Ramer, faire du sport, c'est la santé ! Par contre en matière d'informatique, c'est même plutôt le contraire et c'est pas bon signe. Avec son Ryzen, AMD est redevenu compétitif, surtout en applicatif. Le jeu reste le domaine des puces Intel, mais malgré cela Ryzen a recollé largement aux performances, collant aux i5/i7 Skylake/Kaby Lake selon les jeux et les situations de test. Certes les résultats font souvent le yoyo, et c'est bien souvent dû à l'architecture spéciale du R7 et ses 2 CCX. Pour rappel, chaque CCX a 4 coeurs et chaque coeur a ses 2 Mo de cache L3. Les deux CCX sont reliés entre eux par le data fabric au niveau du contrôleur mémoire. Ce pont un peu lent qui relie les 2 CCX est un goulot d'étrangement. Chaque coeur est donc libre de piocher dans son L3, dans le L3 de ses potes du même CCX, ou d'aller fourrer son nez dans le L3 de l'autre CCX. Tout ceci concourt à augmenter la latence mémoire, puisque c'est via le contrôleur mémoire que se font tous les échanges.

 

Vous l'avez compris, ce contrôleur mémoire et ce data fabric sont au centre des attentions. Comment faire pour les optimiser ? Dans la mesure où le second se cale sur la vitesse du premier, on se dit qu'un bus qui est normalement à 1200 MHz doit se sentir plus à l'aise en passant à 1600 MHz, grâce à la synchronisation avec la DDR4 3200. Il y a également les latences des barrettes, plus elle est basse et plus le système y gagnera. Sur Ryzen, la fréquence comme les latences RAM comptent autant l'une que l'autre. Voici deux tests qui abordent ce sujet, afin de savoir quel est la meilleure solution en matière de kit DDR4 pour Ryzen, et quel est le meilleur compromis.

 

femme rameur fitness

 

Sur le comptoir, au même sujet

  
  
  
  
  

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 12 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !