COMPTOIR
  

YMTC et la NAND 3D chinoise face à un mur ?

Alors qu'il est le premier des acteurs à avoir commercialisé sa NAND 3D de plus de 200 couches (à quelle échelle, ça, on ne le sait évidemment pas, mais on se doute que la pénétration reste bien moindre que celle de Samsung ou de Micron), ce passage en tête pourrait en fin de compte être très bref et le temps dans la cour des grands serait désormais compté pour YMTC ! C'est l'avis de l'analyste TrendForce, qui voit les dernières sanctions américaines et l'ajout de YMTC à la fameuse entity list (liste noire) comme des obstacles quasi insurmontables.

 

En effet, il faut savoir que tout cela implique qu'il sera désormais très difficile pour YMTC (et toute entreprise fraîchement ajoutée à cette liste, YMTC n'est pas la seule) de se fournir auprès d'entreprises installées aux USA. Autrement dit, pour chaque équipement de production, logiciel, service de support ou technologie indispensable à l'expansion et au maintien de son activité, YMTC va devoir faire face à un véritable barrage administratif, à savoir, chaque transaction devra être examinée individuellement pour prétendre à une licence d'exportation, en sachant que la considération par défaut sera systématiquement le « refus », transformant de fait le processus d'approvisionnement en véritable cauchemar...

 

ymtc world class memory solution slide

 

Par conséquent, TrendForce pense qu'il sera désormais pratiquement impossible pour YMTC de continuer à avancer, du moins avec la NAND 3D et que cela deviendra définitivement impossible dans l'hypothèse où le Japon et les Pays-Bas rejoignent l'action (précisons qu'ASML a toutefois récemment fait connaitre sa réticence et remis en question la pertinence des dernières sanctions américaines). Alors que les prévisions de l'analyste étaient plutôt optimistes pour YMTC grâce à sa NAND 3D 232L avec Xtacking 3.0, elles sont désormais négatives pour 2023, car YMTC se retrouverait bloqué et en position de stagnation technologique, incapable de rester dans la course, ce qui ne pardonnera évidemment pas sur ce marché très concurrentiel... 

 

En sus, TrendForce affirme avoir constaté que l'ajout de YMTC à la liste noire a aussi refroidi les entreprises hors de Chine qui comptaient adopter ses solutions et qui auraient donc pour la plupart abandonné le projet. Pour survivre, certes, loin des projecteurs, TrendForce suggère que YMTC pourrait donc être obligé de se contenter du marché domestique et abandonner la NAND 3D, et se reconvertir pour faire de la fabrication spécialisée à base de NAND 2D ou de puces basées sur des procédés matures. L'entreprise pourrait aussi tout simplement disparaitre, elle ne serait pas la première, mais n'oublions pas que son État s'apprête à venir à la rescousse ! (Source)

Un poil avant ?

AORUS Tachyon pour CPU AM5 : du lourd pour les overclockers !

Un peu plus tard ...

Nouveau firmware pour le MX500 de Crucial, faut-il l'installer ?

Les 9 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !