On connaît l'éditeur Epic Games (anciennement Epic MegaGames, ou tout simplement Epic) surtout pour son célèbre moteur de jeu Unreal Engine, et dernièrement davantage pour son interprétation du Battle Royale multijoueur, Fortnite ! Celui-ci avait d'ailleurs aussi causé quelques problèmes avec les créateurs de l'autre célèbre Battle Royale introduit juste avant lui, PUBG, sous couvert d'accusations de plagiat. Fort de sa position sur le marché du jeu vidéo, Epic Games a finalement annoncé qu'il se diversifiera en ouvrant dès 2019 les portes virtuelles de sa propre plateforme de vente de jeux dématérialisés et au passage ne cache pas du tout son intention de s'en prendre directement à Steam.

 

epic games store logo

 

Epic Games semble vouloir avant tout mettre l'accent sur la relation entre le Store et les développeurs de jeux, particulièrement en annonçant une commission limitée à 12% - comme pour l'Unreal MarketPlace - sur les ventes effectuées via leur plateforme, un gros doigt à Steam qui en mange habituellement 30% - un chiffre toutefois assez standard chez les plateformes de distributions. Avec ceci, Epic insiste que cette commission sera également fixe quelle que soit la fourchette de revenu, au contraire de Steam dont les pourcentages sont depuis peu variables en fonction des revenus engrangés (25% au lieu de 30% pour 10 millions $ et plus, et 20% pour les chiffres d'affaires supérieurs à 50 millions $), ce qui devrait forcément plaire aux studios, petits et grands. Enfin, l'Epic Store fera également sans les 5% de royalties demandées pour la vente d'un jeu UE4, ceux-ci se retrouvent donc intégrés pour ainsi dire aux 12% de base. 

 

Dans un premier temps, le magasin ouvrira ses portes avec des titres triés sur le volet pour PC et MAC et à base d'Unreal Engine, mais Epic, ne souhaitant certainement pas faire de sa plateforme un simple espace de vente pour les titres "faits maisons" façon Uplay et Origin, précise que tous les moteurs de jeu seront les bienvenus et prévoit même d'étendre son offre à Android (et l'UE4 s'y prête de mieux en mieux).

En phase avec la volonté d'une proximité joueur/développeur, chaque acheteur sera aussi automatiquement inscrit au fil d'actualité du studio concerné, il n'y aura pas de marketing croisé sur la page d'un titre avec la publicité pour un autre jeu (c'est le cas chez Steam) et Epic n'autorisera pas de publicités payantes dans la fonction de recherche.

Pour couronner le tout, Epic permettra aux créateurs d'avoir accès à son programme "Support-A-Creator", spécialement conçu pour promouvoir et mettre de nouveaux jeux entre les mains des Youtubeurs et autres streameur sur Twitch, et de surcroît couvrira les premiers 5% des frais de partages de revenus durant 24 mois; une option qui n'est en rien obligatoire, mais qui encore une fois n'existe pas chez Steam.

 

epic games store commission comparaison

 

Mais caresser les développeurs dans le sens du poil sera-t-il toutefois suffisant pour se faire une place sur marché relativement verrouillé ? Cela reste à voir, il est en effet à craindre que l'Epic Store débarque peut-être un peu tardivement, même si un peu de concurrence ne fera absolument aucun mal à Steam et pour la distribution de jeu en général. En pratique, tout dépendra surtout de la capacité de l'Epic Store à convaincre et fidéliser les joueurs et futurs utilisateurs, desquels tous ne seront pas nécessairement emballés par l'idée d'avoir à traiter avec une énième plateforme virtuelle...même si celle-ci se veut différente. Mais comment Gabe Newell réagira-t-il donc à la nouvelle ? En annonçant Half-Life 3 peut-être ?

 Un vrai concurrent de Steam en approche chez Epic Games ? 2019 nous le dira...  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 11 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !