• Protocole de test des cartes graphiques customs

prot picomatosIl est temps de passer aux choses sérieuses maintenant : que vaut cette petite carte graphique en situation réelle ? De nos jours, analyser les performances en jeu est tout juste utile pour faire des graphes bourrés de chiffres parfois creux. Le Comptoir s'est donc focalisé sur ce qui vous impacte vraiment dans la vie de tous les jours : la stabilité, la température et le bruit. Et pour se faire, nous ferons appel à notre Picoscope favori Robert avec sa pince ampèremétrique. En plus de ça, nous rajouterons une caméra thermique pour les tests de température et un combo micro/carte son afin de mesurer la perturbation sonore sur tout le spectre de fréquence.

 

 

prot focusrite scarlett corsair rm850x ldlc f6 plus asus rog maximus xii hero wifi

 

Pour faire cracher les bits sur notre carte graphique, nous utilisons un moteur 3D assez gourmand et compatible RTX et DLSS. Tous les tests sont effectués en 4K afin de générer des pics de courant les plus forts possibles, ce qui fait consommer et chauffer au maximum la carte passée sur le banc.

Côté nuisances sonores, nous allons étudier quelles sont les perturbations non pas sur une valeur globale du niveau acoustique, mais sur un spectre correspondant à notre plage de fréquences audibles. Cela nous permet d'obtenir un résultat plus précis sur les sources de bruit et leur incidence réelle sur notre confort d'utilisation. Trois puissances de moulinage ont été retenues : 30% (idle / bureautique), 60% (charge normale) et 90% (jeu à burne et/ou applicatif intensif). Nous mesurons le son à l'aide de notre interface son Scarlett en plaçant le micro à 30 cm de la paroi fermée.

 

• compteur au max !

Les cartes à base de GA106 sont prévues pour être moins gourmandes en puissance, ce qui permet de limiter la taille de l'alimentation. Néanmoins, MSI utilise un filtrage de bonne taille, permettant de réduire le bruit de fond sur le rail +12V, et les pics de courant sont correctement amortis. Cela permet d'assurer la stabilité de la carte et d'entrevoir un OC tout en dormant sur ses deux oreilles, même lors des plus gros appels de courant.

 

msi rtx 3060 gaming x trio - courant instantané [cliquer pour agrandir]

Le courant reste propre et lisse, grâce à des composants de filtrage bien agencés.

 

La carte reste dans les demandes de NVIDIA pour ce qui est de la consommation, en restant dans les 170 W environ. Avec un courant en pic de 20,4 A environ lorsque nous chargeons la mule, une alimentation de 500 W sera largement suffisante qu'importe la situation, et, si vous avez un CPU raisonnable, 450 W devraient suffire. Si vous souhaitez mettre à jour votre configuration, vous pourrez ainsi upgrade sans à avoir besoin de changez la boite à électrons, que ce soit pour le 8 pins ou le port PCIe.

 

 

• Burn baby burn !

MSI allège un peu le radiateur pour sa RTX 3060 Gaming X Trio, mais garde toujours le système Tri Frozr 2 : 

 

msi rtx 3060 gaming x trio - zoom sur le radiateur [cliquer pour agrandir]

Le radiateur reste bien imposant pour une carte de moyenne gamme, permettant de maintenir le GPU et les autres composants bien au frais.

 

Il n'y a rien à redire sur le radiateur en lui-même, qui, par sa taille et sa construction, permet de garder le GPU bien au frais, et ce, même avec une faible rotation des moulins. Par contre, bien que les autres éléments aient soit un contact direct (GDDR6), soit un contact par radiateur interposé (VRM), dans les deux cas les transferts de chaleur passera d'abord par des bons gros pads thermiques très épais... ce qui limite grandement l'efficacité du refroidissement. Si la mémoire devrait s'en sortir facilement, les VRM pourraient vite grimper en température lors des grosses charges sur la durée.

 

msi rtx 3060 gaming x trio - image IR au repos [cliquer pour agrandir]msi rtx 3060 gaming x trio - image IR en charge [cliquer pour agrandir]

Image infrarouge de la carte : à gauche au repos, à droite en charge.

 

Avec le capteur infrarouge, nous pouvons voir que la carte ne chauffe que très peu, même à pleine puissance, ce qui montre l'efficacité du radiateur et l'intérêt de lier thermiquement la backplate. En restant dans les 60 °C sur les éléments sensibles, le GPU semble même sous-contraint et pourra être largement overclockée, si votre GPU reste stable bien entendu. Ici, aucun soucis, la carte reste bien fraîche, malgré une vitesse des ventilateurs faibles à 1300 tr/min en jeu.

 

 

• Turbo au maximum

Le temps est enfin arrivé pour Geralt de prendre sa retraite bien méritée, et de laisser la place à V, qui vient faire chauffer la carte sous les néons roses et cyans : 

 

rtx 3060 gx trio freq

Test sur la durée de la RTX 3060 Gaming X Trio.

 

La carte de MSI fait un poil mieux que la RTX 3060 Eagle de notre test GPU, tout en se permettant de garder des températures basses pour une carte consommant 170 W. Nous restons déçus que le gain en fréquence ne soit pas plus poussé, limité par la puissance maximale inscrite dans le BIOS. Bien entendu, si nous repoussons la puissance dans un logiciel de gestion de carte graphique - Afterburner, Precision X1 - nous arrivons à augmenter sans trop de soucis la fréquence, mais pour celui qui utilisera la carte out-of-box, les capacités sont quelque peu overkill ici.



Les 5 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !