• ANNO 2205

Le dernier-né de la célèbre franchise Anno, développée par le studio allemand Blue Byte Ubisoft (ex Relative Design), nous projette encore un peu plus loin dans le futur. 2205 est davantage axé sur le développement économique puisque les conflits entre factions concurrentes ont été éradiqués et remplacés par des escarmouches dispensables face à un groupe terroriste. Le côté addictif de la simulation est toujours bien présent, mais la lassitude peut gagner certains du fait de ce manque de compétition militaire entre corporations. Techniquement, le jeu s'appuie sur le moteur DX11 InitEngine et réalise une progression visuelle par rapport à son devancier, en particulier au niveau des ombres et de l'utilisation de la tesselation (pour les cratères sur la lune par exemple). Le jeu est maintenu à jour via Uplay et nous utilisons pour mesurer les performances, un déplacement reproductible à partir d'une sauvegarde personnelle dans l'environnement lunaire (le plus gourmand), toutes les options au maximum, couplées à l'anti-aliasing 4X.

 

visuel Anno 2205 [cliquer pour agrandir]

Un joli pont, de belles routes... mais où sont les voitures ?

 

Ce moteur particulièrement exigeant en puissance de calcul, a logiquement une préférence pour le rouge et Turing, corroborant ainsi nos tests synthétiques et les assertions du caméléon sur les gains intrinsèques liés à l'architecture. La RTX 2060 parvient à s'imposer largement face à la horde de GP104, mais aussi face à la Vega64 et ce quelle que soit la définition.

 

 

 

• Assassin's Creed Odyssey

Après une pause de 2 ans ayant permis à la franchise de trouver un second souffle avec l'Opus Origins, Ubisoft a repris un rythme d'un an entre les 2 derniers Assassin's Creed. Toutefois, Odyssey a été développé par le studio de Québec (auquel on doit AC Syndicate) durant 3 années, tandis que son prédécesseur est le fruit de l'équipe de Montréal. Le scénario du dernier né plonge le joueur près de 400 ans avant les événements relatés dans Origins, au beau milieu de la guerre du Péloponnèse, voyant s'affronter Athènes et Sparte, au sein de la future Grèce. Comme toujours avec cette licence, c'est l'Anvil Next 2 qui anime tout cela. Le résultat artistique est correct, même si particulièrement lourd d'un point de vue des exigences hardware. Le jeu est maintenu à jour via Uplay et nous utilisons un déplacement reproductible, (plus contributif et fiable que le test intégré) en mesurant les performances à l'aide de Fraps. Le profil Ultra est retenu pour les réglages graphiques.     

 

AC Odyssey [cliquer pour agrandir]

Lui que poursuit l’ombre affreuse de l’Hydre, Guillaume le chevelu se prend pour Zeus, mais ses attributs le ramènent à l'amère réalité !

 

L'Anvil Next avait tendance à préférer le côté vert, toutefois, le partenariat actuel AMD / Ubisoft profite aux RADEON qui font légèrement mieux que leurs cibles respectives. La nouvelle venue parvient de son côté à égaler la GTX 1080 en FHD, mais doit céder face à cette dernière en montant en définition. Notons que quelque soit la carte, ce jeu est tout sauf un modèle de fluidité avec de désagréables saccades par moment...

 

 

Retour au beau milieu de la Seconde Guerre mondiale page suivante.




Les 73 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
zone limitée - permis de ragotage requisouverts aux ragoteurs logués