• Nuisances sonores

Nous avons donc voulu savoir comment se comportaient les cartes dans deux situations distinctes qui  vous étonneront : au repos et en charge. Han, vous êtes surpris hein ? S'il est acceptable qu'une carte soit bruyante lors de sessions de jeu, il est  en revanche peu pardonnable qu'elle le soit au repos, surtout pour un modèle modifié. Pour ce faire, nous avons d'abord mesuré le bruit ambiant sans aucune source de bruit parasite, tant que faire se peut. Puis nous avons placé notre sonomètre à 10 cm de la carte graphique et mesuré le bruit  sur le bureau pendant 15 minutes. Pour la charge 3D, nous avons lancé une session d'OCCT 3D pendant 30 minutes et mesuré les nuisances sonores dans les mêmes conditions. Voici le graphique des relevés :

 

Nuisances sonores HD5850 HIS icooler V turbo 

 

Première chose qui retient notre attention : la HIS est plus audible que la carte de référence au repos, preuve du bon travail effectué par AMD sur ses cartes de référence, ce point n'étant pas toujours le point fort de la marque depuis l'époque de la X1800XT. Cela se joue vraiment à pas grand-chose et même l'oreille à 10cm du boîtier, bien malin celui qui peut prétendre "entendre" une différence.

En revanche en 3D, la donne change complètement, et le modèle de référence sait se faire vraiment remarquer, mais hélas dans une moindre mesure celui de HIS également. Par rapport à une Vapor-X par exemple nous sommes dans une zone où le bruit dérange mais sans atteindre le pénible. Est-ce dû à l'absence de caloduc sur le radiateur GPU ? Probablement, sachant que le radiateur refroidi en plus les puces mémoires qui, elles, chauffent également et participent à augmenter la température des sondes, et par voie de fait la vitesse de rotation du ventilateur.

 

• Températures

A présent nous allons nous intéresser aux températures des deux modèles. Dans notre HAF932 la ventilation est tout simplement coupée, seul le Noctua NH D14 bénéficie du refroidissement d'un seul ventilateur de 14cm mis en 5V grâce à un ULNA. La température de la pièce est maintenue à 22°C à 1°C près. Celle au repos correspond à celle relevée après 15 minutes d'inactivité sur le bureau, les cartes passant alors en mode 2D et à des fréquences à 157/300Mhz pour le core/mémoire. Ensuite nous lançons un OCCT GPU qui ne fait travailler que le GPU, et nous relevons la température au bout de 30 minutes de session avec GPUZ et le CCC. Et comme vous nous l'aviez demandé, nous avons ajouté la température des VRM en charge et repos relevées par notre thermomètre électronique point rouge. Cela permettra de voir si la ventilation est suffisante pour ces éléments propices à de grosses montées en température.

 

températures HD5850 HIS icooler V turbo 

 

températures VRM HD5850 HIS icooler V turbo  

 

Des explications s'imposent à la vue de ces deux graphiques.  Disons le tout simplement c'est une déception sur la charge 3D. Certes le ventirad refroidit correctement la carte, mais ne creuse pas d'écart significatif comme nous avions pu le voir avec la VaporX par exemple sur notre article précédent. On note un mieux de 8°C qui n'est quand même pas extraordinaire, loin s'en faut. Une fois passée la stupeur des chiffres en 3D, en 2D par contre le résultat est excellent et silencieux, on constate quand même que les valeurs restent dans une valeur tout à fait compatible avec un usage intensif, c'est juste que nous étions habitué à un peu mieux, et nous nous attendions quand même à mieux en ayant démonté le ventirad.

 

Le second graphique quant à lui est bien dans la lignée du premier, et la température relevée sur le PCB au niveau des VRM est finalement presque identique, et c'est somme toute assez normal puisque les cartes ont été mesurées dans des conditions identiques, et que leur face inférieure ne présente pas de carénage. Ainsi à l'air libre, et en l'absence de flux dans nos conditions de test, les VRM chauffent autant sur les deux cartes.



Les 18 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !