• Verdict

Pour rappel, notre dossier n'étant pas complet pour la levée de ce NDA, ce verdict pourra être amené à évoluer suite à l'inclusion de nos essais pratiques avec des applications faisant usage du HDR, Ray Tracing et DLSS. Nous tâcherons de terminer complètement ces tests dans les prochains jours.

Nous voici au bout de ce dossier, la réponse à la question posée en préambule, concernant la légitimité d'un tel tarif, n'est pas simple, ou à tout le moins ne peut pas se résumer à un simple oui ou non. Nous allons détailler cela dans les lignes qui suivent. Avant d'aborder ce sujet, une remarque quant à la réalisation de ce test, qui ne fut, il est vrai, pas une sinécure. La principale raison, il faut bien l'avouer, vient de nos disponibilités, mais la mise à disposition très tardive des cartes, pilotes et certains applicatifs ne nous ont pas facilité la tâche, lorsqu'il s'agit de tester un panel de cartes et de logiciels importants... Nous pouvons comprendre la volonté légitime de NVIDIA d'éviter au maximum les fuites, il n'empêche que cela complique fortement la tâche, tout comme la dissociation en 2 dossiers sur un laps de temps très court. Ceci étant dit (3615 my life de testeur), passons à notre avis sur cette nouvelle génération en commençant par l'architecture.

 

RTX 2080 Ti [cliquer pour agrandir]

 

• turing

TU102

Lors de notre dossier consacré à l'architecture Turing,  nous avons noté des évolutions relativement marquées des unités de calcul. On pense par exemple au traitement concomitant des entiers et réels, mais aussi à la prise en charge de précisions réduites à haute vitesse. Si ces évolutions ne se ressentent pas dans tous les jeux, certains moteurs tirent dès maintenant partie de ces caractéristiques et permettent aux nouvelles venues de créer des écarts significatifs vis-à-vis de la génération Pascal. L'architecture plus flexible, semble davantage "tout terrain" et se permet d'exceller dans les traditionnels points forts du concurrent. Par contre, certains titres ne tirent aucune partie de Turing, ce qui conduit actuellement à un écart moyen, moins important que ce à quoi nous pouvions nous attendre, vu les progrès de l'architecture. Il est fort probable qu'à mesure que de nouveaux jeux ou patchs sortent, Turing soit capable d'accentuer son avance sur la génération précédente. Qui plus est, les tests en HDR, du fait de son support natif au niveau du pipeline vidéo, lui permettent d'accentuer les écarts avec Pascal, qui souffrait d'une baisse de performance dans ces conditions. Le niveau de performance atteint dans l'absolu est dans tous les cas de très haut niveau, les nouvelles cartes lancées ne souffrent d'ailleurs d'aucune concurrence. Mais réduire Turing à de simples chiffres serait occulter complètement les apports côté IA, dont est issu le DLSS, augmentant là-aussi significativement les performances. Enfin, son rendu hybride, est capable d'améliorer considérablement l'aspect visuel des jeux par l'apport du Ray Tracing. Certes, le hardware est ici en avance sur le software, mais pour avoir vu avec nos propres yeux ces apports, il est difficile de considérer cela comme un simple ajout gadget. Les développeurs feront ou non le succès de cette technologie, mais vu l'accueil enthousiaste de nombre d'entre-eux, dont certains traditionnellement proches du concurrent, il est fort probable que l'adoption soit en marche. Les plus prudents attendront toutefois de voir si la mayonnaise prend.

 

Turing est clairement un pari sur l'avenir de la part de NVIDIA, on ne peut que saluer cette décision d'innover plutôt que de se contenter de gérer son avance, comme avait pu le faire un autre géant (bleu cette fois, avec le résultat qu'on connait aujourd'hui). Il aurait aussi pu se contenter d'élargir quelque peu Pascal et produire probablement des GPU aussi puissants dans les jeux actuels que Turing, mais sans les inconvénients liés à l'ajout de transistors "inutiles" au départ. Reste aussi à savoir si la "puissance" disponible du côté des nouveautés sera suffisante pour les exploiter de manière optimale, cela n'a pas toujours été le cas dans le passé. Quoi qu'il en soit, ce côté "futuriste" a des contreparties non négligeables, la principale étant le coût de production des puces. En effet, qui dit nouvelles fonctionnalités, dit nouvelles ressources la plupart du temps. C'est ici le cas, et pas des moindres, ce qui conduit à des puces gigantesques, faute de progrès sensibles du procédé de fabrication. Les TU102 et TU104 animant les cartes testées ce jour, sont en définitive significativement plus gros que le GP102 des GTX 1080 Ti, précédent flagship.

 

Conséquence plus que prévisible de ce fait et de l'absence de concurrence dans ce créneau, le tarif des GeForce RTX est en hausse notable, rendant ces dernières bien moins accessibles que ne pouvaient l'être les cartes précédentes. L'équation est imparable et frustrera de nombreux acquéreurs potentiels, qui ne pourront pas dépenser une telle somme, ou même s'y résoudre. Le seuil de consentement à l'achat étant variable toutefois selon les individus (certains achètent des smartphones à tarif plus élevé encore, le dernier iPhone à 1650€ dans sa version Max 512 Go par exemple), difficile de dire quel sera le niveau des ventes, le très haut de gamme étant de toute façon réduit en termes de volume, et le rapport performances/prix pas forcément l'argument principal de la décision. Compte tenu des tarifs déjà exorbitants pour la plupart, le caméléon s'est contenté de quantités mémoire inchangées, ce qui pourra décevoir (et limiter potentiellement la durée de vie de ces cartes), mais aurait pu conduire à des tarifs plus élevés en cas de doublement. Ça reste toutefois très difficile à digérer dans l'absolu, vu le prix unitaire des cartes. La question est aussi de savoir si NVIDIA sera capable de réduire le ticket d'entrée de cette génération avec une éventuelle série xx60, sans en dénaturer pour autant les points forts. Voilà pour notre avis sur l'architecture, qu'en est-il des cartes à présent ?

 

 

• GeForce RTX 2080 & 2080 Ti

Faut-il ou non craquer pour une RTX 2080 Ti ? Vous avez les moyens et consentez à une telle dépense, vous avez besoin de puissance / vous voulez le nec plus ultra et cela ne vous dérange pas de changer régulièrement de carte graphique ? Alors oui, vous pouvez y aller sans hésiter, il n'existe pas mieux à l'heure actuelle pour les jeux contemporains et probablement pas avant de long mois. Cela réduit drastiquement la frange de clients potentiels, d'autant que certains pourront arguer qu'un SLi de 1080 Ti est plus puissant pour un peu plus cher (au point où nous en sommes). Certes, mais le multi-GPU n'est pas dénué d'inconvénients, dont une variabilité des gains très importante selon les titres.  Qui plus est, vous ne pourrez profiter des raffinements visuels du Ray Tracing au fur et à mesure de leur adoption par les nouveaux jeux. Tout est question de priorité de l'utilisateur, à titre personnel nous opterions plutôt pour la nouveauté.

 

Quid de la RTX 2080 cette fois ? Elle est légèrement devant la 1080 Ti en moyenne, elle peut toutefois créer des écarts plus importants selon les situations, et dispose de ce côté "davantage tournée" vers l'avenir face à sa devancière, qui ne peut espérer, elle, de progrès significatifs, que ce soit en performance ou qualité visuelle. Mais la grand-mère conserve des atouts, dont une tarification plus douce actuellement, et davantage de mémoire vidéo. Là aussi, tout dépendra des priorités de chacun. C'est facile pour le testeur qui responsabilise le lecteur ! Blague à part, il nous semble plus pertinent de s'orienter vers la nouvelle venue, mais peut-être pas systématiquement. Une promotion ramenant la 1080 Ti à vil prix, ferait sans aucun doute pencher la balance de son côté. Il peut aussi être intéressant de patienter pour un éventuel tassement des tarifs de la RTX 2080 et profiter de ses apports à moindre coût. 

 

Un mot pour finir sur les Founders Edition. C'est en l'état une semi-déception nous concernant, mais peut-être pas pour toujours... En cause, les nuisances sonores au repos qui nous paraissent totalement déconnectées du niveau de prix des cartes, et donc des attentes légitimes des utilisateurs quant aux moindres détails qualitatifs. NVIDIA indique travailler à résoudre ce problème, la surconsommation au repos a été corrigée, mais rien du côté de la ventilation dans ces conditions. Il est clair qu'en l'état, cela fait pour le moins désordre. Pour le reste, la finition est exemplaire et générera sans aucun doute des coups de cœur visuels pour certains. Le niveau sonore en charge est sous contrôle, même si des constructeurs tiers feront probablement mieux à ce niveau. Surtout, le refroidisseur permet de rester systématiquement sous la température cible de GPU Boost 4.0, de quoi profiter de performances optimales avec ses fréquences en hausse par rapport aux modèles premiers prix.


amd 40 bequiet 40 Logo G Skill logo Intel nvidia 40

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition du matériel de test

 




Les 115 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ragots réservés aux QI élevésouverts aux ragoteurs logués