• Verdict

boxNous voici parvenus au terme de ce dossier, et encore une fois, il est difficile de ne pas voir autre chose qu'une réussite pour les rouges au travers de ces nouveaux APU. Jusqu'à présent, il y avait toujours un petit quelque chose qui manquait à cette famille de produits : CPU poussif pour les premières générations, puis ensuite retard conséquent sur l'architecture CPU des autres puces destinées aux ordinateurs de bureau, conduisant à des nommages aberrants comme le 3400G, largement devancé par le 3300X par exemple. Cette fois, le R7 5700G testé ce jour ne fait pas injure à sa dénomination, et se place sans aberration au sein de la gamme 5000 existante. Alors oui, on pourrait chipoter en disant que l'architecture Vega pour le GPU est cette fois plus qu'éculée, puisqu'elle occupe la place depuis le lancement des Ryzen 2000G. Mais force est de reconnaitre qu'en face, Intel ne fait toujours pas aussi bien au niveau des performances 3D, loin s'en faut sur les puces destinées aux ordinateurs de bureau. Qui plus est, utiliser une architecture plus performante doit aller de paire avec un sous-système mémoire capable d'alimenter les unités de calcul, sous peine de déséquilibrer le GPU et n'en tirer qu'un maigre bénéfice. L'Infinity Cache utilisé sur les GPU RDNA 2 de la marque est une option intéressante pour y palier, mais probablement très gourmande en transistors pour un tel besoin. A voir si en n'en conservant qu'une faible quantité, le gain est tout de même sensible. Le passage à une finesse de gravure plus fine pourrait aider à ce niveau, mais également l'adoption d'une mémoire plus rapide, telle que prévu avec la DDR5. Du coup, même si notre côté technophile peut nous pousser à regretter la réutilisation de Vega, c'était pour AMD le choix le plus pertinent, indubitablement. 

 

De son côté, Zen 3 continue à prouver qu'elle est une architecture CPU toujours aussi efficace et performante, les compromis imposés par AMD lors du passage au die monolithique pour l'APU, n'ont que marginalement réduit ses performances en production, de quoi devancer légèrement le 11700K, tout en consommant largement moins. À cela s'ajoute les performances de l'IGP, permettant de jouer de manière occasionnelle à des jeux peu gourmands ou un peu plus anciens, à l'image du toujours très populaire GTA V. Comparativement, le GPU intégré aux Rocket Lake de bureau ne permet pas cela, d'autant que les pilotes Intel sont très loin du niveau de ceux d'AMD, puisque nous avons été confrontés à divers artefacts visuels sur le 11700K (F1 2021 principalement) ou de compatibilité (Doom Eternal). Reste à aborder les performances ludiques en utilisant une carte dédiée, du fait de nos soucis lors de l'exécution de nos tests, nous n'avons pas été en mesure de réaliser dans le temps imparti ces mesures, nous les reprendrons prochainement lors d'une mise à jour du protocole CPU cette fois. Nous pouvons toutefois vous indiquer que d'après les éléments déjà mesurés, ce 5700G ce situerait sous le 5600X dans cet exercice en 1080P. C'est donc une petite contreperformance, toutefois les écarts ne sont pas mirobolants et comme souvent, probablement impossibles à discerner en usage courant, puisque la charge sera probablement davantage axée sur le GPU.

 

vermeerVous l'aurez compris au travers de ce dossier, ces APU Cézanne sont pour nous un beau progrès par rapport aux précédentes puces de ce type que nous avons testées. Certes, l'absence d'échantillons de test pour la série  Ryzen 4000G magnifie les écarts, puisque l'on passe ici de Zen+ à Zen 3 sans passer par la case Zen 2, tout en doublant le nombre de coeurs pour la version la plus performante. On peut même imaginer que l'IGP du R7 4700G est un peu plus rapide que celui du R7 5700G, vu la similarité de ces Vega 8 et la fréquence supérieure du premier cité. Toutefois, à moins d'investir dans un PC d'OEM, cette série n'a jamais été accessible à l'achat direct. C'est donc un réel progrès pour celui qui désire acquérir une puce lui permettant d'inclure le GPU du côté rouge. Cela permet ainsi d'économiser sur ce poste, tout en autorisant le jeu de manière occasionnelle ou en dépannage, ce qui en l'état du marché du GPU, peut être une alternative pour patienter. Alors bien sûr, inutile d'espérer jouer aux derniers jeux AAA, si ce n'est avec les détails au minimum et souvent avec un taux d'images par seconde extrêmement réduit. Par contre, certains jeux restent parfaitement exploitables. Cette option peut donc être pertinente pour certains, mais cela dépendra des usages et surtout de la disponibilité ainsi que du prix en boutique de ces APU. Officiellement annoncé à 365,90 €, (359 $ pour son MSRP), le Ryzen 7 5700G est positionné logiquement entre le 5600X (299 $) et 5800X (449 $). Il devance le premier de 7% en production, mais lâche 18% au second. On peut donc considérer que son tarif est adapté, d'autant que l'on gagne l'IGP dans l'opération, pour ceux qui n'ont que faire d'une solution dédiée performante. Face à la concurrence, son MSRP le positionne entre les 11700 et 11700K, il est donc là aussi bien placé, puisque plus performant en production que le plus rapide des 2, tout en étant officiellement moins cher. Un mot sur le Ryzen 5600G qui est officiellement 100 $ moins cher, soit un peu plus de 100 € à 263,90 € conseillés. Il semble lui aussi bien positionné, mais en l'absence d'exemplaire de test, difficile d'obtenir des certitudes. Nous réservons donc notre verdict pour ce dernier au test de ce modèle.

noctua 40 asus 40 bequiet 40 amd 40 intel 40 Logo G.Skill

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition des éléments de test.

 



Les 49 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !