Comme toutes les autres grandes puissances, l'Inde aussi veut assurer sa place dans l'industrie du semiconducteur, et comme pour les autres, il s'agit aussi de réduire sa dépendance vis à vis de la Chine et de disposer de sa propre source d'approvisionnement face au manque de semiconducteur, d'autant plus que l'Inde et la Chine n'entretiennent pas une relation des plus chaleureuses. À ce jour, l'Inde importe l'équivalent de 24 milliards de semiconducteurs chaque année et il est estimé que ce chiffre devrait plus que quadrupler d'ici 2025. Ainsi, le pays a de très bonnes raisons à vouloir se mettre à l'abri et assurer son avenir.

Dès avril, on apprenait que le pays avait commencé à étudier sérieusement la question et à agiter la carotte des subventions pour attirer les prétendants. Eh bien, selon Bloomberg, il se trouve que Taiwan aurait répondu à l'appel ! Après tout, vers qui d'autre se tourner que le pays où le semiconducteur est le pilier de l'économie ? Et en bonus, ça sera aussi un joli pied de nez au voisin commun, la Chine, qui ne risque d'ailleurs pas d'apprécier la nouvelle. 

 

presidente taiwanaise en inde cdh

Bonjour, je vous met ça où ?

 

Alors qu'on a jusqu'à présent surtout eu l'habitude de voir TSMC et Taiwan ne faire qu'un dans la presse lorsqu'il y est question de semiconducteur à l'étranger (rappelons que TSMC va aussi s'installer en Arizona et renforcer sa présence au Japon), le fondeur taiwanais numéro 1 n'est mentionné nulle part dans l'article de Bloomberg. On ne sait donc pas trop quelle entreprise taiwanaise est concernée (UMC ? VIS ? Respectivement numéro 2 et 3 dans le pays), mais il serait au moins question d'un accord bilatéral pour réduire les taxes d'importation entre les deux pays et pour la construction d'une usine devant produire des composants utiles de la 5G à la voiture électrique sur le territoire indien.

Le Fab en question ne coûterait « que » 7,5 milliards de dollars, avec la garantie côté Inde d'un support financier à hauteur de 50 % des dépenses en capital à partir de 2023, ainsi que des réductions d'impôts et autres avantages. Cela sous-entend aussi qu'il ne s'agira probablement pas de construire une usine à la pointe des technologies, mais plutôt équipée pour des procédés matures très populaires, tels que le 14 nm ou 28 nm. Il n'a pas été question non plus de l'endroit exact où le Fab pourrait être construit ni si tests et conditionnements des puces seront aussi effectués sur place.

 

En tout cas, l'opération aurait beaucoup de sens et des bénéfices pour l'un comme pour l'autre. Pour l'Inde, parce que le pays manque de semiconducteur et fabrique aussi de plus en plus d'électronique localement, et est donc à la recherche d'une certaine autonomie. Pour Taiwan, cela permettra de sortir encore un oeuf de son panier débordant et de libérer au passage quelques places sur ses lignes de production à domicile, sans oublier que l'ile est aussi aux prises avec un manque d'eau, élément crucial pour la production de semiconducteur.

Cependant, rien n'est encore gravé dans le marbre, Taiwan ayant apparemment des réserves vis à vis de l'absence d'un écosystème existant adapté pour la fabrication de puce en Inde, prudent aussi quant à la qualité de l'approvisionnement en eau et en électricité. Certains auraient même suggéré côté taiwanais qu'il serait plus faisable pour l'Inde de commencer par établir d'abord un secteur de conception de puce avant de se lancer dans celui de la production... (Source)


Un poil avant ?

Une démo gratos de l'Unreal Engine 5 à DL sur Steam

Un peu plus tard ...

Le SSD SATA n'est toujours pas mort, le MX500 de Crucial passe (enfin) à 4 To

Les 8 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !