Avec la démocratisation des bidules informatiques en tout genre (ordinateurs portables, mais surtout téléphone, tablettes et autres montres connectées), la question de la protection des enfants est un vrai casse-tête pour bon nombre de parents. En effet, difficile de suivre les évolutions galopantes de tous les OS en même temps, et de trouver une solution de blocage des sites interdits aux mineurs qui couvre facilement et simplement l’ensemble des appareils.

 

Or, la protection de l’enfance est un domaine qui dépasse le spectre seul de l’informatique, c’est pourquoi notre bon vieux système législatif français s’est mis en marche dans le but de réguler tout cela, avec une sympathique proposition de loi votée mercredi à l’Assemblée Nationale. Attention, ce vote à l’Assemblée ne constitue pas en lui seule la mise en vigueur de la loi : il faut encore pour cela que la chose soit discutée et adoptée par le Sénat.

 

Si vous n’avez pas eu le courage de la lire — et nous vous comprenons — il s’agit tout bonnement et simplement de l’obligation de la présence d’un logiciel de contrôle parental sûr. Dans l’esprit, rien de mal à cela : malheureusement, le cyberharcèlement, la violence ou, tout bonnement, la pornographie sont autant de contenus qu’il vaut mieux découvrir une fois suffisamment mature. Le souci dans tout ça ? Hé bien, le spectre des bousins concerné est large : TV, ordinateurs, tablettes, smartphones, montres, consoles de jeu... seuls les appareils domotiques sont épargnés ; tous devant proposer un logiciel de contrôle parental et de proposer son activation au premier lancement de la machine. Du côté des sanctions, l’Agence nationale des fréquences (ANFR), déjà en charge de la conformité des équipements, s’occupera de contrôler et, éventuellement, de retirer du marché les appareils non conformes. Sauf que, théoriquement, cela comprend aussi les machines vendues sur le marché de l’occasion, et laisse un trou béant pour les machines vendues sans OS. Hé oui, pas de système d’exploitation signifie donc que rien n’est proposé au premier lancement... Pas de quoi se réjouir.

 

Cependant, un amendement peut être ajouté une fois la loi mise en vigueur pour corriger ce flou, et nous ne pouvons qu’approuver, dans l’esprit, ce type de mesure touchant pour une fois relativement bien sa cible. Reste à voir comment les géants du logiciel comptent se conformer à la chose — une loi européenne aurait bien plus de force à ce niveau — et si les moyens accordés sont suffisants pour assurer un niveau de qualité acceptable pour ce type de solution. (Source : MSN, FrAndroid)

 

google chromeboobs

 Pas de panique : au Comptoir, nous avons la solution !


Un poil avant ?

Serious Sam part se geler les glawis en Sibérie

Un peu plus tard ...

Gamotron • 10 jeux sinon rien

 Si l'intention est louable, la mise en pratique n'est peut-être pas la plus habile qui soit... 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 37 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !