4 GHz sera roi sur l'autel de la couverture.

 

La question de l'autonomie est évidemment importante pour un tel dispositif et se révèle tout juste suffisante en utilisation soutenue : connexion 5G + 4 postes en Wi-Fi 5+6 sur 5 heures. Si vous êtes moins moins demandeur, disons une connexion 4G+ de 2 postes en Wi-Fi 6 à +/- 2 heures par jour, comptez une petite semaine avant de devoir passer par la case recharge. Dans tous les cas une prise USB type-C alimentée en jus d'électrons devra rester à portée. À noter que le M5 pourra fonctionner sans batterie installée, simplement connecté à une source d'énergie. Dernier point, une recharge complète, compatible QuickCharge 2.0, vous prendra un peu plus de 4 heures.



Les 8 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !