Ce printemps n’est guère joyeux pour le déploiement de la fibre optique en France, mais en plus les tensions entre les interlocuteurs reviennent, suite à de nouvelles études sur l’état actuel de l’installation des câbles lumineux. En effet, deux des interlocuteurs majeurs que sont l’ARCEP — autorité publique liée aux télécoms — et l’Avicca — l’association des collectivités pour le numérique — pointent du doigt les opérateurs-installeurs à l’échelle nationale, les accusant d’avoir mal jugé les objectifs à remplir et d’avoir pris des retards considérables autres que ceux liés au Covid-19. Ces propos apparaissent dans un contexte où les opérateurs critiquent facilement les autorités et l’État, considérant cet ensemble comme pas assez souple ou n’aidant pas assez le déploiement des travaux.

 

Mais il semblerait que derrière une grande partie des retards ne soient pas liés aux problèmes administratifs, mais bien à une gestion désastreuse de la part des grands opérateurs, notamment en zones AMII, c’est-à-dire les bordures de grandes villes, les banlieues et les villes moyennes. Un doute avait déjà été émis, mais l’Avicca a la certitude que les opérateurs auraient basé leurs objectifs sur un nombre trop faible de locaux, faussant totalement les chiffres pour un objectif tenable de 92 % de locaux raccordés en 2020 dans ces zones.

 

Il faut dire que pour l’ARCEP, la pilule passe très mal aussi. En effet, les opérateurs ont tous enregistré des chiffres records cette année liés à la fibre optique, et même si certains comme Illyad ont mis quelques mesures en place, cela reste pour autant très faible. L’autorité accuse directement les opérateurs de profiter de la situation, alors que l’état de leur économie se porte pourtant très bien. Elle déciderait donc de devenir plus sévère envers les grands installateurs, en leur expliquant qu’après la crise sanitaire, seuls les retards « bien proportionnés et justifiés » seront admis par l’autorité, sans quoi les sanctions tomberont très certainement, en plus de celles déjà présentes.

 

La réaction de la Fédération Française des Télécoms n’est pas sans appel bien évidemment, et son président Arthur Dreyfuss — directeur général du groupe Altice aka SFR pour le grand public — a qualifié les propos de l’ARCEP d’insultants pour son industrie, accusant l’ARCEP de ne pas être correctement au fait de la situation sur le terrain. Mais dans l’ensemble, les opérateurs deviennent tout de même moins crédibles, car la situation reste tout de même liée à un éclatement des méthodes de gestion par de la prestation de service et de la sous-traitance à outrance, rendant effectivement difficile pour les autres acteurs de se rendre compte de l’état actuel des travaux.

 

Finalement, c’est un quasi-renversement de situation, mais peu surprenant, montrant que le problème du déploiement de la FttH n’est pas seulement lié aux décisions gouvernementales, mais en grande partie à une gestion floue et éclatée des chantiers, ce qui n’aide pas la population au final. Il faudra que les autorités publiques mettent très vite au clair cette affaire si l’on souhaite profiter un jour de la fibre optique sur l’ensemble du territoire français.

 

arcep avicca vs fft cdh

 À force de ralentir les travaux, les opérateurs se font taper sur les doigts par les autorités et associations... 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 57 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !