• Consommation des cartes seules

Pour déterminer la consommation des cartes graphiques seules, nous avons introduit fin 2015 un protocole s'appuyant sur un Riser PCIe 16X à partir duquel nous "extrayons" les différentes alimentations 12 V et 3.3 V fournies par ce port. Nous mesurons ensuite les tensions et intensités sur ces alimentations, ainsi que celles externes (connecteurs PCIe à 6 ou 8 pins) à l'aide de 3 pinces ampèremétriques Fluke 325 et d'un multimètre Fluke 179, pour calculer la consommation réelle des cartes.

 

Pince ampèremétrique

 

 

• Consommation au repos

Au repos, les nouvelles venues affichent une consommation en régression notable par rapport à Pascal. Ainsi, la RTX 2080 FE affiche une consommation près de 3 fois supérieure à celle de la GTX 1080 FE dans les mêmes conditions. Le modèle Ti ajoute 5 watts à ce bilan pas très glorieux. Écran éteint cette fois, la consommation plonge, sans pour autant retrouver le niveau de leurs devancières, c'est toutefois beaucoup mieux et en relation avec la complexité des puces, en l'absence de mécanisme similaire à ZeroCore Power des concurrentes. NVIDIA contacté à ce sujet nous précise que cette situation devrait être améliorée à l'avenir via un nouveau pilote, mais sans préciser dans quelles mesures et quel délai. Wait & see à nouveau.

Les pilotes 411.70 corrigent les soucis de surconsommation au repos des deux RTX. Si elles s'avèrent toujours plus gourmandes que les carte à base de GP104, elles reviennent au niveau de celles s'appuyant sur GP102 ou Vega 10. 

 

 

• Consommation en charge

La charge est générée par des sessions prolongées de The Witcher 3 et Battlefront 2. Notons que la température pendant les mesures était plus élevée que lors de notre précédent test réalisé cet hiver, ce qui influence la consommation des cartes qui sont également limitées par leur température de fonctionnement, en particulier les GeFORCE Maxwell et Pascal. La GTX 1080 n'atteint par exemple pas son TDP ou plus exactement pas bien longtemps, puisque la limite de température couplée à une vitesse de rotation maximale de la turbine réduite, l'oblige à réduire la cadence de son GPU et donc la consommation (et les performances avec). On note d'ailleurs, qu'elle s'avère moins gourmande que notre 1070 Ti partageant la même enveloppe thermique.

 

Les cartes Turing (et dans une moindre mesure la Titan Xp) sont finalement les seules cartes vertes à atteindre réellement leur TDP, du fait de la conjonction d'une capacité de dissipation supérieure et GPU Boost 4.0, n'amputant plus les fréquences dès 37°C comme son devancier. On notera que les 2 Founders dépassent plus ou moins significativement leur TDP max. selon nos mesures, ce qui conduit à des niveaux de consommation bien supérieurs à Pascal, même s'il faut bien garder en tête que ces dernières peuvent atteindre des niveaux plus élevés, selon les conditions climatiques ou l'efficacité de leur refroidisseur (cf. la GTX 1080 overclokée de Gigabyte).

 

 

 

• Efficacité énergétique

Afin d'évaluer l'efficacité énergétique des cartes, nous réalisons un indice basé sur les performances et consommations respectives de ces dernières, lors des sessions de mesure. Bien entendu, cet indice ne représente que la situation au travers des jeux mesurés, avec ces scènes et niveaux de détails (on note d'ailleurs une variation significative du ratio selon le jeu). Au final et ce sera sans doute une surprise pour beaucoup vu les résultats précédents au niveau des consommations, puisque les cartes Turing ne déméritent pas du côté de cet indice, en étant dans les eaux de la GTX 1080 FE, championne absolue depuis plus de 2 ans. Turing consomme effectivement largement plus que Pascal au niveau de ces 2 jeux, mais affiche en parallèle des performances largement supérieures pour compenser !

 

 

Voilà vous savez tout ou presque sur ces cartes de la nouvelle génération verte, il est temps de passer, page suivante, à notre verdict.




Les 118 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ragots réservés aux QI élevésouverts aux ragoteurs logués