L'actualité récente se concentre décidément beaucoup autour du sujet épineux de l'approvisionnement en semiconducteur, rien de plus normal, alors qu'une prise de conscience est en train de s'opérer chez les acteurs majeurs de l'industrie et les grandes organisations géopolitiques face à la pénurie, et même en Europe !

Cette fois-ci, une lettre a été envoyée au nouveau POTUS pour rappeler à la nouvelle administration l'importance cruciale d'augmenter le soutien du gouvernement — sous la forme de financements, subventions et/ou crédits d'impôt — à la production locale et nationale de semiconducteurs, déjà longtemps désavantagée face aux subventions en R&D et pour les constructions d'usines dont a souvent bénéficié/bénéficie encore cette industrie à l'étranger (Chine, Corée du Sud, Taïwan...), alors que les USA se sont généralement abstenus de tout soutien du même calibre à celle-ci sur son propre territoire. Tout particulièrement, la lettre met en avant le risque pour les USA de perdre définitivement leur leadership technologique dans la course aux nouvelles technologies, notamment dans les domaines de l'intelligence artificielle, la 5G/6G et l'informatique quantique. Ainsi, le texte cite comme exemple la part de production de semiconducteurs des États-Unis qui serait passée de 37 % en 1990 à 12 % aujourd'hui !

 

Envoyée par la Semiconductor Industry Association (SIA), le courrier compte parmi ses signataires de nombreux grands CEO de l'industrie Tech, dont Bob Swan d'Intel (qui quitte ses fonctions demain, pour laisser place à Pat Gelsinger), Lisa Su d'AMD et Steve Mollenkopf de Qualcomm. Rappelons que la majorité de ces grandes compagnies externalisent leur production chez TSMC et Samsung. De retrouver le nom du PDG respectif parmi les signataires est donc particulièrement intéressant et montre bien que l'industrie penche de plus en plus vers un véritable bouleversement dans son organisation. Cet appel du pied à la présidence américaine fonctionnera-t-il ? On dirait bien. Il faut dire qu'une manœuvre en ce sens avait déjà été lancée par le prédécesseur, puisque c'est sous son règne que TSMC a signé pour une nouvelle usine en Arizona, le successeur devrait donc facilement pouvoir capitaliser là-dessus. D'ailleurs, n'oublions pas que Samsung aussi cherche désormais à suivre son concurrent taïwanais avec son Project Silicon Silver !

 

Justement, l'autre grande nouvelle du jour, c'est l'annonce côté Maison Blanche que la nouvelle équipe a effectivement commencé à se pencher sérieusement sur la pénurie de semiconducteurs pour la production automobile, une décision qui semble faire suite à l'appel du syndicat United Auto Workers au gouvernement pour trouver des solutions afin de ramener la production des technologies avancées au pays et encourager les fonderies à augmenter la production pour l'industrie automobile. Apparemment, la Maison Blanche en serait à identifier les goulots d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement et à travailler avec les principaux acteurs et partenaires commerciaux pour arriver à en faire plus. Notez tout de même que le communiqué a avant tout abordé le sujet du semiconducteur pour l'automobile, par conséquent, il est difficile de supputer la place qu'aurait l'électronique grand public dans cette future intervention de l'État, si place il y a. Ce qui semble garanti, c'est que les choses vont changer petit à petit, aux USA, mais forcément aussi ailleurs... (Source : Tom's, Bloomberg, Reuters)

 

wafer signal... [cliquer pour agrandir]


Un poil avant ?

AMD lance des pilotes graphiques à visée curative

Un peu plus tard ...

Core i9-11900K : la couronne gaming finalement pas reprise à AMD ?

Les 18 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !