• Verdict

C'est maintenant la fin de ce dossier consacré à l'ainé de la série Graphite de chez Corsair, et dans le même temps de faire le bilan de ce 600T, qui globalement possède de vraies bonnes surprises comme quelques mauvaises...

 

Globalement le 600T est un très bon boitier qui réussit la majorité des paris qu'il s'est fixé. Son design, robuste, soigné et sobre lui donne son charme si particulier, même si c'est un critère tout à fait subjectif. Loin des LED aux couleurs flashies et autres formes excentriques de la concurrence, il inspire par son assemblage et ses matériaux la confiance que l'on accorde bien volontiers à la marque. L'excellente impression extérieure se conforte une fois le mastodonte ouvert par le flanc : l'espace est large et accueillera sans rechigner les plus longues cartes graphiques actuelles et futures, mais également les configurations les plus volumineuses, avec ou sans watercooling. Tout ceci avec une réflexion sur le câble management parmi les meilleures qu'il nous a été donné de voir dans un boitier de cette gamme tarifaire.

"La qualité facile" pourrait être le maitre mot du 600T : un montage sans vis sur l'ensemble de la configuration exception faite bien entendu de l'alimentation et de la carte mère. L'ergonomie ne s'arrête pas là : de ses portes latérales se détachant en un tour de main, aux fixations des lecteurs optiques, en passant par les berceaux des disques positionnés dans leur largeur, le moindre détail a été réfléchi et c'est tant mieux. Notons également la richesse du panneau de connectique avant, avec ses 4 prises USB, sa prise USB3 et FireWire en plus des traditionnelles prises jack audio, il ne manquait plus que l'eSata (ou pourquoi pas une prise compatible Thunderbolt) pour que le tableau devienne idyllique.

 

graphite 600T : la classe du mesh ! [cliquer pour agrandir]

 

Enfin dans les excellentes nouvelles que nous ont révélées nos mesures, il faut reconnaitre que sur le point de la dissipation thermique, après son design et son ergonomie, c'est l'autre très gros point fort du 600T, et ce tant dans la position minimum que maximum du potentiomètre de son panneau avant. N'arrivant jamais à mettre notre configuration de test en défaut, malgré le sadisme avancé des tests réalisés en sous-voltant la carte graphique et en supprimant purement et simplement le ventilateur du CPU, il devient l'un de nos grands champions sur cet aspect, grâce à une ventilation très performante ; C'est heureux avec 2 ventilateurs de 200mm !

 

Il existe cependant dans ce monde merveilleux des bisounours des points qui tempèrent un peu notre jugement, à commencer par ce potentiomètre de régulation de sa ventilation interne. Si l'idée était séduisante, nous déplorons que celui-ci ne soit pas réellement un potentiomètre, mais au final qu'un switch qui bascule d'une position basse à une position haute et ce, dans une plage bien trop courte, variant de 10v à moins de 12v. Viennent ensuite des petites choses comme la possibilité de condamner le panneau gauche par le biais d'une clef si commune qu'un code à 2 chiffres en deviendrait une alternative à la complexité égale, ou bien l'absence de filtre à poussière sur la partie supérieure. Ces derniers points, on vous l'accorde, ne pèsent pas lourd dans la balance, d'autant que l'emplacement sous la partie détachable supérieure peut facilement accueillir un filtre fait maison sans le moindre risque d'obstruer l'imposant 200mm situé juste en dessous par défaut.

Par contre, c'est bien sur le plan des nuisances sonores que le 600T ne fait pas bonne figure, en grande partie du fait de son ventilateur avant et de sa conception ouverte, qui le place parmi les mauvais élèves de sa catégorie avec presque 50 dB lorsque sa ventilation est poussée au maximum. On dit qu'un trop de quelque chose est un manque de quelque chose, le 600T n'y déroge pas, difficile d'être performant sur les nuisances sonores lorsqu'on l'est sur la dissipation, à moins d'utiliser d'autres types de matériaux, ce qui engendre inévitablement une large différence de prix.

 

Et en parlant du prix, nous pouvons trouver ce boitier à un tarif avoisinant les 150€, ce qui le situe dans le cœur de tarif des boitiers gamers. C'est certainement le mot final nous expliquant les compromis obligatoires réalisés sur ce boitier qui en définitive, possède bien plus d'avantages que d'inconvénients. Nous lui décernons un CDH d'argent pour toutes les qualités qu'il possède, avec néanmoins un brin d'amertume, car l'or n'était pas loin, mais nous lui tenons rigueur de la mesquinerie de son faux potentiomètre et également pour le trop haut niveau sonore de sa ventilation, spécialement pour une taille de 200mm.

 

corsair serie 600t graphite [cliquer pour agrandir]600T : performances du refroidissement

 

Avantages Inconvénients
Design sobre et robuste, finitions très réussies Potentiomètre qui n'en est pas un
Ergonomie exemplaire, en particulier le "câble management"

Système de condamnation du châssis perfectible

Tarif (env 150€) concurentiel Pas d'eSATA en façade
Filtration à poussière très accessible et efficace

Nuisances sonores trop importantes en "high"

Performances thermiques Absence de filtrage à poussière supérieur
Spacieux Bundle vraiment très light

 

 


 intel_logo.jpgintel_logo.jpggigabyte_logo.jpgkingston_logo.jpgintel_logo.jpg

Nous remercions naturellement Noctua, AMD, Intel, Crucial, Be Quiet!, Kingston et Gigabyte pour la mise à disposition du matériel de test



Les 38 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !