• Barts, La réponse d'AMD au GF104 !

Comme nous l'évoquions en débutant ce dossier, "Barts" nom de code des nouvelles puces moyen de gamme d'AMD a pour charge d'animer les cartes graphiques sous les 250€ alors que "Cayman" assurera le haut de gamme.  Le bas de gamme sera lui toujours assuré par Juniper qui remplit parfaitement son office face aux récentes GTS 450 :

 

Gamme AMD DX11 Q4 2010 

 

AMD passe donc de 2 à 3 puces pour couvrir le marché, l'échec de la 5830 basée sur un Cypress fortement castré et finalement complétement inadapté car trop cher pour les performances obtenues n'y est probablement pas étranger. NVIDIA a d'ailleurs profité de la seule réelle faille dans la gamme AMD pour y porter son attaque avec brio.

 

Mais revenons à nos moutons Barts, en l'absence d'un nouveau procédé de gravure au point, AMD a dû se contenter de réemployer le 40 nm TSMC déjà étrenné sur les séries 5xxx. Voyons donc à quoi ressemble ce nouveau GPU, la puce est dépourvue de Heat-Spreader et adopte une forme rectangulaire à l'instar du GF104, son orientation est toutefois différente :

 

BART

Die Bart

 

Par rapport à Cypress, la superficie de silicium utilisée diminue d'environ un quart passant ainsi de 334 mm² à 255 mm² permettant dés lors de placer beaucoup plus de puces par Wafer et donc réduire les coûts de production. Le procédé de fabrication ne changeant pas, AMD a du consentir une réduction du nombre de transistors composant la puce pour arriver à un tel résultat. On passe ainsi de 2,16 Milliards sur Cypress à 1,7 Milliards sur Barts soit 250 Millions de moins que le GF104 des GTX 460 concurrentes. Où donc ont eu lieu les coupes franches afin de réduire le nombre de transistors ?

 

Diagrame Bart

 Diagramme BART

 

Eh bien pour commencer parmi les unités de calcul puisque l'on passe de 320 unités vectorielles (VEC5) sur un Cypress "complet" à 224 sur Barts. Si le bus mémoire (256 bits via 4 contrôleurs 64 bits) ne change pas tout comme les ROP associés, les unités de texturing subissent elles, une réduction passant de 80 à 56. Le support du calcul en double précision passe également à la trappe puisqu'il n'a pas d'intérêt réel en dehors d'une utilisation professionnelle spécifique ne correspondant pas vraiment au placement de Barts. Deux versions de ce dernier seront disponibles au lancement, la version XT reprenant les caractéristiques énoncées précédemment et la version Pro n'employant  elle que 192 unités Vec5 et 48 unités de texturing. Les fréquences GPU et GDDR5 sont également différentes, il va de soi.

 

Pour le reste, l'architecture ne varie pas beaucoup, AMD annonce toutefois diverses optimisations comme des unités de texturing plus efficaces dans certaines conditions ou une unité de tesselation disposant d'un buffer plus important (pouvant permettre de doubler les performances selon le type de sollicitation). AMD insiste sur l'adéquation réelle des performances de cette unité aux limitations annexes des rendus 3D usant de tesselation avec les puces actuelles, en profitant pour fustiger une approche "bourrine" (comprendre celle de nVIDIA) d'unités de tesselation très performantes mais sous exploitées gaspillant ainsi inutilement des transistors. Si c'est loin d'être faux, la traduction en langage Thibautien serait : "ils en ont une plus grosse que nous mais ça sert à rien" !

 

Notons l'apparition d'un nouveau filtre anti-aliasing appelé poétiquement Morphological Anti-Aliasing qui permet de suppléer les filtres de type Multi-Sampling ou Super-Sampling. En pratique, ces derniers sont appliqués directement lors du rendu de chaque image alors qu'avec le Morphological AA, chaque image est rendue normalement  puis le filtre est appliqué ensuite lors d'une nouvelle passe de shader. Il est donc compatible avec tous les moteurs DX9/10/11 (et toutes les cartes du caribou puisque 100% software) et peut faire office de bon compromis dans certains cas avec un impact à priori plutôt léger et relativement efficace lors des mouvements (les drivers compatibles sont sortis juste avant le bouclage de notre dossier).

 

Morphological AA [cliquer pour agrandir] Qualité Aniso [cliquer pour agrandir]

  Cliquer pour agrandir

 

La qualité du filtre anisotropique est également en hausse avec la possibilité de supprimer totalement l'optimisation de ce dernier suivant l'angle. Il est toute de même amusant de voir AMD insister sur ce point sachant qu'ATi est l'instigateur de cette optimisation il y a quelques générations de GPU de cela ... Autre nouveauté accessible via les drivers avec ces nouvelles cartes, la possibilité à l'instar de ce qu'il est possible depuis belle lurette chez le concurrent de désactiver les optimisations sur les filtrages de textures sans avoir à sélectionner le mode haute qualité. On apprécie donc ce choix offert à l'utilisateur, certes cela n'intéresse pas tout le monde, mais c'est toujours mieux d'avoir le choix que pas !

 

Pour finir sur les nouveautés, la vidéo n'est pas oubliée avec l'intégration de l'UVD 3 sur ces nouvelles puces alors que l'on restait à la version 2.2 sur les Cypress. En bref l'accélération du décodage pour les Blu-ray 3D, la prise en charge des Display Port 1.2, HDMI 1.4a, etc. Eyefinity est toujours de la partie mais évolue avec l'intégration cette fois de 2 display ports et 2 DVI ce qui peut conduire avec une seule carte et l'adjonction d'un Hub à la gestion de 6 écrans simultanés via diverses alternatives comme celle exposée ci-dessous par exemple.

 

EYEfinity 2.0

 Exemple d'utilisation d'Eyefinity

 

C'est tout pour la théorie, en pratique AMD a lancé deux cartes basées sur Barts, la 6870 utilisant la version XT et la 6850 pour la version Pro. Notons d'ailleurs que le fondeur en a profité pour revoir sa nomenclature puisque les série x8xx constituaient jusqu'à lors le haut de gamme mono-GPU, les véritables remplaçantes des 5800 seront dans cette génération les 6900 et non les 6800.  Mais voyons en pratique ce qu'il en est de ces dernières pages suivantes.



Les 164 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !