On ne doit pas s'ennuyer chez Microsoft, surtout lorsqu'il s'agit de jouer avec de nouvelles solutions matérielles. En l'occurrence, Microsoft expérimente toujours avec différentes méthodes pour dissiper les ardeurs des boites à watts et donc à chauffe qu'est un serveur dans un centre de données, alors que les besoins sont de plus en plus importants, obligeant à multiplier le matériel, et dont la consommation moyenne est dans l'ensemble plutôt à la hausse qu'à la baisse. Dans l'une de ses dernières expérimentations et dans la continuité de l'expérience (réussie) du data center sous-marin remplis d'azote dans le cadre du Project Natick, les ingénieurs de Microsoft ont cette fois-ci élaboré un nouveau système en boucle fermée à deux phases.

 

Microsoft ! [cliquer pour agrandir]

 

Ressemblant de loin et sans lunettes à une grosse double friteuse de chez MacDo, mais avec du matos de serveur à la place des frites, le système est constitué de deux grandes cuves où l'intégralité du hardware du serveur est immergé dans un liquide spécial aux propriétés diélectriques de chez 3M. Évidemment non conductif et donc inoffensif pour l'électronique, son point d'ébullition est à 50°C seulement. La chaleur des serveurs est ainsi transférée dans le fluide et évacuée par le liquide en ébullition, sans risque de surchauffe, et chaque cuve intègre un condenseur servant à liquéfier le gaz dégagé par le liquide chauffé en le refroidissant, entretenant ainsi le circuit fermé.

Selon Microsoft, cette nouvelle approche améliorera l'efficacité et la durabilité des systèmes, et permettra aussi à ceux-ci d'être beaucoup plus denses que le permet aujourd'hui le refroidissement par air. L'entreprise dit aussi s'être inspirée de certaines solutions déjà déployées par l'industrie des cryptomonnaies, qu'elle qualifie de pionnière du refroidissement par immersion liquide. Enfin, Microsoft estime que cette expérience devrait être en mesure d'offrir des résultats aussi bons que ceux obtenus avec les serveurs sous l'océan, dont 8 seulement sur 855 avaient rendu l'âme après 2 ans sans aucune maintenance, et beaucoup plus facile à intégrer dans des espaces réduits.

 

Microsoft ! [cliquer pour agrandir]

 

Microsoft ! [cliquer pour agrandir]

 

Pour l'instant, Microsoft a installé un de ces réservoirs dans l'un de ses centres de données hyperscale, où il y travaillera comme les autres, mais fera aussi l'objet d'une série de tests pour déterminer et prouver la fiabilité et efficacité du concept. Ce n'est donc encore que la première étape, mais ça semble prometteur. L'idée de submerger un PC n'est évidemment pas nouvelle, par le passé d'autres ont expérimenté avec de l'huile minérale pour le faire, y compris dans le domaine des datacenters. D'ailleurs, Intel avait effectué une expérience quasi identique en 2014. Sinon, l'un des exemples les plus récents à notre échelle est la démo de Der8auer lors du Gamescom 2017. Néanmoins, les coûts très prohibitifs du liquide en question ont jusqu'à présent fortement limité l'adoption à grande échelle d'une telle solution. Microsoft arrivera-t-elle à la démocratiser pour les serveurs ? Et quid de la résistance au feu ? (source)


Un poil avant ?

Quelle part pour quel moteur de recherche en 2021 ?

Un peu plus tard ...

La RX 6800 XT se fait "Noir Minuit" en édition limitée

Les 11 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !