COMPTOIR

Cela fait maintenant un petit moment qu'on sait qu'Intel veut assurer une présence au coeur de l'Europe, le mystère reste encore de savoir dans quel pays, où exactement et sous quelle forme. Hélas, on n'en saura rien avant le « début de 2022 », le fondeur ayant décidé (par choix ou par contrainte, allez savoir) de retarder l'annonce de sa décision. Par contre, il semble évident que le travail continue derrière les rideaux, cela n'empêche donc pas de nouvelles rumeurs à émerger et à circuler en attendant. Et donc, quoi de neuf ces derniers jours de 2021 ?

 

Eh bien, Bloomberg de son côté aurait appris grâce à ses sources proches des négociations en cours que le projet d'Intel inclura définitivement la France, l'Italie et l'Allemagne, mais que chacun de ces trois pays aura un rôle différent. Ainsi, la France deviendrait le domicile d'un nouveau centre de recherche et de conception, qui sera potentiellement situé à Paris ou à Grenoble ; l'Italie — qui serait arrivée à la table des négociations fin octobre — serait élue pour la pose d'un atelier de test et d'assemblage (packaging) ; tandis que l'Allemagne recevrait sur ses terres la gigafab vantée par Pat Gelsinger et ferait donc logiquement l'objet du gros des investissements d'Intel !

Mine de rien, c'est une distribution qui serait franchement téléphonée et assez cohérente avec l'industrie et les conditions d'accueil de chaque pays. Naturellement, les sources ont demandé à ne pas être identifiées, étant donné que les plans n'ont pas encore été annoncés, et aucun des gouvernements n'a accepté de commenter l'information. On se doit donc de garder ses pincettes bien en main.

 

Entre-temps, c'est Reuters qui a ajouté un peu d'eau au moulin à rumeur, ses journalistes rapportant un peu plus de précision essentiellement par rapport à l'Italie, qui serait donc bel et bien en tête de liste pour l'accueil d'un atelier de packaging de puces flambant neuf, lequel représenterait un investissement estimé entre 4 et 8 milliards d'euros sur 10 ans — une somme assez semblable à celle qu'Intel a dépensée en Malaisie récemment pour une installation similaire. Cela étant dit, le gouvernement italien aurait également formulé quelques « réserves » auprès d'Intel, notamment en matière de création d'emploi et des couts énergétiques. Au fondeur maintenant de rassurer l'Italie pour obtenir son invitation officielle. (Source : Bloomberg, Reuters)

 

intel pat gelsinger demarchage europe cdh

 
Un poil avant ?

Le 12/14 nm de GlobalFoundries pas prêt à prendre sa retraite chez AMD

Un peu plus tard ...

La RX 6500 XT d'AMD se précise avec un rendu de son die

Même s'il faut encore attendre pour l'information officielle, le projet européen d'Intel se précise encore un peu via rumeur !

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 11 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !