Il y a 4 ans, GlobalFoundries, ancienne division de production d’AMD, annonçait abandonner la course à la finesse de gravure pour se concentrer sur la production de 14/12 nm, plus rentable dans l’immédiat. S’en est suivi une longue période d’errance dans laquelle la boîte a plus ou moins été à vendre, sans pour autant qu’aucun repreneur ne pointe le bout de son nez. L’affaire semblait réglée et la distribution de la production n’intéressait alors plus grand mode... Cependant, le cher COVID est passé par là, si bien que les prix des gravures se sont enflammés, entraînant un surcoût général des dies, particulièrement perceptible sur le segment des GPU... et l’on a alors appris que, finalement, la demande en semiconducteur était à nouveau à la hausse, entrainant une croissance des ventes de 35 % pour la firme — bien que le phénomène soit largement plus généralisé. Rajoutez des tensions entre la Chine et le reste du monde, une politique tendue vis-à-vis de Taïwan rendant la confiance fragile en ce qui concerne le futur de TSMC ; et vous obtenez un sérieux cocktail dans lequel de nombreux ténors du genre cherchent à répartir leur production aux quatre coins de globe afin de limiter les risques.

 

Ainsi, en Chine ou en Europe, l’installation d’usines est principalement vue comme un enjeu politique d’indépendance ; là où la question chez les boîtes est davantage axée sur la redondance et la capacité de production. À ce petit jeu, ce n’est un secret pour personne que l’Inde a de grandes ambitions : à grand coup d’annonces et de brouzoufs, le pays est décidé à construire, lui aussi, son complexe de fabrication de semiconducteurs. Si un partenariat a été conclu avec une entreprise Taiwannaise inconnue, la chose est toujours bien floue, si bien que le cosecrétaire du ministère de l’IT et de l’électronique s’est fendu de nouvelles annonces lors d’un webinaire à destination du VLSI Society of India, un groupe majeur d’industriel du secteur.

 

Le plan serait de construire un mégacomplexe entier, comparable à celui de Hsinchu (Taiwan, où se côtoient TSMC et UMC) ou du Woodlands Wafer Fab Park (Singapour, où se situe des usines pour GloFlo, UMC, Micron ou encore les français de chez Soitec). Si le chiffre sorti cette fois-ci a été 4-5 milliards de dollars minimums pour une seule usine, le programme national monte à 10 milliards de biftons ; ce qui risque de ne point être suffisant vu les ambitions. Pour autant, la chose est loin d’être impossible : des marques comme Apple, Samsung, DELL, HP, Acer et Asus ont déjà annoncé vouloir produire en Inde, notamment grâce à la récente politique généreuse de New Delhi. Ainsi, le plan consiste à augmenter la part de la production indienne de semi-remorques des 3,5 % actuels à 10 % d’ici 4-5 ans, soit 400 à 500 milliards de dollars de vente. De quoi donner le tournis ! En outre, l’Inde n’est pas vraiment novice dans le secteur : de nombreux centres de R&D bûchant sur la conception de puces sont déjà implémentés sur le territoire, facilitant d’autant plus l’expansion.

 

Pourtant, tout n’est pas si simple. L’infrastructure existante en Inde est encore fragile, et nombreuses sont les inquiétudes en ce qui concerne la capacité du pays à fournir un endroit stratégiquement avantageux, autant géographiquement (envoi/réception de matériel) qu’adapté à une industrie massive (le réseau de distribution d’électricité étant par exemple connue pour sa qualité hasardeuse). Rajoutez également qu’une production de masse doit répondre à une demande importante, et il est peu probable que le segment des puces hautes performances, déjà saturé bien qu’à la pointe technologique, soit l’Eldorado indien. Par contre, les opportunités du côté de la 5G, de l’IoT et des accélérateurs de machine learning sont autant de domaines d’implantation possibles : un terrain fertile à l’émergence rapide du pays. (Source : Times of India)

 

wafer chercheur bugs bunny

Pas facile, le business de la gravure !


Un poil avant ?

L'Athlon Zen 2 existe bien !

Un peu plus tard ...

AMD aussi continue à aligner les pépettes et donc les records !

Les 7 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !