Avec le Steam Deck, Valve espère vivre le rêve cuisamment échoué par les Steam Machines : proposer une console de jeu abordable, puissante et de bonne facture pour tous, en se passant de l’OS de Microsoft. Pour ce faire, la firme a mis les bouchées doubles : travail de fond sur Proton, la surcouche de compatibilité pour faire mouliner les jeux windowsiens, mais aussi collaboration avec des éditeurs tiers, quitte à devoir aller soumettre des modifications directement dans le noyau Linux.

 

Cependant, l’écosystème logiciel ne suffira pas seul au succès de la console : il faut également pour cela que le matériel retenu soit de qualité. Pour le prouver, voilà que la firme s’est fendue d’une sympathique — mais courte — vidéo de démontage de la bête, vous expliquant qu’il est tout à fait dans votre droit de démonter votre appareil, bien que Valve vous le déconseille fortement, vu que les dommages que vous pourriez causer ne seront pas pris en charge par la garantie. De là à y voir que le démontage n’annulera pas cette dernière ? La nouvelle serait plus que bienvenue !

 

 

Si les composants ne sont pas tous détaillés un à un, voilà tout de même une vue de l’intérieure riche en informations. Commençons par le refroidissement : sans surprise, un ventilateur central permet d’évacuer la chaleur, relié par un unique caloduc — mais de taille conséquente — à l’APU. Notez la présence d’un bouclier thermique histoire de ne pas se brûler les jambes, bouclier que l’on retrouve également sur le SSD NVMe afin de le protéger des interférences du module WiFi situé juste à proximité. Notez que même le modèle le moins coûteux sera équipé de sa eMMC sur slot M.2 : n’espérez pas étendre le stockage autrement que par une carte microSD ou par un changement complet du disque. Petit tacle à la concurrente Switch de Nintendo, les joysticks seront en vente libre en pièces détachées sur le site de la firme, si jamais le besoin s’en faisait sentir ; et le remplacement n’est pas compliqué puisque les deux bidules ne sont maintenus que par trois vis et relié à la carte principale par une nappe.

 

Ainsi, Valve compte jouer sur la carte de la séparabilité et de l’accessibilité libre des composants, espérons que la diversité des pièces revendues soit au rendez-vous ! Pour autant, une telle initiative est rare dans le domaine, où la tendance est plus au verrouillage et à l’interdiction formelle de toucher au bousin pour bénéficier de services de garantie : autant dire que ce coup de pied dans la fourmilière a de quoi nous plaire, encore faut-il que l’essai soit transformé avec un appareil relativement facilement démontable ainsi qu’un catalogue de composants remplaçables étoffé. À vérifier à la sortie du bousin !


Un poil avant ?

Dites adieu aux fuites Geekbench pour le matos à venir

Un peu plus tard ...

La bêta de Battlefield 2042 en test GPU

 Des pièces de rechanges à disposition, certes, mais un design bien tassé pour la console de Valve/ 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 8 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !