À chaque journée son information qui ne pousse pas vraiment à l'optimisme vis-à-vis de l'industrie du semiconducteur, frappée de pénurie et de prix en hausse sur l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement. Clairement, entre ça et le minage, 2021 n'est pas l'année idéale pour se construire un PC, que ce soit maintenant ou dans quelques mois, car c'est l'avis de beaucoup de monde que la situation est partie pour durer. Parce que tout équipement électronique embarque de nos jours un minimum de puces et en quantités toujours plus importantes que celles-ci sont toujours plus complexes à produire et que la demande n'a jamais été aussi forte, l'industrie du semiconducteur a logiquement du mal à suivre et à adapter rapidement une capacité de production qui était finalement déjà tout juste suffisante pour répondre à la demande en 2018 et 2019.

 

wafer chercheur bugs bunny

 

Ainsi, certains analystes estiment que la demande dépasse à présent l'offre d'environ 30 % et que les producteurs livrent 10 à 30 % en dessous du niveau de demande. En sus, les délais seraient désormais de plus de 14 semaines (3 mois et demi), a priori du jamais vu, même pour les procédés les plus complexes. Des délais qui font aussi que les commandes vont continuer à s'accumuler, tout comme les retards. Il faudrait donc au moins encore 3 à 4 trimestres pour permettre à l'offre de revenir à niveau avec la demande, et 1 à 2 trimestres supplémentaires pour que les stocks des différents canaux de distribution retrouvent un niveau normal.

En somme, ce ne serait pas avant l'année prochaine que les choses pourraient commencer à s'améliorer. Et encore, tout dépend de l'interlocuteur, UMC estime par exemple que ça pourrait durer jusqu'en 2023. Ces mêmes analystes pensent aussi que la situation pourrait encore se dégrader au printemps, dès lors que les mesures de confinement seront (enfin) levées et que toutes les économies pourront (enfin) redémarrer. Ce dernier point constitue toutefois aussi une énième bonne nouvelle pour les acteurs de l'industrie, puisque la demande va logiquement encore grimper dans la foulée...

 

Mine de rien, le seul fondeur en relative bonne posture du point de vue de la capacité de production est Intel, étant donné que sa pénurie à lui avait eu lieu en 2018 et qu'il a déjà entrepris les actions nécessaires pour agrandir ses usines. Bien entendu, tous les autres fondeurs majeurs (et les compagnies associées, comme le packaging de semiconducteur) ont entre-temps également annoncé d'importants projets d'expansions d'usines, mais de l'annonce, au début de la construction et à l'entrée en service, plusieurs trimestres s'écouleront facilement et l'impact de ces décisions ne se mesurera donc que bien plus tard.

Suivant le retour à la normale (un beau jour), il sera aussi intéressant de voir si la situation ne sera pas un peu inversée, c'est-à-dire avec une capacité de production potentiellement excédentaire et quelles pourraient donc en être les conséquences. En attendant, toute l'industrie et sa clientèle doivent évidemment s'adapter, peut-être aussi en ralentissant la cadence de sortie des nouveautés, n'ayant pas grand intérêt si elles ne peuvent être produites suffisamment et que c'est déjà la disette avec l'offre existante. (Source)


Un poil avant ?

GIGABYTE prépare une RTX 3060 overkill

Un peu plus tard ...

HyperX va changer de main et devrait passer chez HP

Les 8 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !