Quoi de mieux que d’accélérer sur les nouvelles générations de NAND pour espérer faire (à nouveau) grimper les prix, contrer les conséquences d'une NAND 64 couches beaucoup trop mûre et trop disponible, et atténuer artificiellement les effets d'un marché un peu moribond ? TrendForce l'a encore dit et répété, la NAND est bien partie pour piquer du nez au-delà de 2019, au point de se placer plus ou moins durablement sous la barre des 0,10$ le Go, mais peu aidée par des acheteurs moins enthousiastes ( car saturés ?).

 

Au lieu de se contenter uniquement de ralentir la production et de mettre en pause des projets d'usines, la nouvelle stratégie complémentaire est de passer plus rapidement aux nouvelles générations, ici en l’occurrence la NAND de 120/128 couches, alors que la NAND 90/96 couches vient à peine de faire son trou, par exemple chez SK Hynix qui avait débuté son échantillonnage de la NAND 4D en mars - une génération dont les rendements seraient néanmoins encore majoritairement instables.

En effet, les nouvelles technologies aident souvent à obtenir des prix de vente moyens plus élevés, rendant ainsi aussi viable une production moins importante, ce qui en retour devrait contribuer à appauvrir l'approvisionnement suffisamment pour faire grimper les tarifs de la NAND dans son ensemble et permettre aux producteurs de renouer au plus près avec les courbes du bon vieux temps... Le cartel de la NAND a au moins le mérite de ne même pas chercher à cacher ses vraies intentions. Désormais, les fabricants planifieraient le début d'une production en volume de la NAND 120/128 couches durant la première moitié de 2020.

 

D'un autre côté, il est vrai que de la NAND 120+ couches était de toute façon déjà sur les roadmaps pour 2020, Toshiba et Western Digital seraient d'ailleurs plutôt bien avancé avec leur BiCS 5. De l'autre, cette évolution se ferait aussi dans un premier temps avec un procédé TLC bien maîtrise afin d'augmenter la densité de la NAND tout en évitant les problèmes de rendements dernièrement imputés à la production de NAND QLC - chez Micron, mais aussi ailleurs -, cette dernière ayant probablement plus de mal que les autres à monter en densité du fait d'une complexité déjà accrue par son nombre de 4 bits par cellule. Sinon, ceux en overdose de NAND, mais aussi en mal de stockage, pourront toujours aller voir les dernières briques de 16To de Seagate(Source : Digitimes)

 

nand 3d 140 couches pampers cdh

 Pour les producteurs, le salut ne passerait finalement pas par la NAND 96 couches, mais plutôt celle de 128 ! Réussiront-ils leur pari d'obtenir des prix plus élevés sur le marché ?  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 3 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !