• Retour sous Windows : la fin n’est pas loin, soldat !

De manière similaire au démarrage sous la clef Linux, démarrez sur la clef Windows. Attention, pensez bien à désactiver le mode Legacy, sans quoi Windows risque fort de se retrouver perdu ! L’idée n’est ici pas de réinstaller l’OS, mais d’avoir accès à l’environnement de récupération — et une ligne de commande chérie — afin de mettre en place le système de démarrage UEFI de l’OS à la fenêtre. Pour cela, deux étapes : la création de la partition EFI, puis son remplissage par Windows.

 

Pour créer la partition EFI, Microsoft dispose d’un outil en ligne de commande nommé DISKPART : pour y accéder, nous allons utiliser l’environnement de récupération présent sur les clefs d’installation de Windows. Une fois arrivé à l’étape « Installer maintenant », cliquez à la place sur « Réparer l’ordinateur »

 

windows reparer ordinateur

 

Sélectionnez ensuite « Dépannage » puis « Invite de commande », pour arriver sur un terminal noir des plus classiques.

 

goto cmd recup

 

Tapez alors la commande suivante :

diskpart

 

Windows prend tout son temps, puis vous fait enfin comprendre qu’il est prêt :

 

diskpart beginning

 

Il faut alors trouver votre disque, grâce à la commande

list disk

Puis le sélectionner, avec

select disk X

 

X est le numéro de votre disque principal, récolté dans la commande précédente, ici 0. Attention, il n’y a pas de lien direct avec le /dev/sda de Linux !

 

diskpart list select

 

Créez votre partition EFI avec la commande suivante :

create partition efi

Puis listez les partitions disponibles avec la commande

list volume

Et, enfin, sélectionnez votre partition EFI avec la commande

select volume X

Où X est l’identifiant de votre partion EFI nouvellement créee, ici 4.

 

diskpart creation efi

 

Prenez un morceau de papier, et profitez-en pour écrire la lettre correspondant à la partition contenant votre installation de Windows, ici « D » : cela nous sera utile plus tard. Encore une fois, faites-le par rapport à sa taille, sachant qu’il s’agit forcément d’une partition NTFS.

Notez le « RAW » dans la colonne « fs » : votre partition n’est pas encore formatée, et c’est bien évidemment à nous de le lui demander, au format FAT32 :

format fs=fat32

 

Une fois votre partition créée, il faut désormais vous y rendre, toujours en ligne de commande. Et, pour cela, il faut associer une lettre à votre nouveau volume :

assign letter=P

 

Félicitation, vous pouvez quitter DISKPART avec exit, et revenir à l’invite de commande en tant que telle.

 

diskpart final part

 

Direction la partition EFI, pour y créer le dossier contenant toutes les informations de boot, via trois commandes :

cd /d P:\
mkdir EFI
cd EFI

 

Si tout se passe convenablement, le terminal ne bronche pas :

cmd create efi folder

 

Enfin, il ne vous suffit plus que d’une commande pour demander à Windows de générer ses fichiers de démarrage, en utilisant votre bout de papier avec la lettre de la partition contenant votre dossier Windows (D chez nous, mais potentiellement à remplacer par autre chose chez vous !).

bcdboot D:\Windows /s P:\EFI

 

Windows crée alors ses fichiers, et vous gratifie d’un message de satisfaction :

bcdboot suceed

 

Maintenant, vous pouvez tout quitter avec la commande exit, puis redémarrer sans clef USB. Attention, il faudra peut-être modifier l’ordre de démarrage des disques, puisque l’UEFI détectera désormais un « Windows Boot Manager » supplémentaire dans vos options de démarrage, ou, a minima, une option EFI:BLIBLEBLABLOU de votre disque système, qui peut n’être pas l’option par défaut ! De plus, un mode Ultra Fast Boot sera peut-être disponible — dépendant des mobales —, vous pouvez l’activer pour un démarrage toujours plus rapide. Vous pouvez ensuite passer au moment fatidique du redémarrage final.

 

disc manager efi

It is alllliiivveeee!

 

Si vous êtes arrivé jusque'à la fin de ce tutoriel, félicitations : votre système devrait booter marginalement plus vite, mais vous avez gagné au passage une expertise toujours bienvenue sur le fonctionnement de votre bousin. En cas de pépin, n’hésitez pas à ragoter, l’équipe du comptoir se fera une joie vous venir en aide de compléter cet article en fonction des différentes configurations existantes !



sommaire

Plus d'infos avec le comptoir de l'info


Les 11 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !