MAJ du matin la tête encore dans le brouillard : la nouvelle a été officialisée par Nvidia et SoftBank pendant la nuit ! Tous les détails de l'annonce et de la transaction ont été publiés sur le site du constructeur. Pour résumer : 40 milliards de dollars en cash/actions, ARM restera logé en Angleterre, neutre (mais progressivement infusé de technologies Nvidia) et aux licences ouvertes, ne changera pas de nom ni d'image, SoftBank récupère +/- 10 % des actions de Nvidia et redevient actionnaire majoritaire, la transaction n'inclut pas le groupe IoT d'ARM Holdings, la finalisation du rachat est évidemment soumise aux accords de la Chine, l'Europe et les USA et devrait pouvoir se faire dans environ 18 mois (oui, ça s'annonce laborieux). Les objectifs en bref : accélérer sur la R&D, les domaines comme l'IA, la santé, la robotique, les voitures autonomes, et puis évidemment des superordinateurs turbochargés par des couples CPU ARM et GPU Nvidia. Selon Jensen Huang (voir cette entretien en direct avec la BBC), les deux compagnies vont créer un couple fabuleusement positionné dans l'ère de l'intelligence artificielle, qui n'en est qu'à ses débuts !

 

Le bruit court depuis fin juillet que Nvidia irait encore plus loin dans sa nouvelle coopération établie avec ARM en 2019 pour une opération commune (support de CUDA par les architectures ARM) dans le monde merveilleux et très rentable du superordinateur, en cherchant carrément à racheter les parts de la compagnie britannique des mains du japonais SoftBank - qui voudrait s’en débarrasser pour renflouer ses caisses !

Entre temps, le bruit de la rumeur n’a pas faibli, loin de là, et aux dernières nouvelles il s’était même dit qu’un accord pourrait être trouvé avant la fin de l’été. L’automne commençant le 22 septembre dans l’après-midi, il ne reste donc plus que quelques jours à la prophétie pour se réaliser.

 

Justement, revoilà l’affaire sur le devant de la scène outre-Atlantique chez Le Wall Street Journal, qui affirme que Nvidia et SoftBank sont bel et bien sur le point de finaliser l’accord autour d’ARM Holdings pour l’équivalent en espèces et en actions de plus de 40 milliards de dollars (ce qui serait un très beau profit pour SoftBank, qui avait acquis ARM pour 32 milliards), et c’est a priori en début de semaine (potentiellement aujourd’hui) que la nouvelle pourrait être annoncée ! En contrepartie, le Japonais SoftBank reviendrait au capital de Nvidia en tant qu’actionnaire majoritaire (actionnariat qu’il avait quitté en 2019).

Bien entendu, une transaction de cette magnitude avec des acteurs d’une telle stature implique qu’elle fera inévitablement l’objet d’un examen minutieux intense de la part des autorités de régulations, qui pourraient notamment par exemple obliger Nvidia de continuer à fournir les licences ARM aux clients existants. Toutefois, rien de très dramatique tant que Nvidia pourra effectivement avoir accès à tous les atouts intellectuels et d’ingénierie d’ARM !

 

Sinon, pour quoi faire ? Logiquement, du CPU, pardi ! En effet, face à lui, Nvidia doit compter avec la concurrence toujours plus vive d’AMD et d’Intel. Le premier dispose déjà d’une offre CPU + GPU 100 % maison, et le second est définitivement engagé dans la poursuite de la sienne avec le développement de ses propres GPU — sans aucun doute pour les mêmes raisons que Nvidia aujourd’hui. Bref, malgré sa domination actuelle, pour espérer pouvoir rester dans la course sur le long terme, le constructeur semble n’avoir d’autres choix que de faire tôt ou tard ses propres CPU, qui seraient la pièce finale du puzzle (n’oublions pas l’acquisition de Mellanox, spécialisé dans le réseau, et SwiftStack pour ses logiciels de stockage dédiés au computing) pour une intégration verticale de bout en bout de ses architectures pour l’IA et le HPC, dans les datacenters et superordinateurs. Évidemment, rien n’empêcherait Nvidia d’exploiter également les atouts d’ARM pour toutes ses autres activités, dont l’IoT, les véhicules autonomes ou encore la robotique.

 

Bon, trouver un accord avec SoftBank sera sans aucun doute la partie « facile » de la quête, puisque la perte potentielle de la neutralité d’ARM inquiète déjà dans le milieu et promet aussi de gêner les régulateurs locaux. De son côté, l’Angleterre a déjà fait savoir qu’elle préférerait qu’ARM revienne manger du bon fish & chips grassement cuisiné (miam) à la maison par tata Élisabeth, mais Nvidia serait déjà en pourparler et prêt à prendre les engagements nécessaires auprès du gouvernement. D’un autre côté, le duel entre les USA et la Chine, qui ne fait que s’empirer, pourraient compliquer les manœuvres bureaucratiques de Nvidia à travers de l’agence de réglementation chinoise MOFCOM (le Ministère du Commerce). En tout cas, les paris sont donc ouverts ! Passera ? Ne passera pas ? Mais surtout, quel avenir imaginer pour la super entité NvidiARM qui en émergeait ? (Source : WallStreet, via Financial Times)

 

nvidia arm union burger chips cdh

Au nom du Comptoir, de la Chine et du semiconducteur, je vous déclare Burger & Chips !

 Alea jacta est, le rachat d'ARM par Nvidia auprès de SoftBank, le début d'un chamboulement dans l'industrie du semi-conducteur s'est matérialisé ! 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 39 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !