Du fait des nouvelles rumeurs en provenance des deux principaux vendeurs de CPU, la couverture médiatique s’est petit à petit éloignée de l’entreprise chinoise Huawei, pourtant sujette à moult dramas deux ans auparavant. Il faut dire que le changement de présidence au pays de l’oncle Sam, accompagné d’un sur-place au niveau des communications officielles ne présagent rien de neuf à l’horizon, et pourtant : la firme reste toujours bannie des technologies américaines, une décision qui concerne également une partie des design du britannique ARM.

 

Or, dans le portfolio des IP de cette firme se trouvent tout un tas de microcontrôleurs embarqués, qui vont faire cruellement défaut à Huawei, alors même que l’entreprise tente tant bien que mal de conserver ses lignées de produits divers préexistantes. Si la nouvelle microarchitecture Armv9 serait notamment exempté du bannissement, cette dernière est orientée haute performance, et ne convient donc pas à tous les usages. Cependant, il existe bien une architecture pour petits contrôleurs, qui plus est open source, à la mode et possédant déjà un écosystème logiciel : le RISC-V.

 

huawei hi3861 devloppment board

 

C’est ainsi que HiSilicon, la filiale « CPU » de Huawei, s’est lancé dans la manufacture de processeurs sous ISA libre, dont le Hi3861 en est un exemple frappant. Disponible dans un premier temps au sein d’une carte de développement à destination des programmeurs, ce microcontrôleur se destinerait principalement à l’IoT, à la manière d’un Rasberry Pi Pico. Reste à voir ce qu’il en est niveau compatibilité et consommation, car la maison-mère n’a pas encore tout communiqué à ce sujet : outre la compatibilité 32-bit et une cadence pas vraiment impressionnante de 160 MHz, nous retrouvons également 2 Mio de stockage flash et 352 Kio de RAM - pas de quoi nous renverser, ici aussi. Rajoutez tout de même le support USB et la possibilité d’intégrer un GPIO, présent sur la carte originelle : rien de bien innovant, certes, mais la firme doit bien commencer quelques part. À voir si ces bousins arriveront jusqu’à nos frontières européennes ! (Source : Tom’s Hardware via MiniMachines)

 


Un poil avant ?

Le PCIe 6.0 ratifié cette année en version 1.0

Un peu plus tard ...

Phison sort un nouveau contrôleur E18, adapté à la NAND sur 176 couches

 Le libre, ça n'est par définition pas restrictif. Un moyen de contourner des sanctions ? 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Yapa de ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !