• Le mot de la faimn

Avant de distribuer nos mentions, rappelons qu'un Threadripper est constitué de quatre die Zeppelin (chaque die compte deux modules CCX comprenant 4 cores). Les quatre Zeppelin se retrouvent en position centrale dans Threadripper. AMD procède ensuite à la désactivation des CCX (module à 4 coeurs) dont il n'a pas besoin pour proposer sa gamme. Deux des dies Zeppelin sont indiqués comme non fonctionnels et restent en place pour assurer la stabilité du heatspreader. Ainsi conçu, on peut penser qu'un système de refroidissement placé au centre du heatspreader suffira à bien dissiper les calories générées. Or, force est de constater que ce n'est pas du tout le cas et que le heatspreader n'est pas uniquement là pour faire joli ! Il sert également au transfert de chaleur et le fait de ne le recouvrir qu'en partie est néfaste pour les performances. Nos confères de Gamersnexus.net ont réalisé un dossier qui met en évidence la position des dies dans Threadripper et la place que prend un waterblock sur le heatspreader, ainsi que l'empreinte laissée par le pad thermique d'origine. Le dossier est disponible ici pour les plus curieux.

 

L'emplacement des CCX sous une coldplate Asetek (crédit : gamersnexus.net) [cliquer pour agrandir]

La surface non couverte une fois le kit AIO en place (crédit photo gamersnexus)

 

Que nous apprend cette expérience ? Elle nous apprend qu'il ne faut pas se fier aux apparences. La plupart des produits destinés au refroidissement sur socket TR4 n'est pas officiellement compatible avec ce support si l'on se fie à la fiche technique de chacun. Concernant les AIO à base ronde ou carrée, aucun n'occupe convenablement les 34.5 cm² du heatspreader, débordant légèrement sur le support du socket comme nous l'avons vu avec les waterblock Asetek ou be quiet!. Il faudra taper dans des produits spécialement conçus pour maximiser le transfert et l'évacuation de la chaleur dégagée par Threadripper. Dans un premier temps les ventirads de Noctua et l'AIO Enermax étaient les seuls réellement pensés pour cela. Arrivent ensuite les références ajoutées ce jour. Le Dark Rock Pro TR4, comme les modèles Noctua, reprend le design de la référence existante en modifiant la base pour qu'elle soit parfaitement adaptée au support. Le Wraith Ripper lui est un nouveau modèle qui offre des performances raisonnables, le bruit en plus, et qui vient surfer sur la vague du RGB. Notre résultat final changera peu comme vous allez le voir.

 

Noctua NH-U14S TR4-SP3 [cliquer pour agrandir]

Le meilleur rapport Prix/Perfs/Bruit, c'est lui...

 

Vous vous êtes fait plaisir en vous équipant d'une plateforme X399 ? Nous gardons une préférence pour le NH-U14S TR4-SP3 qui remporte notre coup de coeur, offrant le meilleur ratio performances/nuisances/prix du panel. Si l'overclocking ne vous intéresse pas, le NH-U12S TR4-SP3 est parfaitement adapté à l'usage. Du côté des watercooling, les meilleurs modèles se cassent les dents sur Threadripper. On pense aux Kraken X62 et Silent Loop 240 que nous affectionnons pourtant. Initialement, nous vous conseillions l'Enermax Liqtech TR4 240 puisqu'il était le seul vraiment adapté à l'usage. Cependant les problèmes de fuite dont il a été victime le disqualifient pour l'instant. Enermax devrait avoir résolu ce problème et propose aujourd'hui une seconde version de son Liqtech, le Liqtech2. En attendant de pouvoir le tester, nous gardons une certaine réserve. En ce qui concerne nos nouveaux arrivants, ils se défendront assez bien finalement. Le Dark Rock Pro TR4 gagne un point pour le design et les nuisances sonores contenues, alors que le Wrait Ripper se démarque par son habillage très coloré, mais son prix sera bien plus élevé. Le choix vous appartient ici si vous n'aimez pas les produits du hibou.



Les 22 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !