On a déjà causé du fondeur en question plusieurs fois dans nos colonnes, par exemple en 2012, année où le chinois avait annoncé vouloir se mêler à la lutte du 28 nm, et même s’il a fallu attendre 2018 pour que l’affaire se concrétise, cela n’a pas empêché SMIC de porter son regard vers le 14 nm dès 2019 !  Le fondeur est indéniablement l’un des instruments de la nouvelle politique agressive d’indépendance technologique de la Chine, en ce sens, les choses se doivent d’évoluer et d’avancer très vite pour répondre aux besoins du pays et combler le retard avec les concurrents, notamment le Taïwanais TSMC.

 

SMIC a finalement commencé la production en volume de puces 14 nm FinFET durant le dernier trimestre de 2019, mais se penche maintenant évidemment sur la prochaine génération, que le fondeur nomme « N+1 ». Une nomenclature un peu floue, derrière laquelle se cache une technologie possédant certains attributs du 7 nm concurrent, mais SMIC insiste qu’il ne s’agit pas d’une technologie de classe 7 nm à proprement parler - le PDG de l’entreprise lui-même a précisé que c’est une version améliorée du 14 nm existant.

 

Sur le papier, par rapport au procédé 14 nm maison, N+1 réduit la consommation de 57 %, augmente les performances de 20 % et peut réduire la surface logique jusqu’à 63 %. Des gains qui permettent effectivement la conception de SoC plus petits et plus efficaces, mais dont les gains de performances empêcheront toute concurrence effective avec le 7 nm et ses dérivés. De ce fait, SMIC précise bien que son procédé s’adressera essentiellement à la fabrication de puces à bas coûts.

 

Our target for N+1 is low-cost applications, which can reduce costs by about 10 percent relative to 7nm. So this is a very special application. – SMIC. 

 

Contrairement à Samsung ou TSMC, SMIC n’utilise pas encore la lithographie EUV, ce qui permet au fondeur de ne pas encore avoir à se fournir davantage en équipement onéreux auprès d’ASML, pour l’instant. Ce qui ne veut pas dire que la lithographie à ultraviolets extrême n’a pas été sur la table pour N+1, SMIC aurait d’ailleurs déjà acheté un système EUV, mais qui n’aurait pas encore pu être installé à cause des restrictions commerciales imposées par les USA à l’encontre de la Chine. En conséquence, l’EUV pourrait être exploité chez SMIC uniquement à partir du prochain procédé N+2, à condition que le fondeur soit en mesure d’obtenir sa commande auprès de l’européen ASML.

 

En attendant, la production de risque de la technologie N+1 commencera vers la fin de 2020, ce qui sous-entend une production en volume plus ou moins un an plus tard, soit peut-être encore en 2021, voire 2022. (Source : EEtimes China)

 

logo fondeur smic chine

 Quoi de neuf chez le fondeur chinois SMIC en début de 2020 ? Toujours aussi ambitieux ?  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 5 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !